Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

EUROPE

Dix-huit ans après les faits, deux hommes reconnus coupables d'un meurtre raciste

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/01/2012

Deux hommes ont été reconnus coupables à Londres du meurtre, en 1993, d'un jeune noir de 18 ans. Les deux prévenus encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict est attendu mercredi.

AFP - Deux hommes ont été reconnus coupables mardi à Londres du meurtre, il y a plus de dix-huit ans, d'un adolescent noir, un cas emblématique dans lequel le comportement "institutionnellement raciste" de la police britannique avait été mis en cause.

Sur la base de nouvelles preuves scientifiques, le jury de la cour criminelle de Londres a déclaré Gary Dobson, 36 ans, et David Norris, 35 ans, coupables du meurtre de Stephen Lawrence, un étudiant de 18 ans poignardé en avril 1993.

Le jeune homme avait été attaqué par une bande de cinq jeunes blancs alors qu'il patientait à un arrêt de bus à Eltham (sud-est de Londres).

Après de longues années de combat pour obtenir justice pour leur fils, les parents de la victime, Doreen et Neville, ont accueilli la décision des jurés en larmes, à l'issue de ce procès très médiatisé entamé le 14 novembre.

La peine doit être prononcée mercredi. Les deux accusés encourent la réclusion à perpétuité.

"Vous avez condamné un innocent, j'espère que vous pourrez vivre avec cela", a crié à l'adresse des jurés Gary Dobson, qui comme David Norris niait le meurtre, en quittant la salle d'audience. Le premier purge actuellement une peine de 5 ans de prison pour trafic de drogue et le second a écopé de 18 mois pour une autre agression raciste.

La police a indiqué qu'elle continuerait à rechercher les autres membres du gang impliqué dans cette agression.

Personne n'avait été jusque-là condamné pour ce meurtre. L'enquête initiale avait été entachée de nombreuses erreurs. Le procès a finalement pu avoir lieu grâce à de nouveaux éléments découverts par la police scientifique lors de la révision du cas entamée en 2007.

Du sang, des fibres et des cheveux ont été trouvés sur les vêtements saisis sur les accusés lors de l'enquête de police en 1993.

L'accusation en a déduit que les accusés faisaient partie du groupe d'agresseurs, tandis que la défense soutenait que les vêtements avaient été contaminés par des échantillons lors du stockage.

Le cas avait déclenché à l'époque un véritable traumatisme en Grande-Bretagne. L'enquête de police, dénoncée comme orientée et brouillonne, avait conduit à une investigation officielle ayant conclu en 1999 à un "racisme institutionnel" au sein de la police. Des changements de fond ont depuis lors été introduits dans les enquêtes de police.

Le 22 avril 1993, Stephen Lawrence, un étudiant en architecture, patientait à un arrêt de bus avec son ami Duwayne Brooks, lorsqu'ils ont été agressés par un groupe de jeunes blancs.

"Quoi, qu'est-ce qu'il y a, sale noir?", avait lancé l'un des membres de ce groupe qui a, selon les termes du procureur, "littéralement englouti" Stephen Lawrence.

Tandis que son ami Duwayne Brooks a réussi à s'enfuir, il a été poignardé à deux reprises.

En septembre 1994, la famille de la victime avait eu recours à une procédure privée contre Gary Dobson et deux autres hommes, Neil Acourt and Luke Knight, mais le trio avait été acquitté.

Stephen Lawrence a été enterré à la Jamaïque dans le caveau familial. Une plaque, non loin de l'endroit où il a été tué à Londres a été érigée à sa mémoire.

Première publication : 03/01/2012

COMMENTAIRE(S)