Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • Air Algérie a perdu le contact avec un avion parti de Ouagadoudou

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

FRANCE

"Les jurés populaires ne sont pas moins cléments que les magistrats"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/01/2012

Depuis le 1er janvier, des jurés populaires ou "citoyens assesseurs" sont appelés à siéger en correctionnelle. L'objectif affiché est de rapprocher la justice des citoyens. Les syndicats de magistrats dénoncent, eux, une démarche électoraliste.

Qui peut devenir citoyen assesseur ?

Tout citoyen français âgé de plus de 23 ans inscrit sur les listes électorales, excepté les personnes condamnées pour délit, et résidant dans la juridiction du tribunal de grande instance peut être amené à être citoyen assesseur. Il ne devra pas avoir été juré au cours des cinq années précédentes ou avoir exercé une profession incompatible avec celle de juré ( membre du gouvernement, parlementaire, magistrat, fonctionnaire de police, agent de l'administration pénitentière ou encore militaire). Les jurés siègent par demi-journées, pour une durée de 10 jours maximum dans l’année.

C’est la principale nouveauté du système judiciaire français en ce début d’année : l’introduction des jurés populaires au sein des tribunaux correctionnels. Deux "citoyens assesseurs" siègeront aux côtés de trois magistrats professionnels, en première instance et en appel, pour juger les délits les plus graves d'atteinte aux personnes, passibles de cinq à dix ans de prison (agressions sexuelles, vols avec violence, etc.), ce qui concernerait environ 40 000 délits par an, sur un total de 600 000.

Le dispositif va d'abord être expérimenté par la cour d'appel de Toulouse et celle de Dijon. Des "citoyens assesseurs" seront également présents dans les tribunaux d'application des peines des juridictions de ces deux villes. Si les résultats sont concluants, la mesure sera étendue à tous les tribunaux correctionnels de France dès 2014. Jusqu’à présent, les jurés populaires ne siégeaient que dans les cours d'assises - qui jugent les crimes - et les délits traités en correctionnelle l’étaient par des magistrats professionnels.

Lancée au printemps dernier par le président de la République suite à la mort de la jeune Laëtitia à Pornic (Loire-Atlantique), cette réforme entend "permettre aux citoyens de se réapproprier la justice". Suite à ce faits divers, Nicolas Sarkozy avait notamment réagi en évoquant des "dysfonctionnements graves" de la justice et des services de police ayant permis la remise en liberté du principal suspect dans cette affaire. "La justice est rendue au nom du peuple français, désormais elle sera rendue aussi par le peuple français", avait-il déclaré en septembre 2010.

Satisfaire l’opinion

Face à cette mesure, les magistrats ne cachent pas leur hostilité. Pour eux, elle remet en cause leur travail. “Le président Sarkozy ne cesse de reprocher aux magistrats d’être trop cléments envers les criminels”, indique Virginie Duval, secrétaire générale de l'Union syndicale des magistrats. Cette décision d’introduire des jurés populaires dans les tribunaux correctionnels relève, selon elle, davantage d’une volonté de satisfaire l’opinion publique que d’améliorer le système judiciaire. Plus de quatre Français sur cinq estiment que les récidivistes et les criminels sexuels ne sont pas condamnés assez sévèrement, selon un sondage commandé par "Le Figaro" au printemps dernier.

Le gouvernement a tort de croire que les "citoyens assesseurs" seront plus sévères que les magistrats professionnels, estime pour sa part Matthieu Bonduelle, secrétaire général du syndicat de la magistrature. “Les jurés apporteront sans nul doute une nouvelle dimension car il est toujours intéressant de bénéficier d’un point de vue extérieur au système judiciaire, commente-t-il. Mais il n’y a aucune raison de croire qu’ils seront moins indulgents. Ils ne le sont en tous cas pas aux assises.”

Des délais plus long

Les magistrats s’élèvent également contre le coût de cette réforme. "L'introduction des jurés dans les tribunaux est estimée à environ 20 millions d'euros pour l'aménagement immobilier", précise Virginie Duval. Sans compter le dédommagement des assesseurs qui ont droit à une indemnité journalière d’audience de 78 euros. Le ministre de la Justice, Michel Mercier, a prévu pour cette réforme une enveloppe de 50 millions d'euros.

En outre, ce dispositif devrait engendrer un prolongement des débats et donc un engorgement des affaires. "Personne n’a réfléchi au temps supplémentaire nécessaire pour le traitement des dossiers dans un système judiciaire déjà saturé, voire au bord de l’asphyxie.”, fustige Matthieu Bonduelle. Selon lui, les jugements seront rendus “dans un délai bien plus long” avec les "citoyens assesseurs" que les “15-20 minutes” habituellement nécessaires aux magistrats professionnels. “Tout la réforme a été mal pensée, regrette-t-il, alors qu’en théorie, l’idée aurait pu être bonne."

Première publication : 03/01/2012

  • Justice: récidive, les magistrats encolère contre Sarkozy

    En savoir plus

  • France : la fronde des magistrats est-elle justifiée ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    La fronde des magistrats s'étend à de nombreux tribunaux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)