Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Amel Karboul, ministre tunisienne du Tourisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La sous-traitance des handicapés français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

  • Ukraine : Washington met en garde Moscou contre une "erreur coûteuse"

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

    En savoir plus

  • Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Standard & Poor's maintient la note "AA" pour la France

    En savoir plus

  • Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

Afrique

Youssou N’Dour défie le président sortant Abdoulaye Wade

©

Vidéo par Cécile GALLUCCIO , Axelle SIMON

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 03/01/2012

Le chanteur sénégalais mondialement connu Youssou N'Dour se lance officiellement dans la bataille présidentielle de son pays. Dans sa ligne de mire : le président sortant, Abdoulaye Wade.

 "Je suis candidat". Le chanteur mondialement connu Youssou N'Dour se lance officiellement dans la bataille présidentielle sénégalaise, dont le premier tour est prévu le 26 février. Dans une déclaration diffusée lundi 2 janvier par les médias de son groupe de presse, le roi du mbalax a justifié sa candidature en arguant d’un "devoir patriotique suprême". La mise entre parenthèse de sa carrière artistique, suivie de l’inauguration, fin novembre 2011, du siège de son mouvement Fékké Maci Bolé ("Je suis là, donc, j'en fais partie" en wolof), fondé en 2010, avaient levé les derniers doutes quant aux ambitions politiques de la star âgée de 52 ans.

Sa démarche intervient dans un climat politique très tendu. Investi par le Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir), fin décembre, le président sortant, Abdoulaye Wade, irrite fortement l'opposition. Cette dernière lui conteste le droit de briguer un troisième mandat successif, car elle estime que le chef de l'État, âgé de 85 ans, a déjà effectué les deux mandats consécutifs autorisés par la Constitution révisée de 2001. Les partisans de la présidence font valoir que le premier mandat a été entamé en 2000, avant la révision de la Loi fondamentale.
 
L'alternative à "l'Alternance"
 
Un contexte qui a peut-être convaincu un peu plus Youssou N'Dour à venir s’ajouter à la longue liste de plus de 20 candidatures potentielles à la présidentielle. Dans sa ligne de mire : Abdoulaye Wade, au pouvoir depuis 2000. "Je suis l'alternative à 'l'Alternance'", a déclaré lundi le chanteur, "l'Alternance" désignant le régime actuel.
 
Un nouveau défi à l’égard du pouvoir, de la part de celui qui a fait de son groupe Futurs Médias, comprenant notamment la radio RFM, le quotidien L'Observateur et la chaîne de télévision TFM, un instrument d’opposition contre le président sortant, mais aussi une rampe de lancement pour entrer dans l’arène politique sénégalaise. "Fini les duels à fleurets mouchetés […] Désormais, c’est l’attaque frontale", entre les deux personnages, commentait début décembre Sud Quotidien.
 
Reste à savoir si un chanteur populaire, mais novice en politique, sera capable de défier un vieux lion aussi expérimenté que Wade. "Le pouvoir ferait bien de prendre très au sérieux cette nouvelle candidature, car les électeurs pourraient être tentés de lui donner sa chance, au moins pour accéder au deuxième tour", souligne Lanciné Camara, président de l'Union internationale des journalistes africains et directeur de publication du magazine 'Le Devoir africain'. Contacté par FRANCE 24, ce dernier estime que Youssou N'Dour bénéficie du soutien de la jeunesse qui se reconnaît en lui et qui a soif de changement. "Son programme axé sur le social et la bonne gouvernance est crédible et sa notoriété de chanteur international et d’entrepreneur à succès pourrait peser très lourd le jour du scrutin", poursuit-il.
 
Une popularité incontestable sur laquelle tente justement de s’appuyer l’artiste. "Depuis très longtemps", de nombreux Sénégalais "ont, par divers moyens, appelé ma candidature à la présidentielle de février prochain", a-t-il déclaré lundi soir.
 
"Sans la musique, il n’existe pas"
 
Mais pour certains, cette légitimité, acquise en dehors du monde de la politique, est insuffisante pour solliciter les suffrages des Sénégalais. "C'est absurde, les Sénégalais n'éliront jamais un chanteur comme président, estime un analyste sous couvert d'anonymat interrogé par l’AFP. Quel que soit le score qu'il aura, il sera extrêmement loin des ténors de la politique."
 
Les caciques du pouvoir n’ont pas attendu l’officialisation de cette candidature pour attaquer la crédibilité du chanteur engagé, notamment contre le paludisme et la faim. "Il ne faudrait pas que Youssou N'Dour pense que quand on a réussi quelque chose, on doit pouvoir tout réussir. Sans la musique, il n’existe pas, je pense que ces troubadours n’ont qu’à rester à leur place", assénait récemment le colonel Malick Cissé, conseiller du président Wade.
 
Signe d’inquiétude ou authentique mépris de la part du pouvoir à l’égard des chances de N'Dour ? Réponse fin janvier, lorsque le Conseil constitutionnel rendra son avis sur la validité des candidatures qu’il aura reçues.
 

 

Première publication : 03/01/2012

  • SÉNÉGAL

    Le président Abdoulaye Wade, 85 ans, veut rempiler pour un nouveau mandat

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Violences à Dakar entre partisans du pouvoir et opposants, un mort

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Abdoulaye Wade propose une élection présidentielle anticipée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)