Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

EUROPE

La BCE nomme le Belge Peter Praet comme chef économiste

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/01/2012

Contre toute attente, le Belge Peter Praet a été désigné au poste de chef économiste de la Banque centrale européenne(BCE). Une nomination qui se fait aux dépens de la France et de l'Allemagne, qui pensaient pouvoir placer leurs candidats.

AFP - La Banque centrale européenne (BCE) a nommé mardi le Belge Peter Praet au poste de chef économiste, à la barbe de l'Allemagne et de la France qui avançaient leurs propres candidats à ce poste emblématique en pleine crise de la dette.

Le Français Benoît Coeuré et l'Allemand Jörg Asmussen étaient tous les deux pressentis.

La nomination de l'économiste en chef --le nom donné notamment par la presse à ce poste, mais qui n'est pas une appellation officielle de la BCE--, était emblématique, et Berlin et Paris espéraient chacune placer leur poulain.

C'est ce "premier économiste" qui soumet chaque mois au conseil des gouverneurs une proposition sur l'évolution des taux directeurs (la décision est au final collégiale), et qui valide les prévisions économiques très suivies de la BCE.

Jusqu'à maintenant, ce poste a toujours été occupé par un Allemand --Ottmar Issing puis Jürgen Stark--, ce qui semblait jouer en faveur de M. Asmussen.

Mais le nouveau président de la BCE, l'Italien Mario Draghi, a ignoré ces considérations, à un moment où son institution est soumise à d'intenses pressions sur fond de crise de la dette en zone euro.

"La BCE a clairement pris sa décision pour un candidat" qu'elle estimait compétent, a expliqué à l'AFP Stefen Schilbe, de la banque HSBC.

En pratique, si la France et l'Allemagne ont pu subir un camouflet en voyant leurs candidats éconduits, les économistes sont unanimes à minimiser l'impact de cette décision sur la politique de la BCE.

Certes Peter Praet est "vu davantage comme un faucon que comme une colombe", mais sa nomination est neutre pour les marchés, qui attendent de voir la BCE agir, selon M. Schilbe.

"C'est le jeu habituel, les gouvernements veulent avoir leurs propres représentants, mais chaque membre de la BCE est censé prendre sa décision pour la BCE dans son ensemble et pas en fonction de son pays d'origine", juge Marie Diron, du cabinet Ernst&Young.

D'autant que MM. Coeuré et Asmussen, qui ont rejoint en début de semaine le directoire, ont eu des lots de consolation appréciables.

M. Asmussen est chargé des relations internationales, et assistera aux réunions européennes aux côtés du président ou du vice-président de la BCE.

M. Coeuré hérite quant à lui des opérations de marché, "l'un des rôles de la BCE qui a pris le plus d'importance à mesure que les questions de liquidités des banques sont devenues de plus en plus difficiles et techniques", relève Mme Diron.

M. Praet, 62 ans, né en Allemagne et économiste de formation, a fait l'essentiel de sa carrière en Belgique. Pendant 10 ans, jusqu'à ses débuts en juin 2011 au directoire de la BCE, il était directeur à la Banque nationale de Belgique. Nettement plus âgé que MM. Coeuré et Asmussen, (42 et 45 ans), il a une longue expérience de politique monétaire.

Mario Draghi, nouveau président de la BCE
Son prédécesseur au poste d'économiste en chef, Jürgen Stark, avait démissionné l'an dernier en signe de désaccord avec le programme de rachat d'obligations mené par la BCE, qui rachète la dette de certains Etats sur les marchés, officiellement pour garantir l'efficacité de sa politique monétaire.

Davantage que la nomination de M. Praet, c'est le départ effectif de M. Stark qui importe, selon Cédric Tellier, de Natixis. Cela "clarifie les chose et évite les sur-interprétations". M. Stark avait la fâcheuse habitude d'exprimer ses états d'âmes sur la politique monétaire dans la presse.

Les deux autres membres du directoire sont l'Espagnol José Manuel González-Páramo, qui cèdera à M. Coeuré la responsabilité des opérations de marché au 1er mars prochain pour s'occuper de la gestion du risque et des billets, et le Portugais Vítor Constâncio, vice-président en charge de la stabilité financière.

Première publication : 03/01/2012

  • ZONE EURO

    La BCE prête des sommes records aux banques

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Christian Noyer n'estime pas nécessaire une intervention "plus massive" de la BCE

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La BCE baisse légèrement son taux directeur avant le sommet de Bruxelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)