Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Golan : les combats continuent entre les jihadistes et les casques bleus

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

Afrique

Le gouvernement Benkirane engagé sur un double front

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 04/01/2012

Le nouveau gouvernement marocain dirigé par l'islamiste Abdelilah Benkirane devra maintenir l’équilibre des pouvoirs au sein de son équipe tout en s'affirmant face au Palais. Une mission bien délicate.

Il aura fallu attendre un gros mois de tractations pour que le nouveau gouvernement marocain, qui sera dirigé par Abdelilah Benkirane, nommé au poste de Premier ministre le 29 novembre 2011, voit le jour. Et sans surprise, les islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD), grands vainqueurs des élections législatives organisées le 25 novembre, obtiennent le plus grand nombre de ministères, avec 12 portefeuilles sur 30.

Le gouvernement de coalition est complété par des ministres issus de deux partis proches du palais, l'Istiqlal (conservateurs) et le Mouvement populaire (centre-droit), ainsi que du Parti du progrès et du socialisme (ex-communistes). En outre, des personnalités sans affiliation politique, mais proches du roi, se sont vues confiées des ministères importants, dont celui de la Défense et des Affaires islamiques, deux domaines réservés du roi Mohammed VI.

Liste des principaux ministres du gouvernement Benkirane
  • Ministre d'Etat: Abdellah Baha (PJD)
  • Ministre de l'Intérieur: Mohand Laenser (MP)     
  • Ministre des Affaires étrangères Saad-Eddine El Othmani (PJD)  
  • Ministre de la Justice et des libertés: Mustafa Ramid (PJD)
  • Ministre de l'Economie et des finances: Nizar Baraka (PI)
  • Ministre de l'Emploi : Abdelouahed Souhail (PPS)
  • Ministre de l'Education nationale: Mohamed El Ouafa (PI)
     


Un mois de tractations

"Le PJD est sorti indemne des négociations difficiles, parfois tendues avec ses partenaires, puisqu’il s’est adjugé plusieurs ministères-clés, comme celui des Affaires étrangères, de l’Enseignement supérieur et enfin celui de la Justice", juge Mohamed Tajeddine al-Hussaïni, professeur de droit international à l'Université Mohammed-V de Rabat.

Toutefois, la tâche s’annonce compliquée pour le Premier ministre marocain, qui devra manœuvrer pour maintenir l’équilibre des pouvoirs au sein de son gouvernement d’une part, et s’affirmer face au Palais. "Benkirane aura affaire à un double front : le Palais et sa propre majorité", analysait, récemment, le politologue Youssef Belal, dans les colonnes de "Le Soir-Écho". Or le bras de fer au sein de la coalition qui a débouché sur d’importantes concessions du PJD laisse déjà présager des lendemains difficiles. En effet, malgré la consécration politique que représente en soi l’entrée au gouvernement pour les islamistes, des maroquins aussi stratégiques que ceux de l'Économie et de l’Intérieur leur ont échappé au profit des autres partis.

"Parce qu’il est né dans la douleur, ce gouvernement risque d’avoir énormément de difficulté à gérer ses dossiers, notamment à cause de sa constitution idéologiquement hétéroclite, mais aussi des crispations qui ne manqueront pas d’avoir lieu entre les partis", estime Mounia Belafia, correspondante de FRANCE 24 au Maroc. Et de poursuivre : "La tension sera vive entre l’Istiqlal, habitué à gouverner et le PJD, qui s’est forgé dans le rôle de premier opposant à ce même parti."

"Gouvernement de l'ombre"

La survie de sa coalition ne sera pas le seul défi du Premier ministre Benkirane. Selon plusieurs observateurs, c’est plutôt la bataille entre les prérogatives de son équipe gouvernementale et celles du roi et son entourage qui risque de faire rage. "Ce n’est pas le parti de l’Istiqlal qui va tenir tête au Palais. Demain, il y aura certainement des crises entre le Palais et le chef du gouvernement", poursuit Youssef Belal.

Les récentes nominations par le monarque de plusieurs figures de l’ancien cabinet à des postes de conseillers, au point de constituer un "gouvernement de l’ombre", sont en effet annonciatrices de grandes tensions. "Le Palais s’est entouré d’une batterie de nouveaux conseillers, beaucoup plus expérimentés que les nouveaux ministres, pour être dans une position de force et pour veiller sur les orientations politiques de l’équipe de Benkirane", explique Mohamed Tajeddine al-Hussaïni.

Reste à savoir comment va fonctionner ce triumvirat inégal. "Y aura-t-il concertation ou confrontation entre ce gouvernement et le roi, c’est la question que tout le monde se pose aujourd’hui au Maroc", conclut Mounia Belafia.

 

Première publication : 04/01/2012

  • MAROC

    Manifestation à Casablanca pour plus de démocratie

    En savoir plus

  • MAROC

    Quelle marge de manœuvre pour le nouveau Premier ministre Abdelilah Benkirane ?

    En savoir plus

  • MAROC

    Les islamistes du PJD remportent les législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)