Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 05/01/2012

"Cette France qui a 'la rage au coeur'"

Presse française, le jeudi 5 janvier 2012. Au menu de la presse française ce matin, une petite phrase attribuée à François Hollande, une France qui a "la rage au cœur", le projet de TVA sociale et la circulaire sur les étudiants étrangers.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

  
On commence cette revue de presse avec Le Figaro, qui revient sur la tempête déclenchée hier par des propos attribués à François Hollande.
 
D’après un journaliste, le candidat socialiste aurait dit que Nicolas Sarkozy est un "sale mec". Mais d’après lui, il s’agirait d’une conversation qui aurait été "mal interprétée" et au cours de laquelle il aurait voulu imiter Nicolas Sarkozy. Tout ça laisse Le Figaro assez dubitatif. Le journal explique que François Hollande va tout de même finir par devoir "apporter des réponses précises à des questions précises", et que "ce jour-là, il ne pourra imiter personne d’autre que lui-même".
 
"La guerre des mots", la suite, c’est à voir également dans Le Parisien, qui publié la fameuse petite phrase et qui persiste et signe ce matin, en racontant par le menu la façon dont les choses se sont passées - une discussion informelle entre le candidat et des journalistes, une discussion "off" dans un restaurant parisien.
 
A voir également ce matin, très loin des petites formules, ce reportage que le site Médiapart consacre à une ville de grande banlieue parisienne.
 
Cette petit ville s’appelle Crepoil, c’est à 75 kilomètres de Paris, ça n’est ni vraiment la ville ni vraiment la campagne, et c’est un endroit où vivent en majorité des ouvriers, des employés, des Français qui ont aujourd’hui "la rage au cœur" d’après Médiapart.
Le site a essayé de comprendre où en sont ces Français avec la politique, ce qu’ils attendent des candidats à la présidentielle.
 
D’après le site, ils seraient aujourd’hui mal représentés par les partis politiques et leurs syndicats. Des citoyens auxquels "la gauche ne parle plus beaucoup", que "la droite ne mobilise que par épisodes" et auxquels "le Front national fait des clins d’œil appuyés".
Une France en crise qui vit aujourd’hui "un déclassement silencieux" et qui explique : "On a essayé la droite, la gauche, alors pourquoi pas…Marine Le Pen."
 
Des classes moyennes qui disent aussi avoir peur de perdre leur emploi et auxquels Nicolas Sarkozy propose l’adoption de la TVA sociale…
 
C’est une réforme que le président de laRépublique dit vouloir engager pour amener les entreprises à embaucher davantage, en leur proposant d’alléger leurs cotisations sociales. Mais le problème, à en croire L’Humanité, c’est que le projet ne convaincrait pas 64 % des Français.
 
Pour l’économiste Nicolas Bouzou, qui a accordé une interview à Libération, la baisse des cotisations  va permettre, effectivement, de"favoriser l’emplo", mais il explique toutefois que cette "TVA emploi" n’est pas"une solution miracle" et qu’il ne faut pas en attendre non plus d’effets sur les délocalisations.
 
A voir également ce matin, la décision du gouvernement de revenir sur la circulaire du 31 mai dernier, une circulaire qui restreignait la possibilité pour les étudiants étrangers d’étudier en France, une décision saluée par Les Echos, qui titrent ce matin "bienvenue aux étudiants étrangers".
 
On est en revanche nettement moins enthousiaste du côté de Libération, qui évoque un espoir "douché", et une décision qui à l’arrivée va libéraliser assez peu la circulaire d’origine.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/08/2014 Tourisme

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

Presse internationale, mercredi 27 août 2014. Au menu de cette revue de presse, l'annonce d'un cessez-le-feu permanent entre le Hamas et Israël, le dernier stratagème du...

En savoir plus

27/08/2014 Arnaud Montebourg

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

Presse française, mercredi 27 août 2014. Au menu de cette revue de presse, la composition du nouveau gouvernement français, qui entérine la rupture de l'exécutif avec l'aile...

En savoir plus

25/08/2014 Barack Obama

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

Presse internationale, lundi 25 août 2014. Au menu de cette revue de presse, les révélations de la presse britannique sur l'assassin présumé de James Foley, l'épidémie Ebola et...

En savoir plus

26/08/2014 Austérité

"Nombril français, débat européen"

Presse internationale, mardi 26 août 2014. Au menu de cette revue de presse, la crise politique provoquée en France par le limogeage du ministre de l'Économie Arnaud Montebourg.

En savoir plus

26/08/2014 Austérité

"Reste-t-il autre chose de la rose que les épines ?"

Presse française, mardi 26 août 2014. Au menu de cette revue de presse, la crise ouverte par le limogeage d'Arnaud Montebourg, qui entraîne la formation d'un nouveau gouvernement.

En savoir plus