Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

FRANCE

Alain Juppé, en visite à Tunis, souhaite consolider l'amitié franco-tunisienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/01/2012

Pour son deuxième déplacement en Tunisie, Alain Juppé a rencontré le président Moncef Marzouki ainsi que le Premier ministre Hamadi Jebali à qui il a renouvelé le "plein soutien" et la "confiance" de la France à la Tunisie.

AFP - Le chef de la diplomatie française Alain Juppé, en visite en Tunisie, a plaidé jeudi pour un "véritable partenariat d'égal à égal" entre les deux pays et a assuré les nouvelles autorités tunisiennes du "plein soutien" et de la "confiance" de la France.

Arrivé jeudi pour une visite de deux jours en Tunisie, quasiment un an jour pour jour après la chute du régime de Ben Ali le 14 janvier 2011, M. Juppé a rencontré les nouveaux responsables du pays, dont le chef du gouvernement, l'islamiste Hamadi Jebali, et le président de la République Moncef Marzouki.

"Entre la France et la Tunisie, l'amitié est plus forte que jamais", a déclaré M. Juppé après son entretien avec M. Jebali.

"Nous sommes décidés à faire de cette amitié un véritable partenariat d'égal à égal", a insisté le ministre français, alors que les relations entre les deux pays ont été quelque peu tendues depuis un an.

"Nous soutenons pleinement le processus démocratique qui se déroule ici en Tunisie parce qu'il est fondé sur des valeurs qui nous sont communes: l'Etat de droit, le respect des libertés publiques et privées, les droits de l'Homme, les droits de la femme", a souligné M. Juppé.

A plusieurs reprises depuis la victoire des islamistes aux élections d'octobre, Paris avait fait part de sa "vigilance" quant au respect de l'Etat de droit, des déclarations peu appréciées en Tunisie compte tenu de l'ancien soutien français au régime Ben Ali.

"Nous sommes attachés à un certain nombre de principes (...) Ici en Tunisie au terme des entretiens que j'ai eus et en suivant très attentivement l'évolution de la situation je n'ai pas d'inquiétude sur le respect de ces principes fondamentaux", a déclaré M. Juppé, faisant part de sa "confiance" dans le processus de démocratisation.

"Un pays attaché à l'islam peut construire une démocratie", a-t-il encore dit.

"Pour que le processus démocratique réussisse pleinement il faut aussi que les difficultés économiques et sociales auxquelles la Tunisie est confrontée puissent être surmontées", a relevé M. Juppé, qui a lancé un appel aux investisseurs et aux touristes français.

"Nous incitons les investissseurs français à s'intéresser à la Tunisie et nous encourageons nos concitoyens à revenir faire du tourisme dans ce pays attractif qui présente les conditions de sécurité et de stabilité", a-t-il déclaré alors que le secteur du tourisme (7% du PIB tunisien) est en chute libre depuis un an.

"Les promesses françaises ont été tenues", a souligné M. Juppé, qui avait annoncé en avril une aide française de 350 millions d'euros à la Tunisie. "180 millions ont déjà été décaissés, l'autre partie sera décaissée en 2012", a-t-il indiqué.

Il s'agit de la deuxième visite de M. Juppé en Tunisie depuis la révolution --il était venu en avril dernier pour relancer la relation bilatérale--, et de la première depuis la victoire des islamistes.

Hasard du calendrier, sa visite à Tunis coïncide avec celle d'Ismaïl Haniyeh, le chef du gouvernement du mouvement islamiste palestinien Hamas, considéré comme une organisation terroriste par l'UE.
 

Première publication : 05/01/2012

  • ÉLECTIONS TUNISIENNES

    Hechmi Hamdi, ovni politique tunisien

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Mobilisation massive des Tunisiens pour un scrutin historique

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Les Tunisiens votent en masse pour élire l'Assemblée constituante

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)