Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

"Le nouvel antisémitisme" : un manifeste à charge ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault : un nouveau pas de deux dans "Lorenzaccio"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

FOCUS

RDC : le fléau des enlèvements d'enfants contre rançon

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Macron aux États-Unis : un bilan en demi-teinte

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 11/01/2012

L'Irak après l'Amérique

Décembre 2011, le dernier G.I. quitte l’Irak, après neuf ans d’occupation. Les Américains laissent un pays divisé, en proie à la violence et à une crise politique. Nous avons rencontré des chiites et des sunnites pour mesurer les tensions entre communautés.

Cent cinquante-sept : c’est le nombre de soldats américains encore en Irak. Initialement, les gouvernements américain et irakien voulaient que des formateurs restent jusqu’en 2014 pour encadrer les forces de sécurité locales, mais ils n’ont pas pu se mettre d’accord sur leur statut juridique.

L’Otan voulait une immunité judiciaire pour ses personnels : le gouvernement de Nouri al-Maliki a refusé. La page américaine est donc définitivement tournée en Irak... place à la crise politique.

Institutions bloquées

La tension est à son comble entre le gouvernement du chiite Nouri al-Maliki et le bloc Iraqiya, l’opposition laïque, soutenue par les sunnites, qui accuse le Premier ministre de monopoliser le pouvoir et qui boycotte le Parlement.

Dernier épisode en date : quarante-huit heures à peine après le retrait américain, le ministre de l’Intérieur convoque une conférence de presse durant laquelle il annonce qu’un mandat d’arrêt est lancé le vice-président irakien : le sunnite Tarek el-Hachemi. Selon le gouvernement, il aurait commandité des actes terroristes. Plusieurs personnes, presentées comme des membres de sa garde rapprochée, défilent devant les caméras, racontant dans le détail les attentats et assassinats qu’ils auraient perpétrés pour le compte de leur patron.

Tarek el-Hachemi est actuellement au Kurdistan irakien. Manœuvre politique ou accusations fondées ? Dans les deux cas, cet épisode en dit long sur l’état politique du pays et rend plus difficiles d’éventuelles négociations de sortie de crise.

Risque d’éclatement du pays

Dans les provinces du Triangle sunnite, les gouverneurs se sentent de plus en plus marginalisés. Selon eux, le gouvernement central les empêche de travailler et leur refuse des postes à Bagdad. Le 27 octobre, Salah-el-Din est la première région sunnite à demander son autonomie, bientôt suivie de Diyala.

Des demandes refusées par le gouvernement et qualifiées, par les proches de Nouri al-Maliki, de "complot" visant à faire éclater le pays et à offrir un refuge aux anciens baassistes.

La crise politique et l’autonomie des provinces sunnites renforcent les tensions entre les communautés chiites et sunnites. Chacune dispose de milices prêtes à en découdre : une situation explosive qui pourrait plonger l’Irak dans une violente guerre confessionnelle.

Par James ANDRE , Chady CHLELA

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/04/2018 Afrique

Vidéo : les ânes d’Afrique sacrifiés sur l'autel de la "médecine" chinoise

Chaque année, la Chine abat des millions d'ânes pour fabriquer l'ejiao, un remède traditionnel prétendument miracle utilisé pour traiter divers maux. Alors que dans le pays, la...

En savoir plus

13/04/2018 Amériques

Vidéo : du Brésil au Canada, la nouvelle route de l'exil africain

On la surnomme "la route de la mort". Chaque année, des milliers de migrants en quête d'une vie meilleure traversent dix pays, du Brésil au Canada. Ils viennent de Cuba, du...

En savoir plus

06/04/2018 Afrique

Vidéo : en Mauritanie, le tourisme à l’épreuve du terrorisme

Depuis décembre 2017, les vols ont repris entre la France et le désert mauritanien. Après des années d’absence, des centaines de touristes reviennent dans le pays, à la...

En savoir plus

30/03/2018 Moyen-Orient

Vidéo : au Yémen, une guerre à huis clos

Au Yémen, la guerre semble sans fin. Depuis trois ans, l'Arabie saoudite dirige une coalition de pays sunnites pour soutenir le pouvoir du président Hadi face aux rebelles...

En savoir plus

23/03/2018 Organisation État islamique

Syrie : dans les tribunaux kurdes chargés de juger les jihadistes de l'EI

En Syrie, la guerre menée par les Kurdes contre l'organisation de l'État Islamique a fait des milliers de morts, mais aussi de très nombreux prisonniers. Pour la première fois,...

En savoir plus