Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi, à 20h40.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 11/01/2012

L'Irak après l'Amérique

Décembre 2011, le dernier G.I. quitte l’Irak, après neuf ans d’occupation. Les Américains laissent un pays divisé, en proie à la violence et à une crise politique. Nous avons rencontré des chiites et des sunnites pour mesurer les tensions entre communautés.

Cent cinquante-sept : c’est le nombre de soldats américains encore en Irak. Initialement, les gouvernements américain et irakien voulaient que des formateurs restent jusqu’en 2014 pour encadrer les forces de sécurité locales, mais ils n’ont pas pu se mettre d’accord sur leur statut juridique.

L’Otan voulait une immunité judiciaire pour ses personnels : le gouvernement de Nouri al-Maliki a refusé. La page américaine est donc définitivement tournée en Irak... place à la crise politique.

Institutions bloquées

La tension est à son comble entre le gouvernement du chiite Nouri al-Maliki et le bloc Iraqiya, l’opposition laïque, soutenue par les sunnites, qui accuse le Premier ministre de monopoliser le pouvoir et qui boycotte le Parlement.

Dernier épisode en date : quarante-huit heures à peine après le retrait américain, le ministre de l’Intérieur convoque une conférence de presse durant laquelle il annonce qu’un mandat d’arrêt est lancé le vice-président irakien : le sunnite Tarek el-Hachemi. Selon le gouvernement, il aurait commandité des actes terroristes. Plusieurs personnes, presentées comme des membres de sa garde rapprochée, défilent devant les caméras, racontant dans le détail les attentats et assassinats qu’ils auraient perpétrés pour le compte de leur patron.

Tarek el-Hachemi est actuellement au Kurdistan irakien. Manœuvre politique ou accusations fondées ? Dans les deux cas, cet épisode en dit long sur l’état politique du pays et rend plus difficiles d’éventuelles négociations de sortie de crise.

Risque d’éclatement du pays

Dans les provinces du Triangle sunnite, les gouverneurs se sentent de plus en plus marginalisés. Selon eux, le gouvernement central les empêche de travailler et leur refuse des postes à Bagdad. Le 27 octobre, Salah-el-Din est la première région sunnite à demander son autonomie, bientôt suivie de Diyala.

Des demandes refusées par le gouvernement et qualifiées, par les proches de Nouri al-Maliki, de "complot" visant à faire éclater le pays et à offrir un refuge aux anciens baassistes.

La crise politique et l’autonomie des provinces sunnites renforcent les tensions entre les communautés chiites et sunnites. Chacune dispose de milices prêtes à en découdre : une situation explosive qui pourrait plonger l’Irak dans une violente guerre confessionnelle.

Par James ANDRE , Chady CHLELA

COMMENTAIRE(S)

Les archives

17/10/2014 Cannabis

L'héritage du président Mujica en Uruguay

Avec la légalisation du mariage homosexuel, de l'avortement ou la dépénalisation du cannabis, l'Uruguay est devenu ces dernières années un véritable laboratoire social en...

En savoir plus

26/09/2014 Russie

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En mars 2014, la Crimée votait massivement pour un rattachement à la Russie, lors d’un référendum jugé illégal par la communauté internationale. Si la majorité des habitants sont...

En savoir plus

26/09/2014 Organisation de l'État islamique

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

Nous vous proposons un document exceptionnel de 12 minutes, tourné dans la ville de Raqqa, bastion de l’organisation de l’État islamique, au nord de la Syrie. Cachée sous son...

En savoir plus

10/10/2014 Séisme en Haïti

Le drame du choléra en Haïti

Quelques mois après le terrible séisme de janvier 2010, une épidémie de choléra s’est soudainement abattue sur Haïti. Les casques bleus de l'ONU sont accusés d’avoir transmis la...

En savoir plus

19/09/2014 Terrorisme

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, six ressortissants algériens ont été arrêtés en Bosnie-Herzégovine. Accusés d’être des terroristes et de préparer de nouvelles...

En savoir plus