Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

FRANCE

Taxe Tobin : Sarkozy n'exclut pas de faire cavalier seul

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2012

"Nous n'attendrons pas que tous les autres soient d'accord pour la mettre en œuvre", a déclaré le président français au sujet de la taxe sur les transactions financières. Une éventualité dont Berlin ne veut, pour l'heure, pas entendre parler.

AFP - La France "n'attendra pas que tous les autres soient d'accord" pour mettre en oeuvre la taxe sur les transactions financières, a assuré vendredi Nicolas Sarkozy, sans toutefois donner de précision sur la date à laquelle elle pourrait être mise en vigueur.

"Nous la mettrons en oeuvre parce que nous y croyons", a ajouté M. Sarkozy, en clôturant à l'Elysée le colloque "Nouveau monde" organisé par son ministre de l'Industrie, Eric Besson, jugeant "inacceptable" que "les transactions financières soient les seules transactions exonérées de toute taxe".

"Lorsque vous achetez un appartement, dans tous les pays du monde vous payez une taxe. Lorsque vous allez dans un supermarché pour vous nourrir, vous payez une taxe. Lorsque vous faites une transaction financière, vous ne payez pas de taxe. Qui peut comprendre? Qui peut l'accepter?", a-t-il interrogé.

"C'est la raison pour laquelle la France milite pour une taxe sur les transactions financières. Je le dis sous le contrôle du ministre des Finances. Nous n'attendrons pas que tous les autres soient d'accord pour la mettre en oeuvre, nous la mettrons en oeuvre parce que nous y croyons", a assuré le président, sans autre précision.

"Je crois à l'émergence d'une opinion publique mondiale qui se tournera vers tous les gouvernements du monde et qui leur dira: +pourquoi vous ne faites pas ce que eux ont fait+. Et la zone euro doit montrer l'exemple", a-t-il insisté.

Nicolas Sarkozy s'est d'ailleurs réjoui des "récentes déclarations du président du conseil italien (Mario Monti, présent face à lui) devant le Parlement, marquant son intérêt et son ouverture, ce qui est une nouveauté, vis-à-vis du principe de cette taxe".

Nicolas Sarkozy a fait de l'instauration d'une taxe sur les transactions financières une des priorités de sa présidence des G8 et G20, et avait même promis aux ONG d'aide au développement, début 2011, que cette taxe serait mise en oeuvre par la France seule "avant la fin de l'année", selon ces ONG.

Il avait ensuite révisé sa stratégie en poussant le principe d'une adoption de cette taxe par un groupe de pays "pilote" de l'Union européenne dans le cadre d'une initiative franco-allemande.

Mais, à trois mois et demi de la présidentielle, le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a amorcé vendredi matin un nouveau virage qui a pris de court les partenaires européens de la France, en annonçant que le gouvernement français était prêt à prendre une décision "pour ce qui concerne la France avant la fin du mois de janvier".

L'Allemagne a immédiatement fait savoir qu'elle ne déciderait pas seule d'une taxation sur les transactions financières et répété sa préférence pour une solution européenne, tout comme la commission de Bruxelles qui a plaidé pour une "approche cohérente" entre ses Etats membres.

Lors d'un débat télévisé en 1999, qui l'opposait notamment au premier secrétaire du PS François Hollande, Nicolas Sarkozy avait fustigé "l'absurdité" de la taxe sur les transactions financière, alors appelée taxe Tobin. "Si nous la faisons en France, on va encore la payer de dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires", avait-il alors plaidé.

Première publication : 06/01/2012

  • FINANCES

    Paris envisage d'instaurer une taxe sur les transactions financières d'ici fin janvier

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Au G20, Sarkozy plaide en faveur d'une taxe sur les transactions financières

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    La Commission européenne propose une taxe sur les transactions financières

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)