Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

FRANCE

Taxe Tobin : Sarkozy n'exclut pas de faire cavalier seul

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2012

"Nous n'attendrons pas que tous les autres soient d'accord pour la mettre en œuvre", a déclaré le président français au sujet de la taxe sur les transactions financières. Une éventualité dont Berlin ne veut, pour l'heure, pas entendre parler.

AFP - La France "n'attendra pas que tous les autres soient d'accord" pour mettre en oeuvre la taxe sur les transactions financières, a assuré vendredi Nicolas Sarkozy, sans toutefois donner de précision sur la date à laquelle elle pourrait être mise en vigueur.

"Nous la mettrons en oeuvre parce que nous y croyons", a ajouté M. Sarkozy, en clôturant à l'Elysée le colloque "Nouveau monde" organisé par son ministre de l'Industrie, Eric Besson, jugeant "inacceptable" que "les transactions financières soient les seules transactions exonérées de toute taxe".

"Lorsque vous achetez un appartement, dans tous les pays du monde vous payez une taxe. Lorsque vous allez dans un supermarché pour vous nourrir, vous payez une taxe. Lorsque vous faites une transaction financière, vous ne payez pas de taxe. Qui peut comprendre? Qui peut l'accepter?", a-t-il interrogé.

"C'est la raison pour laquelle la France milite pour une taxe sur les transactions financières. Je le dis sous le contrôle du ministre des Finances. Nous n'attendrons pas que tous les autres soient d'accord pour la mettre en oeuvre, nous la mettrons en oeuvre parce que nous y croyons", a assuré le président, sans autre précision.

"Je crois à l'émergence d'une opinion publique mondiale qui se tournera vers tous les gouvernements du monde et qui leur dira: +pourquoi vous ne faites pas ce que eux ont fait+. Et la zone euro doit montrer l'exemple", a-t-il insisté.

Nicolas Sarkozy s'est d'ailleurs réjoui des "récentes déclarations du président du conseil italien (Mario Monti, présent face à lui) devant le Parlement, marquant son intérêt et son ouverture, ce qui est une nouveauté, vis-à-vis du principe de cette taxe".

Nicolas Sarkozy a fait de l'instauration d'une taxe sur les transactions financières une des priorités de sa présidence des G8 et G20, et avait même promis aux ONG d'aide au développement, début 2011, que cette taxe serait mise en oeuvre par la France seule "avant la fin de l'année", selon ces ONG.

Il avait ensuite révisé sa stratégie en poussant le principe d'une adoption de cette taxe par un groupe de pays "pilote" de l'Union européenne dans le cadre d'une initiative franco-allemande.

Mais, à trois mois et demi de la présidentielle, le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a amorcé vendredi matin un nouveau virage qui a pris de court les partenaires européens de la France, en annonçant que le gouvernement français était prêt à prendre une décision "pour ce qui concerne la France avant la fin du mois de janvier".

L'Allemagne a immédiatement fait savoir qu'elle ne déciderait pas seule d'une taxation sur les transactions financières et répété sa préférence pour une solution européenne, tout comme la commission de Bruxelles qui a plaidé pour une "approche cohérente" entre ses Etats membres.

Lors d'un débat télévisé en 1999, qui l'opposait notamment au premier secrétaire du PS François Hollande, Nicolas Sarkozy avait fustigé "l'absurdité" de la taxe sur les transactions financière, alors appelée taxe Tobin. "Si nous la faisons en France, on va encore la payer de dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires", avait-il alors plaidé.

Première publication : 06/01/2012

  • FINANCES

    Paris envisage d'instaurer une taxe sur les transactions financières d'ici fin janvier

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Au G20, Sarkozy plaide en faveur d'une taxe sur les transactions financières

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    La Commission européenne propose une taxe sur les transactions financières

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)