Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

FRANCE

Taxe Tobin : Sarkozy n'exclut pas de faire cavalier seul

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2012

"Nous n'attendrons pas que tous les autres soient d'accord pour la mettre en œuvre", a déclaré le président français au sujet de la taxe sur les transactions financières. Une éventualité dont Berlin ne veut, pour l'heure, pas entendre parler.

AFP - La France "n'attendra pas que tous les autres soient d'accord" pour mettre en oeuvre la taxe sur les transactions financières, a assuré vendredi Nicolas Sarkozy, sans toutefois donner de précision sur la date à laquelle elle pourrait être mise en vigueur.

"Nous la mettrons en oeuvre parce que nous y croyons", a ajouté M. Sarkozy, en clôturant à l'Elysée le colloque "Nouveau monde" organisé par son ministre de l'Industrie, Eric Besson, jugeant "inacceptable" que "les transactions financières soient les seules transactions exonérées de toute taxe".

"Lorsque vous achetez un appartement, dans tous les pays du monde vous payez une taxe. Lorsque vous allez dans un supermarché pour vous nourrir, vous payez une taxe. Lorsque vous faites une transaction financière, vous ne payez pas de taxe. Qui peut comprendre? Qui peut l'accepter?", a-t-il interrogé.

"C'est la raison pour laquelle la France milite pour une taxe sur les transactions financières. Je le dis sous le contrôle du ministre des Finances. Nous n'attendrons pas que tous les autres soient d'accord pour la mettre en oeuvre, nous la mettrons en oeuvre parce que nous y croyons", a assuré le président, sans autre précision.

"Je crois à l'émergence d'une opinion publique mondiale qui se tournera vers tous les gouvernements du monde et qui leur dira: +pourquoi vous ne faites pas ce que eux ont fait+. Et la zone euro doit montrer l'exemple", a-t-il insisté.

Nicolas Sarkozy s'est d'ailleurs réjoui des "récentes déclarations du président du conseil italien (Mario Monti, présent face à lui) devant le Parlement, marquant son intérêt et son ouverture, ce qui est une nouveauté, vis-à-vis du principe de cette taxe".

Nicolas Sarkozy a fait de l'instauration d'une taxe sur les transactions financières une des priorités de sa présidence des G8 et G20, et avait même promis aux ONG d'aide au développement, début 2011, que cette taxe serait mise en oeuvre par la France seule "avant la fin de l'année", selon ces ONG.

Il avait ensuite révisé sa stratégie en poussant le principe d'une adoption de cette taxe par un groupe de pays "pilote" de l'Union européenne dans le cadre d'une initiative franco-allemande.

Mais, à trois mois et demi de la présidentielle, le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a amorcé vendredi matin un nouveau virage qui a pris de court les partenaires européens de la France, en annonçant que le gouvernement français était prêt à prendre une décision "pour ce qui concerne la France avant la fin du mois de janvier".

L'Allemagne a immédiatement fait savoir qu'elle ne déciderait pas seule d'une taxation sur les transactions financières et répété sa préférence pour une solution européenne, tout comme la commission de Bruxelles qui a plaidé pour une "approche cohérente" entre ses Etats membres.

Lors d'un débat télévisé en 1999, qui l'opposait notamment au premier secrétaire du PS François Hollande, Nicolas Sarkozy avait fustigé "l'absurdité" de la taxe sur les transactions financière, alors appelée taxe Tobin. "Si nous la faisons en France, on va encore la payer de dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires", avait-il alors plaidé.

Première publication : 06/01/2012

  • FINANCES

    Paris envisage d'instaurer une taxe sur les transactions financières d'ici fin janvier

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Au G20, Sarkozy plaide en faveur d'une taxe sur les transactions financières

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    La Commission européenne propose une taxe sur les transactions financières

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)