Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Une soixantaine d'islamistes abattus par l'armée kényane

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/01/2012

Une soixantaine d'insurgés islamistes Shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont trouvé la mort samedi dans le sud de la Somalie, lors d'un raid aérien de l'armée kényane. Nairobi mène depuis trois mois des opérations contre les islamistes somaliens.

AFP - L'armée kényane a affirmé samedi avoir tué une soixantaine de combattants islamistes affiliés à Al-Qaïda lors d'un raid aérien dans le sud de la Somalie, trois mois après le début des opérations militaires de Nairobi dans ce pays ravagé par deux décennies de guerre civile.

"Les pertes sont très élevées après les raids aériens de vendredi. Selon un bilan provisoire, les (milices) Shebab ont perdu 60 combattants ou plus et 50 ont été blessés", a indiqué à la presse le porte-parole de l'armée, le colonel Cyrus Oguna.

Les frappes des avions kényans ont visé des positions rebelles à Garbahare, dans la région de Gedo (sud). Les militaires kényans affirment également avoir détruit neuf "technicals" - véhicules armés de mitrailleuses - et avoir pris le contrôle de deux villages dans la zone, Fafadon et Elade.

Les combattants Shebab, affiliés à Al-Qaïda, rejettent régulièrement les bilans de l'armée kényane, qualifiés de mensonges. Et aucune source indépendante ne peut les confirmer.

Le Kenya a envoyé des troupes en Somalie pour combattre les miliciens islamistes soupçonnés d'une série d'attaques et d'enlèvements d'Occidentaux sur son sol. Les militaires kényans combattent avec les forces somaliennes soutenant le gouvernement de Mogadiscio.

Même si les progrès sont lents, l'armée kényane reste optimiste. "Nous continuerons à les frapper jusqu'à briser complètement leur colonne vertébrale... et nous savourerons alors ce moment", a ajouté le porte-parole de l'armée kényane.

Les milices Shebab contrôlent une grande partie du centre et du sud de la Somalie. Mais elles doivent faire face à une pression croissante des forces gouvernementales appuyées par une force d'intervention régionale.

L'armée éthiopienne est entrée en Somalie en novembre et en décembre s'est battue avec les forces pro-gouvernementales pour le contrôle de la ville de Beledweyne, dans la région de Hiran, dans le centre de la Somalie.

"Risque accru" d'attentats au Kenya

Cette ville commerçante est stratégiquement située reliant la capitale Mogadiscio et la frontière éthiopienne. Elle se trouve également sur la principale route reliant le nord et le sud de la Somalie.

Le Kenya échange des officiers de liaison avec l'armée éthiopienne depuis que Nairobi et Addis Abeba combattent un ennemi commun, mais les deux fronts restent distincts.

"Les Ethiopiens peuvent atténuer la pression car les Shebab se disperseront s'ils ont davantage d'ennemis à combattre mais ils (les Ethiopiens) mènent leurs opérations et nous les nôtres", a relevé le porte-parole de l'armée kényane.

Une force de l'Union africaine (UA), composée de de 10.000 hommes en provenance d'Ouganda, du Burundi et de Djibouti, soutient le fragile gouvernement de Mogadiscio, soutenu par les pays occidentaux, face aux attaques des combattants islamistes.

L'UA a demandé jeudi à l'ONU de l'autoriser à déployer 17.700 hommes, contre un maximum aujourd'hui de 12.000, au sein de sa force installée en Somalie pour soutenir les autorités de transition face aux insurgés islamistes.

Le ministère britannique des Affaires étrangères a par ailleurs fait état samedi d'un "risque accru" d'attentats à Nairobi, indiquant que "des terroristes pourraient en être aux derniers stades d'une préparation d'attaques".

"Les attentats pourraient viser sans distinction les institutions kényanes, aussi bien que des endroits où les expatriés et les voyageurs étrangers se rassemblent, comme les hôtels, les centres commerciaux et les plages", ajoute le ministère dans un communiqué.

Première publication : 07/01/2012

  • SOMALIE

    L'armée kenyane abat neuf combattants Shebab

    En savoir plus

  • SOMALIE - KENYA

    Les Shebab appellent leurs forces au Kenya à attaquer

    En savoir plus

  • KENYA

    Nairobi cible d'une seconde attaque en moins de vingt-quatre heures

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)