Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le meurtre de deux inspecteurs de l'ONU, signe du chaos en RDC"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Valls, M. Déloyal"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bye Bye l'UE !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

Economie

Taxe Tobin : la finance française s'oppose à l'initiative isolée de Paris

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2012

L'association Paris Europlace, qui représente les acteurs de la place financière française, désapprouve l'initiative du gouvernement de mettre en place une taxe sur les transactions financières alors que ses partenaires européens s'y refusent.

AFP - L'association Paris Europlace, qui représente l'ensemble des acteurs de la place financière française, a indiqué dimanche qu'elle était opposée à la mise en place d'une taxe sur les transactions financières qui serait de la seule initiative française.
              
Elle déclare dans un communiqué "son opposition à la mise en place d'une taxe sur les transactions financières qui, si elle n'était pas européenne, affaiblirait l'économie française".
              
Le président Nicolas Sarkozy a déclaré vendredi que la France n'attendrait pas que ses partenaires européens trouvent un consensus sur le sujet pour mettre en oeuvre la taxe sur les transactions financières. Il n'a toutefois pas précisé la date à laquelle elle pourrait entrer en vigueur.
              
Paris Europlace argue que la crise financière mondiale a démarré sur le marché américain, avec les dysfonctionnements du marché des "subprimes" et les risques pris par les grandes banques d’investissement anglo-saxonnes.
              
"Une taxe, sanctionnant spécifiquement l'industrie financière française, serait inappropriée", estime l'association.
              
Elle souligne que, dans les faits, cette taxe ne toucherait pas uniquement les transactions considérées comme spéculatives mais aussi les transactions réalisées par les investisseurs privés, les entreprises et les investisseurs institutionnels.
              
"Si cette taxe était appliquée seulement en France, elle entraînerait inéluctablement une délocalisation des activités concernées des banques, sociétés d'assurance et de gestion, au profit des grandes places financières mondiales, et réduirait en conséquence la maîtrise des conditions de financement de notre économie et le rôle de la place de Paris dans l'économie européenne et mondiale", conclut l'association.
              
Paris Europlace représente l'ensemble des acteurs de la place financière française: entreprises industrielles, y compris les PME, sociétés d'assurance, sociétés de gestion, banques et intermédiaires financiers. L'association est présidée par Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez.

 

Première publication : 08/01/2012

  • FINANCE

    Taxe Tobin : Sarkozy n'exclut pas de faire cavalier seul

    En savoir plus

  • FINANCES

    Paris envisage d'instaurer une taxe sur les transactions financières d'ici fin janvier

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Au G20, Sarkozy plaide en faveur d'une taxe sur les transactions financières

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)