Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

Afrique

Pour les 100 ans de l'ANC, Jacob Zuma célèbre la société multiraciale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/01/2012

Lors de son discours prononcé à Bloemfontein dans le cadre du centenaire de l'ANC, le parti au pouvoir, le président sud-africain, Jacob Zuma, a mis l'accent sur le caractère fondamental d'une société multiraciale.

AFP - Le président sud-africain Jacob Zuma a rappelé l'objectif fondamental d'une société multiraciale, où toutes les communautés vivraient en harmonie, dans un discours prononcé dimanche pour le centenaire de l'ANC, le parti dominant qu'il dirige.

"Ce n'est pas une célébration seulement pour l'ANC et ses membres, c'est une célébration joyeuse pour tous les Sud-Africains qui, avec le soutien de tout le continent (africain) et du monde entier, ont détruit l'oppression coloniale et l'apartheid pour réaliser le rêve d'une Afrique du Sud libre, démocratique, multiraciale, non sexiste et prospère", a-t-il lancé.

"La route a été longue depuis 1652, quand les colons européens sont arrivés dans ce pays", a rappelé le président lors d'un grand meeting à Bloemfontein (centre).

Mais maintenant que tous les Sud-Africains ont obtenu le droit de vote, Jacob Zuma a rappelé cet objectif d'une société multiraciale.

Il a notamment cité la Charte de la liberté, texte fondateur signé en 1955 par l'ANC et d'autres mouvements anti-apartheid: "L'Afrique du Sud appartient à tous ceux qui y vivent, Noirs et Blancs".

"Il est remarquable que ce pays ait pu connaître une lutte multiraciale contre un régime qui avait institutionnalisé le racisme", a-t-il d'ailleurs noté.

"L'ANC, une force disciplinée de gauche, avec une attention particulière pour les besoins des plus pauvres, est aussi une grande église", a-t-il souligné, notant que le parti restait ouvert à tous, des marxistes aux capitalistes en passant par les nationalistes.

"Cela a été l'une des plus grandes forces de ce glorieux mouvement!"

Jacob Zuma est ouvertement contesté par une partie de sa base, et notamment pas la Ligue de jeunesse de l'ANC, qui critique la lenteur de la transformation du pays après dix-sept ans passés au pouvoir, alors que plus du quart de la population est sans travail et que des millions de personnes vivent encore dans des bidonvilles.

Julius Malema, le président de la Ligue, attaque régulièrement les Blancs qui ont gardé l'essentiel du pouvoir économique, et réclame sans relâche nationalisation des mines et saisie des fermes exploitées par les agriculteurs blancs.

 

Première publication : 08/01/2012

  • AFRIQUE DU SUD

    L’ANC célèbre son centenaire sur fond de querelles internes

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Le chef des jeunes de l'ANC Julius Malema suspendu cinq ans par son parti

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)