Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

Afrique

Les leaders chrétiens dénoncent un "nettoyage ethnique et religieux"

©

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/01/2012

Les leaders chrétiens du Nigeria dénoncent un "nettoyage ethnique et religieux" après les attaques meurtrières qui ont principalement visé catholiques et protestants dans ce pays divisé à parts égales entre chrétiens et musulmans.

AFP - Des leaders chrétiens du Nigeria ont qualifié samedi de "nettoyage ethnique et religieux" les récents meurtres de dizaines de chrétiens par des islamistes présumés et averti qu'ils se préparaient à se défendre contre la multiplication des tueries.
              
Le Nigeria connaît depuis Noël une escalade des violences visant principalement catholiques et protestants dans ce pays divisé à parts égales entre chrétiens et musulmans.

Ces attaques ont été en grande partie revendiquées par Boko Haram, un groupe extrémiste qui dit vouloir chasser les chrétiens du Nord majoritairement musulman et imposer la charia, la loi islamique.
              
Attentats et affrontements se sont multipliés depuis jeudi, faisant une trentaine de morts dans plusieurs Etats du Nord-Est après l'expiration d'un ultimatum des islamistes exigeant que les chrétiens quittent le Nord du pays le plus peuplé et premier producteur de pétrole d'Afrique.
              
Convoquée d'urgence samedi, une réunion de responsables chrétiens a conclu que "le schéma de ces tueries nous fait effectivement penser à un nettoyage ethnique et religieux systématique", a déclaré Ayo Oritsejafor, chef de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN), regroupant protestants et catholiques.
              
Les leaders chrétiens "ont décidé de définir les moyens nécessaires pour se défendre face à ces tueries insensées", a-t-il ajouté.
              
"Nous avons le droit légitime de nous défendre (...) quoiqu'il en coûte", a-t-il averti sans préciser quelles mesures étaient envisagées.
              
A la suite des attentats qui avaient fait une cinquantaine de morts à la sortie d'offices de Noël, le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, a décrété le 31 décembre l'état d'urgence dans des Etats du centre et du Nord-Est touchés par les violences de Boko Haram.
              
"Ce type d'évènements nous rappelle les débuts de la guerre civile qui a eu lieu au Nigeria", s'est inquiété le chef de la CAN, dans une allusion à la sanglante guerre sécessionniste du Biafra qui avait fait environ un million de morts de 1967 à 1970.
              
M. Oritsejafor a dénoncé en particulier l'incapacité des gouverneurs des Etats du Nord à empêcher ces violences. "Nous les tenons pour responsables de ces tueries", a-t-il affirmé.
              
Les autorités de l'Etat d'Adamawa ont réagi aux violences en imposant samedi un couvre-feu de 24 heures.
              
C'est dans cet Etat qu'a eu lieu l'attaque la plus meurtrière des derniers jours avec la mort de 17 personnes vendredi à Mubi, selon des témoins, dans des tirs sur un rassemblement de chrétiens en deuil. La police a établi le bilan à 12 morts.
              
Une autre attaque a été perpétrée vendredi soir par des hommes armés dans une église de Yola, capitale du même Etat d'Adamawa, faisant au moins 10 morts parmi les fidèles, selon un responsable chrétien.
              
Toujours dans le Nord, une autre attaque avait fait six morts, d'après des témoins, jeudi, parmi des fidèles réunis en prière dans une église de la ville de Gombe, dans l'Etat voisin éponyme.
              
"Ces attaques sont l'une des conséquences de la fin de notre ultimatum" demandant aux chrétiens de partir des régions où ils sont en minorité, a déclaré vendredi à la presse Abul Qaqa, porte-parole de Boko Haram.
              
Enfin, dans la nuit de vendredi à samedi, des affrontements ont opposé plusieurs heures des militants de Boko Haram aux forces de sécurité dans la ville de Potiskum, dans l'Etat de Yobe, toujours dans le Nord, faisant des morts et des blessés, a dit la police.
              
Au moins deux personnes  ont été tuées, selon des sources hospitalières. Des centaines d'habitants ont fui massivement leur domicile.
              
Des dizaines d'islamistes armés avaient attaqué plusieurs lieux à Potiskum aux cris d'"Allah akbar !" (Dieu est grand), notamment le commissariat.
              
Des dirigeants de la communauté musulmane ont de leur côté affirmé que des musulmans vivant dans la région méridionale du Delta du Niger, riche en pétrole, avaient commencé à quitter cette zone de peur d'éventuelles représailles.
              
"Des musulmans nigérians (originaires) du nord ont commencé à quitter le Delta du Niger pour retourner dans le Nord", a ainsi déclaré à l'AFP Sheik Khalid Mohammed, un de ces responsables.
              
Aucune information à ce sujet n'a toutefois pu être obtenue de sources indépendantes.
              
                  


 

Première publication : 08/01/2012

  • NIGERIA

    Une attaque de Boko Haram provoque le départ de centaines d'habitants

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Violences au Nigeria : "Ce n’est pas de fermeté dont il faut user, mais d’habileté"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)