Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Amel Karboul, ministre tunisienne du Tourisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La sous-traitance des handicapés français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

  • Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Ukraine : Washington met en garde Moscou contre une "erreur coûteuse"

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

    En savoir plus

  • Standard & Poor's maintient la note "AA" pour la France

    En savoir plus

  • Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

Afrique

Youssou N’Dour interpelle les dirigeants occidentaux sur la candidature d'Abdoulaye Wade

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/01/2012

Le chanteur et candidat à la présidentielle sénégalaise estime que la candidature du président sortant, Abdoulaye Wade, 85 ans, élu une première fois en 2000 puis réélu en 2007, n'est pas conforme à la Constitution.

AFP - La star internationale de la chanson Youssou Ndour, candidat à la présidentielle de février au Sénégal, a demandé aux dirigeants du monde de dire "clairement" au président Abdoulaye Wade, qui se représente à ce scrutin, de partir, dans un entretien accordé à l'AFP.
              

"Je ne considère même pas Wade comme candidat, parce que si on reste dans le cadre de la Constitution, il n'a pas le droit", a affirmé Youssou Ndour à propos de la nouvelle candidature du chef de l'Etat, 85 ans, élu une première fois en 2000 et qui brigue un nouveau mandat après sa réélection en 2007.
              
"Et là j'interpelle le monde entier qui n'est pas encore clair par rapport à ça: il faut qu'on lui dise la vérité", a-t-il ajouté, s'adressant aux présidents américain Barack Obama et français Nicolas Sarkozy, au Premier ministre britannique David Cameron, à la Chancelière allemande Angela Merkel.
              
"Dites lui clairement, Obama, Sarko, Cameron, Merkel, etc, dites lui que la loi fondamentale, ce qui régit les Sénégalais, ne lui permet pas de se présenter. Qu'il ne force pas, parce qu'il vaut mieux prévenir que guérir".
              
"Et ça je le dis, parce que généralement ils (ces dirigeants) sont là jusqu'à ce qu'il y ait des problèmes. On a pas besoin de ça au Sénégal, c'est un pays de paix", a affirmé Youssou Ndour, craignant que le simple fait que M. Wade dépose sa candidature devant le Conseil constitutionnel ne provoque des violences.
              
La vingtaine de candidats déclarés ont jusqu'au 26 janvier pour déposer leur candidature devant le Conseil qui devra décider de la recevabilité de ces candidatures quelques jours plus tard.
              
"Le président Wade n'a même pas le droit d'aller là-bas" au Conseil constitutionnel, selon le chanteur, également patron de presse très impliqué dans la vie sociale de son pays depuis des années.
              
"Moi je suis non violent, mais on ne maîtrise pas les Sénégalais. A partir du moment où il n'y a pas de justice, la paix n'est pas possible. Justice rime avec paix, paix avec justice", a-t-il affirmé, ajoutant que le président Wade n'est pas un "roi".
              
C'est un président qui a été élu démocratiquement, réélu et la Constitution ne lui permet pas" de déposer à nouveau sa candidature.
                             
"Je vais créer la surprise"
                        
"Même moralement, comment va-t-il regarder les gens? Il va les regarder en disant +j'ai bafoué la Constitution+?", s'est-il interrogé. "Il faut qu'il revienne à la raison et on peut l'aider à sortir par la grande porte, je le lui ai dit face à face".
              
Selon lui, Wade "n'est plus majoritaire dans ce pays, il n'est plus populaire, il utilise aujourd'hui l'appareil de l'Etat qu'on lui a délégué pour essayer de dire qu'il est populaire". "Il a fait des choses", reconnaît-il, mais "il a fini aujourd'hui ce qu'il devait faire. Il a échoué. Merci".
              
A propos de sa candidature, "You" comme l'appellent ses compatriotes, a affirmé "venir avec une nouvelle démarche, une nouvelle vision".
              
"Je pense que je vais créer la surprise, je pense qu'il y a une évolution silencieuse, les gens vont voter Youssou Ndour", a-t-il déclaré, se disant certain de l'emporter dès le premier tour du 26 février.
              
"Je vois le désespoir des populations, je fais partie de ces populations. Je vois la situation se détériorer", a-t-il dit, affirmant que s'il est élu, ses priorités - santé, éducation, agriculture - n'auront que pour but d'aider "le Sénégal d'en bas" en dégageant des fonds, en particulier par la réduction du "train de vie exubérant de l'Etat".
              
Issu d'un milieu modeste du quartier populaire de la Médina à Dakar, Youssou Ndour, 52 ans, n'a pas fait d'études supérieures, mais met en avant sa notoriété internationale pour favoriser le développement du Sénégal.
              
"Moi, (quand) je deviens président du Sénégal, je sais que je suis accueilli à bras ouverts un peu partout dans le monde, et là je pourrais changer la donne, faire partie d'une dynamique économique, parce que j'ai envie d'atteindre l'autosuffisance alimentaire".
              
S'il est élu, "You" s'engage à abandonner le temps de son mandat toutes ses activités artistiques, son groupe de presse, ses affaires: "Le Sénégal est beaucoup plus important que tout ça".

Première publication : 08/01/2012

  • SÉNÉGAL

    Le président Abdoulaye Wade, 85 ans, veut rempiler pour un nouveau mandat

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Violences à Dakar entre partisans du pouvoir et opposants, un mort

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Abdoulaye Wade propose une élection présidentielle anticipée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)