Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

Asie - pacifique

Selon l'AIEA, l'Iran a commencé la production d'uranium enrichi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/01/2012

L'Iran a commencé la production d'uranium enrichi à 20% sur le site de Fordo, annonce l'AIEA, provoquant l'inquiétude de la communauté internationale. Poussé à 90%, l'enrichissement de l'uranium peut servir à fabriquer l'arme atomique.

AFP - L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a annoncé lundi que l'Iran avait commencé la production controversée d'uranium enrichi à 20% sur son site de Fordo, enfoui sous une montagne et difficile à attaquer.
           
"L'AIEA peut confirmer que l'Iran a commencé la production d'uranium enrichi jusqu'à 20% (...) sur le site d'enrichissement de Fordo", a indiqué l'agence dans un bref communiqué.
              
"Tout le matériel nucléaire dans l'installation reste sous la surveillance de l'agence", a ajouté l'AIEA, qui a son siège à Vienne.
              
Un diplomate occidental à Vienne, sous couvert d'anonymat, avait déjà fait part lundi du début de ces activités. "Cette dernière provocation ne fait que renforcer les inquiétudes de la communauté internationale", avait-il indiqué à l'AFP.
              
L'uranium enrichi à moins de 20% est utilisé uniquement à des fins civiles mais si l'enrichissement est poussé à plus de 90%, il peut servir à fabriquer l'arme atomique.
              
L'enrichissement d'uranium est au coeur du conflit opposant depuis plusieurs années l'Iran à la communauté internationale, qui craint que le programme nucléaire iranien n'ait des objectifs militaires en dépit des dénégations répétées de Téhéran.
              
"Toutes les activités nucléaires, notamment l'enrichissement d'uranium à Natanz et à Fordo, sont supervisées par l'Agence internationale de l'énergie atomique", a affirmé lundi le représentant iranien auprès de l'AIEA Ali Asghar Soltanieh à la chaîne de télévision iranienne en langue arabe Al-Alam.
              
Samedi, le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Fereydoun Abbassi Davani, avait annoncé la prochaine inauguration du site de Fordo, situé à 150 km au sud-ouest de Téhéran et qui peut contenir jusqu'à 3.000 centrifugeuses. L'Iran possède déjà 8.000 centrifugeuses sur le site de Natanz.
              
"Le site d'enrichissement de Fordo sera inauguré prochainement et nous avons la capacité d'y faire de l'enrichissement d'uranium à 20%, à 3,5% et à 4%", avait-il déclaré, cité par l'agence Mehr, précisant que "le site de Fordo, tout comme celui de Natanz, a été conçu de telle sorte que l'ennemi ne puisse pas le détruire".
              
Les Etats-Unis ont dénoncé lundi une escalade iranienne. "Si (les Iraniens) sont en train d'enrichir à Fordo à 20%, c'est une nouvelle escalade dans la violation de leurs obligations en matière de nucléaire", a déclaré la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.
              
Même réaction à Berlin, où le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle considère que l'enrichissement sur le site de Fordo constitue un pas supplémentaire dans l'escalade de la crise entre la communauté internationale et Téhéran.
              
"Selon M. Westerwelle, le début de l'enrichissement d'uranium à 20% dans la centrale nucléaire souterraine de Fordo est un pas supplémentaire dans l'escalade", a indiqué le porte-parole du chef de la diplomatie allemande.  "Aussi longtemps que l'Iran ne bougera pas, il n'y aura pas d'alternative à des sanctions dures", a-t-il ajouté.
              
Le Conseil de sécurité a déjà voté six résolutions, dont quatre assorties de sanctions, pour contraindre les Iraniens à suspendre l'enrichissement.
              
Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta a exprimé à plusieurs reprises ses doutes quant à d'éventuelles frappes aériennes contre l'Iran. Mais début décembre, il a suggéré pour la première fois que les installations nucléaires enterrées pourraient résister à de telles attaques, faisant allusion à Fordo.
              
"Dans le meilleur des cas, (des frappes aériennes) retarderaient (le programme nucléaire iranien) d'un an, peut-être deux", a déclaré M. Panetta ajoutant: "Cela dépend de la capacité d'atteindre vraiment les cibles qui sont visées. Franchement, certaines de ces cibles sont très difficiles à atteindre".
              
Dimanche, il a affirmé que l'Iran n'élaborait pas d'arme atomique.
              
"Sont-ils en train de développer une arme nucléaire? Non. Mais nous savons qu'ils tentent de développer une capacité nucléaire et cela nous préoccupe", a-t-il dit. "Notre ligne rouge est que l'Iran ne développe pas d'arme atomique", a-il ajouté.
              
Contrairement aux pays occidentaux, la Russie et la Chine s'opposent à de nouvelles sanctions contre Téhéran.
              
L'Iran s'est déclaré prêt à reprendre les négociations nucléaires avec les puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne). Mais la chef de la diplomatie de l'Union européenne Catherine Ashton a déclaré qu'elle attendait toujours une lettre écrite de la République islamique.

 

Première publication : 09/01/2012

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Paris appelle les Européens à durcir les sanctions économiques contre l'Iran

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran teste ses barres de combustible nucléaire

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran peut-il vraiment verrouiller le détroit d'Ormuz ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)