Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

Asie - pacifique

Le président sud-coréen à Pékin pour évoquer la transition en Corée du Nord

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/01/2012

La situation en Corée du Nord après la mort de Kim Jong-il sera au cœur des discussions entre le président sud-coréen Lee Myung-bak (photo) et les dirigeant chinois qu'il doit rencontrer ce lundi.

AFP - Le président sud-coréen Lee Myung-Bak a entamé lundi des entretiens avec les dirigeants à Pékin où il devait rencontrer dans la journée son homologue Hu Jintao lors d'une visite axée sur la transition en Corée du Nord après la mort de Kim Jong-Il.

"Vous êtes le premier dirigeant étranger que nous recevons en 2012", a déclaré en l'accueillant devant la presse Wu Bangguo, chef de l'Assemblée nationale populaire chinoise (ANP, parlement), "sous peu le président (Hu) aura avec vous un échange de vues complet".

Cette visite "va apporter une nouvelle impulsion aux relations entre la Chine et la Corée du Sud à un moment de tournant historique", a-t-il ajouté en référence à la transition engagée en Corée du Nord.

Après le décès de Kim Jong-Il, son fils cadet Kim Jong-Un, inexpérimenté et âgé de moins de 30 ans, a été officiellement intronisé à la tête de ce pays, le plus reclus au monde et puissance nucléaire.

La Chine, seul grand allié de la Corée du Nord, comme la Corée du Sud, le Japon et les Etats-Unis ont appelé au maintien de la stabilité dans ce pays et surveillent très attentivement l'évolution de la situation après le décès de Kim Jong-Il le 17 décembre.

Le bureau du président Lee à Séoul avait indiqué un peu plus tôt lundi que les deux chefs d'Etat auraient à Pékin "des discussions approfondies sur les moyens de renforcer le partenariat de coopération stratégique" entre les deux pays et "de travailler ensemble au service de la paix et de la stabilité dans la péninsule coréenne".

La Chine, qui est de loin le premier partenaire économique de la Corée du Nord, a entériné rapidement la succession et affirmé son soutien au jeune Kim.

Depuis longtemps, Pékin a la hantise d'un effondrement du régime nord-coréen qui non seulement pourrait signifier un afflux de centaines de milliers de réfugiés à sa frontière mais la présence de soldats américains stationnés en Corée du Sud près de son territoire.

Dès l'accession au pouvoir de Kim Jong-Un, le Nord a menacé le Sud de représailles non précisées après avoir estimé avoir été insulté lors des funérailles de Kim Jong-Il.

Alors que Pékin et Séoul doivent célébrer cette année le 20e anniversaire de leurs relations diplomatiques, les présidents Lee Myung Bak et Hu Jintao devaient annoncer le début de négociations au premier semestre sur un accord de libre-échange, croyait savoir lundi le quotidien China Daily.

Le nombre croissant d'incidents de pêche en mer Jaune devrait aussi figurer au menu des entretiens alors que de plus en plus de bâteaux chinois pêchent illégalement dans les eaux sud-coréennes.

Le président sud-coréen devait également s'entretenir avec le chef du gouvernement Wen Jiabao lors de sa visite de trois jours.

Il suit de quelques jours à Pékin Kurt Campbell, secrétaire d'Etat-adjoint américain pour l'Asie de l'Est et le Pacifique, qui a appelé les dirigeants chinois à exercer leur influence sur Pyongyang en faveur de la retenue.
 

Première publication : 09/01/2012

  • CORÉE DU NORD

    Pyongyang gardera la même ligne politique sous Kim Jong-un

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Visite exceptionnelle d'une délégation de Corée du Sud à Pyongyang

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La mort de Kim Jong-il ouvre une période d'incertitude en Asie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)