Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Corée du Sud : des questions encore

En savoir plus

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Libérés de l'enfer

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'opposant charismatique Anwar Ibrahim jugé non coupable de sodomie

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/01/2012

Après deux ans d'un procès controversé, la justice a relaxé Anwar Ibrahim, chef de l’opposition malaisienne accusé de sodomie, un crime passible de 20 ans de prison. Dès l'annonce du verdict, le leader a promis de provoquer la chute du gouvernement.

AFP - Le populaire chef de l'opposition malaisienne Anwar Ibrahim a été blanchi lundi d'accusations de sodomie, politiquement motivées selon lui, promettant aussitôt relaxé de faire tomber le gouvernement en place aux prochaines législatives dans quelques mois.

"Merci mon Dieu, justice a été rendue", a déclaré Anwar Ibrahim, 64 ans, visiblement soulagé après un acquittement que beaucoup de ses fidèles n'espéraient plus.

Le leader de l'opposition avait lui-même dit dimanche à l'AFP s'être "préparé" à être condamné.

L'ancien vice-Premier ministre était accusé d'avoir sodomisé un ex-conseiller, un crime passible de 20 ans de prison en Malaisie, pays à majorité musulmane.

Selon l'opposition, ces accusations ont été fabriquées de toutes pièces afin de barrer la route au leader charismatique qui avait conduit une coalition d'opposants vers de surprenants gains lors des dernières législatives de 2008. M. Anwar a été poursuivi peu après ce scrutin.

Mais ces plans ont échoué, s'est réjoui sur un ton revanchard ce fin limier de la politique, lançant un défi au pouvoir en place.

"Aux prochaines élections, (la) voix du peuple sera entendue et ce gouvernement corrompu tombera de son piédestal", a-t-il assuré dans un message diffusé sur Twitter.

Des élections législatives doivent être convoquées au plus tard d'ici 2013 mais le Premier ministre sortant, Najib Razak, devrait les organiser dans les quelques mois à venir, selon la presse locale.

M. Najib est à la tête d'une coalition qui gouverne la Malaisie depuis plus d'un demi-siècle d'indépendance mais est aujourd'hui de plus en plus contesté.

Des accusations similaires avaient déjà empêché Anwar Ibrahim de prendre les rênes d'un pouvoir qui lui semblait à portée de mains.

A la fin des années 90, il était alors vice-Premier ministre et considéré comme le dauphin du chef du gouvernement d'alors, Mahathir Mohamad. Mais un vif différend provoqua leur séparation et sa démission forcée en 1998.

Peu après, il a été condamné et emprisonné pour sodomie et corruption.

Ces accusations, dont il s'est toujours défendues, ont cependant été abandonnées en 2004.

Revenu sur le devant de la scène politique, M. Anwar a pris le commandement d'une coalition d'opposants, aujourd'hui appelée l'Alliance du peuple (PR).

En 2008, ce rassemblement au programme largement social-démocrate avait obtenu un score sans précédent aux législatives.

Sa relaxe, qui vient clore deux ans d'un procès aussi controversé que retentissant, a suscité les vivats d'une foule de milliers de partisans qui s'étaient massés aux abords de la Cour suprême de Kuala Lumpur, où le jugement a été rendu.

Le poing dressé, des fidèles ont accueilli le verdict aux cris de "Reformasi" (la réforme), cri de ralliement des soutiens du leader de l'opposition.

Trois explosions de faible intensité ont retenti aux abords du tribunal peu après le verdict, faisant cinq blessers légers.

La police a mis en cause des pétards mais le quotidien The Star a affirmé que des roulements à billes, des piles et des fils électriques avaient été retrouvés.

La relaxe de M. Anwar montre "l'indépendance de la justice" malaisienne, a estimé le ministre de l'Information, Rais Yatim, en réponse aux accusations répétées d'abus de pouvoir.

Le verdict relance la campagne en vue des prochaines élections. "Il venge M. Anwar et ôte de manière significative les doutes sur sa conduite personnelle, sujet de préoccupations, en particulier au sein de l'électorat musulman conservateur", a expliqué à l'AFP Ibrahim Suffian, responsable du Centre Merdeka, premier institut d'enquêtes d'opinion en Malaisie.
 

Première publication : 09/01/2012

  • MALAISIE

    En procès pour sodomie, l'opposant Anwar Ibrahim crie à la conspiration

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)