Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Erdogan et l'effet boomerang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les électeurs britanniques ne sont pas tous des vieux cons racistes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul : le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Mali, 2 500 hommes vont renforcer le contingent de la mission de l'ONU

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

FRANCE

SeaFrance : la justice prononce la liquidation définitive

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/01/2012

Le tribunal de commerce a rejeté le plan de cession présenté par les salariés de la compagnie de ferries et prononcé la liquidation définitive avec cessation d'activité malgré le soutien imprévu du concurrent Eurotunnel.

AFP - Le tribunal de commerce de Paris a décidé lundi de prononcer la liquidation définitive avec cessation d'activité de la compagnie transmanche SeaFrance, estimant que l'offre de reprise par la coopérative ouvrière (Scop) n'était pas "valable".

"Il n'existe aucune offre de reprise valable (...) l'activité ne peut être poursuivie", selon l'exposé oral des motifs du jugement à l'audience.

L'offre de la Scop "n'est pas très différente de la précédente" et présente "le grave inconvénient de ne pas apporter le financement nécessaire à la réalisation du plan envisagé", selon le président du tribunal.

"Le candidat chiffre lui-même les besoins pour le redémarrage de l'activité à 50 millions d'euros (...) l'activité ne peut être poursuivie du fait d'un manque de trésorerie de l'entreprise. En conséquence, le tribunal met fin à la période de maintien de l'activité de la société SeaFrance".

A la suite du soutien imprévu de l'opérateur du tunnel sous la Manche Eurotunnel apporté lundi à la Scop, les avocats des quelque 880 salariés français de SeaFrance avaient demandé un report de la décision, mais n'ont pas été suivis par le tribunal.

Un tel report n'est pas "compatible avec l'urgence de la décision à prendre", ont fait valoir les juges.

La cession d'activité de SeaFrance prononcée lundi par le tribunal de commerce de Paris est un "gâchis énorme", a réagi Maître Philippe Brun, l'un des avocats des porteurs du projet de coopérative ouvrière Scop.

"C'est un gâchis énorme, un gâchis social d'abord puisqu'il concerne le sort de 1.010 salariés, un gâchis économique également", a estimé l'avocat, en référence aux 880 salariés de SeaFrance à Calais et aux 130 de la filiale britannique, confirmant la "liquidation définitive" de SeaFrance.

Première publication : 09/01/2012

  • FRANCE

    SeaFrance: la Scop rejette les propositions de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le gouvernement soutient le projet de reprise des salariés de SeaFrance

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)