Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

Afrique

Attentat contre Habyarimana : un rapport disculpe le clan Kagame

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2012

L'expertise judiciaire, commandée en 2010 par deux juges français, conclut que l'avion du président rwandais Habyarimana a été abattu en 1994 par des missiles depuis le camp de Kanombe, ce qui exonère l'entourage de l'actuel président Kagame.

AFP - Un rapport d'expertise judiciaire conclut que l'avion du président rwandais Habyarimana a été abattu en 1994 par des missiles tirés depuis le camp militaire de Kanombe tenu par les loyalistes, ce qui exonère les proches de l'actuel président Paul Kagame mis en examen, a affirmé leur avocat, Me Bernard Maingain.
              
Ce rapport d'expertise "confirme l'hypothèse d'un départ de tirs de missiles depuis le camp de Kanombe" et "nos clients, qui ont été injustement accusés et poursuivis pendant des années, se trouvent confortés dans leurs positions", a déclaré l'avocat, qui défend les sept proches de M. Kagame.
              
"Cette affaire va prendre fin et nous allons continuer notre combat", a ajouté Me Maingain, après la présentation de l'expertise. L'avocat a indiqué qu'il réclamerait un non-lieu pour ses clients.
              
L'enquête française conduite par le juge Jean-Louis Bruguière avait abouti au lancement en 2006 de neuf mandats d'arrêts contre des proches du président Kagame qui, en 1994, dirigeait le Front patriotique rwandais (FPR), la rébellion tutsi.
              
Le juge estimait alors que les hommes du FPR s'étaient infiltrés depuis le parlement rwandais à travers le dispositif des Forces armées rwandaises (FAR, loyalistes) sur la colline de Massaka, surplombant l'aéroport à l'est de la piste.
              
L'avocat de la veuve du président Habyarimana, Me Philippe Meilhac, s'est montré plus prudent sur les conclusions à tirer de l'expertise.
              
"Il y a une forme de nouveauté par rapport au lieu de tir présumé des missiles qui ont abattu l'avion, mais il y a aussi un grand nombre de confirmations", a-t-il affirmé.
              
Selon Me Meilhac, "il s'agissait de missiles de conception soviétique qui nécessitaient, ainsi que nous l'ont dit les experts, une formation technique très précise qui n'a jamais été assurée auprès d'aucun élément de l'armée rwandaise".

 

Première publication : 10/01/2012

  • RWANDA

    Callixte Mbarushimana, premier suspect de la CPI à être remis en liberté

    En savoir plus

  • RWANDA

    La justice rejette la demande d'extradition de la veuve du président Habyarimana

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    France-Rwanda : les dossiers qui fâchent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)