Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Premier budget de Trump : prendre aux pauvres pour donner aux riches ?

En savoir plus

Afrique

Attentat contre Habyarimana : un rapport disculpe le clan Kagame

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2012

L'expertise judiciaire, commandée en 2010 par deux juges français, conclut que l'avion du président rwandais Habyarimana a été abattu en 1994 par des missiles depuis le camp de Kanombe, ce qui exonère l'entourage de l'actuel président Kagame.

AFP - Un rapport d'expertise judiciaire conclut que l'avion du président rwandais Habyarimana a été abattu en 1994 par des missiles tirés depuis le camp militaire de Kanombe tenu par les loyalistes, ce qui exonère les proches de l'actuel président Paul Kagame mis en examen, a affirmé leur avocat, Me Bernard Maingain.
              
Ce rapport d'expertise "confirme l'hypothèse d'un départ de tirs de missiles depuis le camp de Kanombe" et "nos clients, qui ont été injustement accusés et poursuivis pendant des années, se trouvent confortés dans leurs positions", a déclaré l'avocat, qui défend les sept proches de M. Kagame.
              
"Cette affaire va prendre fin et nous allons continuer notre combat", a ajouté Me Maingain, après la présentation de l'expertise. L'avocat a indiqué qu'il réclamerait un non-lieu pour ses clients.
              
L'enquête française conduite par le juge Jean-Louis Bruguière avait abouti au lancement en 2006 de neuf mandats d'arrêts contre des proches du président Kagame qui, en 1994, dirigeait le Front patriotique rwandais (FPR), la rébellion tutsi.
              
Le juge estimait alors que les hommes du FPR s'étaient infiltrés depuis le parlement rwandais à travers le dispositif des Forces armées rwandaises (FAR, loyalistes) sur la colline de Massaka, surplombant l'aéroport à l'est de la piste.
              
L'avocat de la veuve du président Habyarimana, Me Philippe Meilhac, s'est montré plus prudent sur les conclusions à tirer de l'expertise.
              
"Il y a une forme de nouveauté par rapport au lieu de tir présumé des missiles qui ont abattu l'avion, mais il y a aussi un grand nombre de confirmations", a-t-il affirmé.
              
Selon Me Meilhac, "il s'agissait de missiles de conception soviétique qui nécessitaient, ainsi que nous l'ont dit les experts, une formation technique très précise qui n'a jamais été assurée auprès d'aucun élément de l'armée rwandaise".

 

Première publication : 10/01/2012

  • RWANDA

    Callixte Mbarushimana, premier suspect de la CPI à être remis en liberté

    En savoir plus

  • RWANDA

    La justice rejette la demande d'extradition de la veuve du président Habyarimana

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    France-Rwanda : les dossiers qui fâchent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)