Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Amériques

La guérilla des FARC se dit prête à renouer le dialogue

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/01/2012

Rodrigo Londono, alias "Timochenko", nouveau chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie, a annoncé dans un communiqué vouloir entamer des négociations avec le président Juan Manuel Santos. Les premières depuis dix ans.

AFP - La guérilla des Farc s'est déclarée prête au dialogue avec le président colombien, Juan Manuel Santos, dans un communiqué, signé par son nouveau chef, Timoleon "Timochenko" Jiménez, et transmis lundi sur son site internet (www.farc-ep.co).

Il y a des sujets dont "nous aimerions parler à une éventuelle table de négociations", affirme le communiqué citant notamment les privatisations, la liberté absolue du commerce et de l'investissement, les atteintes à l'environnement.

"Timochenko" ne donne pas plus de détails sur sa proposition au président colombien et demande "de reprendre l'ordre du jour d'"El Caguán", en référence au dernier dialogue de paix entre les Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie, marxistes) et le gouvernement colombien, alors dirigé par le président Andres Pastrana, qui avait échoué il y a près d'une décennie.

Le conflit en Colombie "n'aura pas de solution tant que nos voix ne seront pas entendues", affirme le dirigeant des FARC, la guérilla la plus ancienne d'Amérique latine, avec près de cinquante ans de lutte armée. "Timochenko", dont le véritable nom est Rodrigo Londono, a été nommé chef des Farc le 5 novembre 2011, un jour après la mort de son prédécesseur, Alfonso Cano, abattu lors d'une opération militaire.

Après la mort de ce dernier, l'actuel président colombien Juan Manuel Santos avait lancé un appel au dialogue aux Farc.

La Colombie est victime depuis près de 50 ans d'un conflit armé impliquant deux guérillas d'extrême gauche (les Farc, la plus importante, et l'ELN, Armée de libération nationale), des milices paramilitaires d'extrême droite, l'armée et par moments des bandes de narcotrafiquants. La guérilla des Farc, fondée en 1964, compterait encore entre 8.000 et 11.000 combattants, selon les estimations.

Les Farc restent actives sur une grande partie du territoire colombien et ont tué en 2010 488 membres de l'armée et la police colombienne, selon des données officielles.

Première publication : 10/01/2012

  • COLOMBIE

    Les Farc choisissent Timoleon Jimenez, alias Timochenko, à la tête du mouvement

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Les Farc promettent de poursuivre la lutte après la mort de leur chef Cano

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Quatre otages de la guérilla des Farc assassinés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)