Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Amériques

La guérilla des FARC se dit prête à renouer le dialogue

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/01/2012

Rodrigo Londono, alias "Timochenko", nouveau chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie, a annoncé dans un communiqué vouloir entamer des négociations avec le président Juan Manuel Santos. Les premières depuis dix ans.

AFP - La guérilla des Farc s'est déclarée prête au dialogue avec le président colombien, Juan Manuel Santos, dans un communiqué, signé par son nouveau chef, Timoleon "Timochenko" Jiménez, et transmis lundi sur son site internet (www.farc-ep.co).

Il y a des sujets dont "nous aimerions parler à une éventuelle table de négociations", affirme le communiqué citant notamment les privatisations, la liberté absolue du commerce et de l'investissement, les atteintes à l'environnement.

"Timochenko" ne donne pas plus de détails sur sa proposition au président colombien et demande "de reprendre l'ordre du jour d'"El Caguán", en référence au dernier dialogue de paix entre les Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie, marxistes) et le gouvernement colombien, alors dirigé par le président Andres Pastrana, qui avait échoué il y a près d'une décennie.

Le conflit en Colombie "n'aura pas de solution tant que nos voix ne seront pas entendues", affirme le dirigeant des FARC, la guérilla la plus ancienne d'Amérique latine, avec près de cinquante ans de lutte armée. "Timochenko", dont le véritable nom est Rodrigo Londono, a été nommé chef des Farc le 5 novembre 2011, un jour après la mort de son prédécesseur, Alfonso Cano, abattu lors d'une opération militaire.

Après la mort de ce dernier, l'actuel président colombien Juan Manuel Santos avait lancé un appel au dialogue aux Farc.

La Colombie est victime depuis près de 50 ans d'un conflit armé impliquant deux guérillas d'extrême gauche (les Farc, la plus importante, et l'ELN, Armée de libération nationale), des milices paramilitaires d'extrême droite, l'armée et par moments des bandes de narcotrafiquants. La guérilla des Farc, fondée en 1964, compterait encore entre 8.000 et 11.000 combattants, selon les estimations.

Les Farc restent actives sur une grande partie du territoire colombien et ont tué en 2010 488 membres de l'armée et la police colombienne, selon des données officielles.

Première publication : 10/01/2012

  • COLOMBIE

    Les Farc choisissent Timoleon Jimenez, alias Timochenko, à la tête du mouvement

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Les Farc promettent de poursuivre la lutte après la mort de leur chef Cano

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Quatre otages de la guérilla des Farc assassinés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)