Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

FRANCE

La SNCF propose de reprendre 500 ex-salariés de SeaFrance

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/01/2012

La SNCF, dont la filiale maritime SeaFrance a été liquidée par le tribunal de commerce de Paris, va proposer 500 emplois aux salariés de la compagnie de ferries, complétant ainsi l'offre de Louis Dreyfus Armateurs de reprendre 300 salariés.

REUTERS - La SNCF va proposer 500 emplois aux salariés de sa filiale maritime SeaFrance qui a été liquidée lundi par le tribunal de commerce de Paris, a annoncé mardi le ministre des Transports Thierry Mariani.

Au total, 819 salariés sur 872 doivent être reclassés, car 53 doivent retourner d’office à la SNCF dont ils étaient issus, a-t-on précisé au ministère.

L’offre de la SNCF pourrait compléter celle du groupe Louis Dreyfus Armateurs (LDA), qui propose de reprendre 300 salariés à bord de deux navires sur la liaison Calais-Douvres, ou celle d’une reprise par des salariés avec l’aide d’Eurotunnel. 

Thierry Mariani a fait part de la proposition de la SNCF après avoir reçu les acteurs du dossier pour étudier les conditions de la relance de la liaison transmanche Calais-Douvres et l’avenir des salariés.

Le ministre délégué s’est entretenu avec Guillaume Pepy, président de la SNCF, Stéphane Gorrias, mandataire liquidateur désigné par le tribunal, Jacques Gounon, PDG d’Eurotunnel , et Philippe Louis-Dreyfus, président du groupe Louis Dreyfus Armateurs (LDA).

« La SNCF va mettre à disposition, 500 propositions d’emplois intégrées à la SNCF », a dit Thierry Mariani lors des questions d’actualité à l’Assemblée nationale.

Ces emplois proposés sur un site internet seront accompagnés d’aides en matière de déménagement notamment et de formation. En outre, un indicateur publié chaque lundi fera le décompte des salariés de SeaFrance qui auront retrouvé un emploi.

La SNCF avait proposé dans un premier temps de reclasser 260 salariés.

Préférence à l’emploi


La ministre de l’Ecologie Nathalie Koscisuko-Morizet, également en charge des Transports, s’était auparavant rendue à Calais pour y rencontrer les syndicalistes de la CFDT, qui voudraient pour leur part relancer l’entreprise autour d’une société coopérative.

« Aujourd’hui, la préférence du gouvernement c’est l’emploi, nous ne privilégions aucune solution de manière idéologique, nous sommes ouverts à toute solution qui préserverait de l’emploi », a déclaré la ministre.

Elle a répété que deux « familles de solutions », la Société ouvrière et coopérative (Scop), qui verrait SeaFrance reprise par ses salariés, et les « solutions privées » étaient examinées.

« La Scop, c’est une question de confiance et je ressens plus de défiance de la part des salariés que de confiance envers les porteurs de la Scop », a toutefois déclaré la ministre.

Nathalie Kosciusko-Morizet a confirmé avoir une proposition du groupe LDA et du danois DFDS pour reprendre la ligne Calais-Douvres avec deux bateaux et 300 salariés. Elle a affirmé que l’offre concernait des bateaux battant pavillon français.

Eurotunnel a annoncé pour sa part vouloir soutenir le projet de reprise de SeaFrance par ses salariés en prenant des parts dans une société qui rachèterait ses navires.

« Les masques tombent, toutes nos questions restent sans réponse, c’est encore une fois un effet d’annonce, rien ne ressort de cette réunion avec la ministre », a déploré Didier Cappelle, leader de la CFDT SeaFrance, après la réunion.

La proposition de LDA a été également mal accueillie par certains salariés de SeaFrance, dont environ 200 ont manifesté mardi dans les rues de Calais.

« Faire un accord aujourd’hui avec Louis Dreyfus c’est négocier une banqueroute organisée, c’est une honte », a déclaré Claude Jennequin, un marin de SeaFrance.

Le responsable de la CFDT Maritime a aussi précisé que les représentants de la Scop allaient rencontrer les responsables d’Eurotunnel pour tenter de faire avancer leur projet.

« Nous ne voulons pas de l’arrivée d’un low cost à Calais, Eurotunnel non plus, nous devons avancer ensemble », a précisé Didier Cappelle en confirmant de prochaines réunions de travail.

Une rupture semble se confirmer entre les salariés syndiqués et les salariés non syndiqués, dont un collectif a été reçu mardi par Nathalie Kosciusko-Morizet.

Ces derniers sont moins hostiles au projet de reprise, sur lequel ils seront consultés par référendum.

SeaFrance employait 872 salariés à Calais et 130 dans une filiale britannique à Douvres. On estime à environ un millier d’emplois supplémentaires le nombre de salariés travaillant pour la sous-traitance.

 

Première publication : 10/01/2012

  • FRANCE

    SeaFrance, chronique d'une lente déchéance

    En savoir plus

  • FRANCE

    SeaFrance : la justice prononce la liquidation définitive

    En savoir plus

  • FRANCE

    SeaFrance : La SNCF prête à reclasser les salariés en cas d'échec de la Scop

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)