Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

EUROPE

L'Italie et l'Allemagne ne soutiendront la taxe Tobin qu'à l'échelle de l'Union européenne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/01/2012

Rome et Berlin défendent l'idée d'une taxe sur les transactions financières à condition que celle-ci soit instaurée dans l'ensemble de l'Union européenne. Un camouflet pour Nicolas Sarkozy qui entend la faire adopter à tout prix en France.

REUTERS - L’Allemagne et l’Italie ne soutiendront une taxe sur les transactions financières que si elle est mise en place dans l’ensemble de l’Union européenne, ont déclaré mercredi la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil italien Mario Monti.

Le président français Nicolas Sarkozy a dit vouloir instaurer une taxe sur les transactions financières en dépit de l’opposition de certains milieux financiers et du gouvernement britannique qui ne veut pas en entendre parler.

Se disant prêt à l’instaurer en France quoi qu’il en soit, il espérait toutefois obtenir le ralliement de l’Italie et l’Allemagne.

« Nous sommes prêts à soutenir cette initiative à l’échelle européenne. La situation idéale serait qu’elle soit mondiale. Il serait sensé qu’elle soit adoptée par les 27 pays de l’Union européenne. Je ne suis pas sûr que cela soit sensé seulement au niveau de la zone euro », a déclaré Mario Monti, lors d’une conférence de presse organisée avec la chancelière allemande.

Cette dernière a par ailleurs rappelé qu’elle et sa formation politique, les chrétiens-démocrates de la CDU, soutenaient cette taxe, à l’échelle de l’Union ou de la zone euro, mais que, la coalition formant son gouvernement n’étant pas parvenue à trouver un accord sur le sujet, l’Allemagne ne pouvait la soutenir.

 

Première publication : 11/01/2012

  • FINANCES

    Sarkozy et Merkel défendent le principe de la taxe Tobin à Berlin

    En savoir plus

  • FINANCES

    Taxe Tobin : la finance française s'oppose à l'initiative isolée de Paris

    En savoir plus

  • FINANCE

    Taxe Tobin : Sarkozy n'exclut pas de faire cavalier seul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)