Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

asie

Le ministre de la Défense limogé, tensions entre l'armée et le pouvoir civil

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2012

Le Premier ministre Yusuf Raza Gilani a révoqué son ministre de la Défense, le général Naeem Khalid Lodhi, au motif qu'il a commis "de graves écarts de conduite" et des "actions illégales ayant créé un malentendu" entre les institutions du Pakistan.

REUTERS - Le Premier ministre pakistanais, Yusuf Raza Gilani, a limogé son ministre de la Défense, le général Naeem Khalid Lodhi, ont annoncé mercredi les services du chef du gouvernement.

Cette décision pourrait durcir encore les relations conflictuelles entre le pouvoir civil et l’armée, institution particulièrement puissante au Pakistan.

Ces relations sont encore plus tendues depuis la révélation d’un mémo non signé du gouvernement sollicitant une aide des Etats-Unis pour juguler l’influence des généraux pakistanais.

Dans un communiqué, les services de Gilani indiquent que le ministre de la Défense a été démis de ses fonctions en raison de « graves écarts de conduite et d’actions illégales ayant créé un malentendu » entre les institutions du pays.

Les tensions entre le pouvoir civil et l’armée ont marqué le Pakistan tout au long de son histoire, mais de l’avis d’un haut responsable militaire, les derniers événements les ont rendues « particulièrement graves ».

En décembre, le président Asif Ali Zardari est parti à Dubaï pour y recevoir un traitement médical. Des rumeurs ont aussitôt avancé qu’il cherchait à fuir le pays par crainte d’un coup d’Etat militaire.

Le chef d’état-major de l’armée, le général Ashfaq Kayani, a assuré le mois dernier que son institution soutenait la démocratie. Zardari est retourné au Pakistan après environ deux semaines.

 

Première publication : 11/01/2012

  • PAKISTAN

    Attentat meurtrier dans une ville frontalière de l'Afghanistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Dix cadavres de soldats pakistanais découverts dans le nord-ouest

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    À Karachi, au moins 100 000 manifestants défilent contre le gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)