Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

Afrique

Seize morts dans des violences religieuses entre chrétiens et musulmans

©

Dernière modification : 11/01/2012

Une nouvelle flambée de violences ethniques et religieuses au Nigeria a fait au moins onze morts dans le nord musulman et cinq dans le sud chrétien mardi, alors qu'une grève générale contre la hausse du prix de l'essence paralyse le pays.

AFP - Les violences ethniques et religieuses au Nigeria ont connu une nouvelle flambée mardi, faisant au moins 11 morts dans le nord musulman et cinq dans le sud chrétien.

Le mitraillage d'un bar par des islamistes présumés a coûté la vie à huit personnes, dont cinq policiers, dans le nord. Dans d'autres violences, trois habitants d'un village majoritairement chrétien du nord ont été tués par des inconnus armés.

Dans le sud, deux attaques de mosquées en 24 heures ont fait cinq morts et provoqué la fuite de milliers de personnes.

En revanche, on n'a pas signalé mardi de victimes dans le cadre d'une grève générale contre la fin des subventions sur les carburants, alors qu'on avait dénombré six morts dans des affrontements entre policiers et manifestants la veille.

Cependant, les autorités ont imposé mardi un couvre-feu à Kaduna (nord) après des tentatives de grévistes émeutiers de "semer le trouble". D'après des habitants, la police a violemment dispersé des milliers de personnes tentant de forcer les portes du gouvernement local.

La grève - qui n'affecte pas à ce stade la production pétrolière du plus gros producteur d'Afrique - paralyse le pays, compliquant encore la tâche du président Goodluck Jonathan, un chrétien du sud.

Le gouvernement a ordonné mardi soir aux fonctionnaires grévistes de reprendre le travail, menaçant de suspendre leurs traitements.

Dans le nord, les violences revendiquées ou attribuées au groupe islamiste Boko Haram ont connu une nouvelle flambée mardi soir: des assaillants à moto - un modus operandi de Boko Haram - ont ouvert le feu sur les clients d'un bar de Potiskum, tuant huit personnes, dont cinq policiers, selon des témoins.

"Les policiers étaient venus boire un coup", a expliqué un témoin.

La police a confirmé l'attaque, sans donner de bilan. Fief du groupe Boko Haram, Potiskum est l'un des épicentres des violences antichrétiennes, qui ont fait près de 140 morts depuis Noël.

La ville est située dans l'Etat de Yobe, où l'état d'urgence est en vigueur depuis le 31 décembre.

Dans l'Etat de Bauchi, trois habitants ont été abattus par des hommes armés dans le village majoritairement chrétien de Dalman, a-t-on appris de sources officielles.

Par ailleurs, des assaillants ont attaqué mardi et incendié en partie la mosquée centrale de la ville de Benin City (sud) après avoir visé lundi une première mosquée. Cinq personnes ont été tuées et 10.000 déplacées depuis lundi par ces violences dans un quartier haoussa, une communauté nordiste musulmane, selon la Croix-Rouge locale.

Mardi dans cette ville d'un million d'habitants, capitale de l'Etat d'Edo, une école islamique du complexe religieux ainsi qu'un bus ont aussi été incendiés.

Il s'agit de possibles représailles antimusulmanes dans le sud depuis la multiplication ces deux dernières semaines des attaques contre des chrétiens dans le nord.

"Nous avons enregistré jusqu'à présent cinq tués (...) parmi les assaillants comme les assiégés", a indiqué à l'AFP Dan Enowoghomwenwa, chef de la Croix-Rouge de l'Edo, un Etat à majorité chrétienne.

"Nous avons plus de 10.000 déplacés en différents endroits", a ajouté ce responsable, en parlant d'attaques de "locaux" contre des nordistes.

Mardi, M. Jonathan a rencontré à Abuja les principaux responsables de la sécurité du pays.

Le président s'est attiré la colère des syndicats en annonçant le 1er janvier la fin des subventions à la vente des carburants, afin de réaliser 8 milliards de dollars (6,3 milliards d'euros) d'économies pour financer des infrastructures.

La brusque hausse des prix de l'essence affecte la plupart des Nigérians, tant pour les transports que pour les générateurs d'électricité.

Cette grève illimitée, conjuguée aux violences interconfessionnelles, fait craindre le pire dans ce pays dont la population est répartie à parts égales entre musulmans, majoritaires dans le nord, et chrétiens, vivant surtout dans le sud.

Dimanche, le président Jonathan s'était alarmé d'une situation "pire que la guerre civile" des années 60, en référence à la guerre sécessionniste du Biafra (1967-1970), et au caractère imprévisible des attaques religieuses.

Alarmé, le prix Nobel de littérature nigérian Wole Soyinka lui a donné raison mardi, en estimant que son pays "se dirigeait vers une guerre civile" et en accusant certains dirigeants politiques d'attiser l'intolérance religieuse.

Lors d'un entretien avec la BBC, l'écrivain a même dit craindre un éclatement du Nigeria: "Quand vous êtes face à une situation où des gens peuvent aller dans un lieu de culte et tirer par la fenêtre, vous avez atteint un triste tournant dans la vie d'une nation".

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a lui rencontré mardi le ministre des Affaires étrangères du Nigeria Olugbenga Ashiru, alors que l'ONU a exprimé son inquiétude quant aux violences ethniques et religieuses dans ce pays.

 

Première publication : 11/01/2012

  • NIGERIA

    Des manifestations contre la hausse des prix du carburant dégénèrent

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Ban Ki-Moon rencontre le chef de la diplomatie du Nigeria

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Les leaders chrétiens dénoncent un "nettoyage ethnique et religieux"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)