Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un scientifique iranien tué dans un attentat à Téhéran

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2012

Un universitaire travaillant sur le site nucléaire de Natanz a été tué dans une explosion à la voiture piégée ce mercredi à Téhéran. Les autorités iraniennes accusent Israël et les États-Unis qui démentent toute implication.

AFP - Un responsable nucléaire iranien a été tué mercredi dans l'explosion de sa voiture près d'une faculté à Téhéran, les autorités iraniennes accusant Israël et les Etats-Unis qui ont démenti.
              
Cette attaque, la quatrième depuis janvier 2010 visant des scientifiques iraniens dont trois travaillant sur des sites nucléaires, survient en pleine crise entre les grandes puissances et l'Iran au sujet de son programme nucléaire controversé.


              
Mostafa Ahmadi Roshan, 32 ans, a été tué dans l'explosion d'une bombe magnétique placée par un motard sur sa voiture, alors qu'il circulait près de l'université Allameh Tabatabai dans l'est de Téhéran, a déclaré le vice-gouverneur de la province de Téhéran, Safar Ali Baratloo.
              
Le conducteur du véhicule a également péri et le garde du corps du scientifique a été blessé.
              
Le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi a immédiatement accusé les Etats-Unis et Israël, ennemis jurés de la République islamique d'Iran.
              
"Cette action terroriste commise par les agents de l'oppression (Etats-Unis, ndlr) et du régime sioniste vise à empêcher nos scientifiques de servir" leur pays "mais ils doivent savoir que ceux-ci sont plus déterminés que jamais à avancer sur le chemin du progrès scientifique", a déclaré M. Rahimi.
              
La Maison Blanche a rejeté toute implication dans l'attentat. "Les Etats-Unis n'ont absolument rien à voir là-dedans", a déclaré Tommy Vietor, porte-parole du Conseil de sécurité nationale. "Nous condamnons avec force tous les actes de violence, dont les actes de violence comme ceux-ci".
              
"Je ne sais pas qui s'est vengé sur le scientifique iranien, mais je ne verserai certainement pas une seule larme", a réagi de son côté le porte-parole militaire israélien, le général Yoav Mordechai, sur sa page Facebook officielle.
              
Les dirigeants iraniens accusent généralement Israël et les Etats-Unis d'être responsables de tels attentats. Ils leur avaient également imputé la responsabilité d'une attaque informatique par le virus Stuxnet qui semble avoir perturbé les activités d'enrichissement en 2010.
              
L'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), qui a précisé que le scientifique tué "servait l'industrie atomique", a réaffirmé que "le chemin choisi par le peuple iranien valeureux est sans retour et les actions futiles des Etats-Unis et d'Israël (...) n'affecteront pas la voie choisie".
              
Selon un de ses collègues, Mostafa Ahmadi Roshan travaillait sur un projet de membranes polymères utilisées pour la séparation de gaz, une méthode utilisée dans l'enrichissement d'uranium.
              
Des médias et responsables iraniens ont accusé l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) d'avoir "transmis" son nom aux services de renseignements israéliens et américains. "Les inspecteurs de l'AIEA l'ont rencontré récemment", a même affirmé l'agence de presse Mehr.
              
Mostafa Ahmadi Roshan, qui a eu une licence en chimie à l'université Sharif, était directeur adjoint pour les affaires commerciales du site de Natanz, principal site d'enrichissement d'uranium du pays qui compte plus de 8.000 centrifugeuses.
              
L'Iran, déjà soumises à plusieurs sanctions de l'ONU, a démarré cette semaine une autre usine d'enrichissement, celle de Fordo, située à 150 km au sud-ouest de Téhéran pour y faire de l'enrichissement à 20%.
              
Les Occidentaux, qui disent craindre que le programme nucléaire civil de Téhéran ne cache un volet militaire malgré les dénégations iraniennes, ont condamné cet annonce.
              
A New York, quatre ambassadeurs occidentaux auprès de l'ONU ont accusé l'Iran de commettre "une nouvelle violation claire des résolutions du Conseil de sécurité" avec l'enrichissement à 20% de l'uranium.
              
Si l'enrichissement est poussé à plus de 90%, il peut servir à fabriquer l'arme atomique.
              
La présidence danoise de l'Union européenne a assuré qu'un nouveau train de sanctions musclées serait décidé le 23 janvier, visant non seulement le secteur pétrolier mais aussi la banque centrale d'Iran.
              
La Chine, alliée de l'Iran, a souhaité que l'Iran coopère avec l'AIEA sans toutefois accepter la demande des Etats-Unis de limiter ses achats du pétrole iranien.
              
Enfin, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad est arrivé à Cuba, dans le cadre d'une tournée dans quatre pays latino-américains considérés comme hostiles aux Etats-Unis, à la recherche de soutiens.
 

Première publication : 11/01/2012

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Selon l'AIEA, l'Iran a commencé la production d'uranium enrichi

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran annonce avoir testé trois missiles de croisière

    En savoir plus

  • IRAN

    Washington promulgue une loi pour renforcer les sanctions contre Téhéran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)