Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un scientifique iranien tué dans un attentat à Téhéran

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2012

Un universitaire travaillant sur le site nucléaire de Natanz a été tué dans une explosion à la voiture piégée ce mercredi à Téhéran. Les autorités iraniennes accusent Israël et les États-Unis qui démentent toute implication.

AFP - Un responsable nucléaire iranien a été tué mercredi dans l'explosion de sa voiture près d'une faculté à Téhéran, les autorités iraniennes accusant Israël et les Etats-Unis qui ont démenti.
              
Cette attaque, la quatrième depuis janvier 2010 visant des scientifiques iraniens dont trois travaillant sur des sites nucléaires, survient en pleine crise entre les grandes puissances et l'Iran au sujet de son programme nucléaire controversé.


              
Mostafa Ahmadi Roshan, 32 ans, a été tué dans l'explosion d'une bombe magnétique placée par un motard sur sa voiture, alors qu'il circulait près de l'université Allameh Tabatabai dans l'est de Téhéran, a déclaré le vice-gouverneur de la province de Téhéran, Safar Ali Baratloo.
              
Le conducteur du véhicule a également péri et le garde du corps du scientifique a été blessé.
              
Le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi a immédiatement accusé les Etats-Unis et Israël, ennemis jurés de la République islamique d'Iran.
              
"Cette action terroriste commise par les agents de l'oppression (Etats-Unis, ndlr) et du régime sioniste vise à empêcher nos scientifiques de servir" leur pays "mais ils doivent savoir que ceux-ci sont plus déterminés que jamais à avancer sur le chemin du progrès scientifique", a déclaré M. Rahimi.
              
La Maison Blanche a rejeté toute implication dans l'attentat. "Les Etats-Unis n'ont absolument rien à voir là-dedans", a déclaré Tommy Vietor, porte-parole du Conseil de sécurité nationale. "Nous condamnons avec force tous les actes de violence, dont les actes de violence comme ceux-ci".
              
"Je ne sais pas qui s'est vengé sur le scientifique iranien, mais je ne verserai certainement pas une seule larme", a réagi de son côté le porte-parole militaire israélien, le général Yoav Mordechai, sur sa page Facebook officielle.
              
Les dirigeants iraniens accusent généralement Israël et les Etats-Unis d'être responsables de tels attentats. Ils leur avaient également imputé la responsabilité d'une attaque informatique par le virus Stuxnet qui semble avoir perturbé les activités d'enrichissement en 2010.
              
L'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), qui a précisé que le scientifique tué "servait l'industrie atomique", a réaffirmé que "le chemin choisi par le peuple iranien valeureux est sans retour et les actions futiles des Etats-Unis et d'Israël (...) n'affecteront pas la voie choisie".
              
Selon un de ses collègues, Mostafa Ahmadi Roshan travaillait sur un projet de membranes polymères utilisées pour la séparation de gaz, une méthode utilisée dans l'enrichissement d'uranium.
              
Des médias et responsables iraniens ont accusé l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) d'avoir "transmis" son nom aux services de renseignements israéliens et américains. "Les inspecteurs de l'AIEA l'ont rencontré récemment", a même affirmé l'agence de presse Mehr.
              
Mostafa Ahmadi Roshan, qui a eu une licence en chimie à l'université Sharif, était directeur adjoint pour les affaires commerciales du site de Natanz, principal site d'enrichissement d'uranium du pays qui compte plus de 8.000 centrifugeuses.
              
L'Iran, déjà soumises à plusieurs sanctions de l'ONU, a démarré cette semaine une autre usine d'enrichissement, celle de Fordo, située à 150 km au sud-ouest de Téhéran pour y faire de l'enrichissement à 20%.
              
Les Occidentaux, qui disent craindre que le programme nucléaire civil de Téhéran ne cache un volet militaire malgré les dénégations iraniennes, ont condamné cet annonce.
              
A New York, quatre ambassadeurs occidentaux auprès de l'ONU ont accusé l'Iran de commettre "une nouvelle violation claire des résolutions du Conseil de sécurité" avec l'enrichissement à 20% de l'uranium.
              
Si l'enrichissement est poussé à plus de 90%, il peut servir à fabriquer l'arme atomique.
              
La présidence danoise de l'Union européenne a assuré qu'un nouveau train de sanctions musclées serait décidé le 23 janvier, visant non seulement le secteur pétrolier mais aussi la banque centrale d'Iran.
              
La Chine, alliée de l'Iran, a souhaité que l'Iran coopère avec l'AIEA sans toutefois accepter la demande des Etats-Unis de limiter ses achats du pétrole iranien.
              
Enfin, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad est arrivé à Cuba, dans le cadre d'une tournée dans quatre pays latino-américains considérés comme hostiles aux Etats-Unis, à la recherche de soutiens.
 

Première publication : 11/01/2012

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Selon l'AIEA, l'Iran a commencé la production d'uranium enrichi

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran annonce avoir testé trois missiles de croisière

    En savoir plus

  • IRAN

    Washington promulgue une loi pour renforcer les sanctions contre Téhéran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)