Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

Amériques

"Les aides versées pour la reconstruction d'Haïti semblent invisibles"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 12/01/2012

Deux ans après le séisme qui a dévasté l'île le 11 janvier 2010, les effets de l'aide internationale demeurent discrets. Entretien avec Mackendie Toupuissant, président de la Plateforme d’associations franco-haïtienne.

Où en est l’aide internationale pour reconstruire Haïti ? À l’heure où l’on commémore le deuxième anniversaire du séisme qui a ravagé l’île le 11 janvier 2010, la population haïtienne vit toujours dans une grande précarité. Mackendie Toupuissant, Français d’origine haïtienne, président de la Plateforme d’associations franco-haïtienne (Pafha) revient pour FRANCE 24 sur le bilan de la reconstruction du pays.


FRANCE 24 - Une partie de l’aide internationale a été distribuée en Haïti. Deux ans après le séisme, où en est la reconstruction du pays ?

Mackendie Toupuissant - Une partie de l’aide a été distribuée mais il est difficile de parler de chiffres. Les montants annoncés varient en fonction de l’interlocuteur. Les sommes avancées par le gouvernement haïtien et celles de la communauté internationale ne sont pas les mêmes. Bill Clinton, au nom de l’ONU, avait parlé de 10 milliards de dollars lors de la conférence de New York. À ce jour, on dit que 56 % des fonds ont été distribués en Haïti, ce qui représente plus de 5 milliards. De son côté, la France dit avoir décaissé près des trois quarts de son aide bilatérale soit 326 millions d'euros.

En tout cas, je suis revenu d’Haïti le 29 décembre, et ces aides versées semblent invisibles. Cinq milliards, c’est beaucoup, ça devrait se voir. Sans compter que ces sommes comprennent uniquement les aides gouvernementales, pas celles des ONG. On peut s’interroger sur l’utilisation de ces fonds. Je ne dis pas qu’il y a eu des malversations mais on a le sentiment que les choses n’ont pas vraiment changé quand on se promène dans les rues. La situation commence timidement à évoluer. Mais je n’ai pas vu une seule grue par exemple, ce qui serait un signe que la reconstruction a commencé. Les axes principaux ont été dégagés de leurs gravats mais de nombreux quartiers reculés sont encore inaccessibles en voiture. L’urbanisme est encore à l’état sauvage. Des zones du pays n’ont toujours pas l’électricité. Et le camp de la place du Champs de Mars devant le Palais national [siège de la présidence, ndlr] est toujours là. Les logements de fortune, faits de tentes, de taules et de matériel de récupération, n’ont pas bougé. Hormis l’hôpital, aucun bâtiment public n’a encore été construit.

F24 - Pourquoi la totalité de l'aide financière internationale promise n’a-t-elle toujours pas été distribuée en Haïti ?

M. T. - Ce qui est sûr, c’est que l’argent n’a pas transité dans les caisses du gouvernement haïtien car il n’en a pas la capacité d’absorption. L’entreprenariat haïtien n’est pas en mesure de reconstruire le pays. Les fonds sont donc à l’étranger. Mais les projets sont longs à monter et deux ans, cela reste court pour reconstruire le pays.

En Haïti, il y a des problèmes structurels endémiques. L’urbanisme, par exemple, pose des difficultés parce qu’il n’existe pas de cadastre. D’autant plus qu’il s’agit de constructions antisismiques, qui nécessitent de longues et coûteuses études. Et puis l’État doit prendre des décisions de préemption. Et il est très long et compliqué de les faire avancer.

Les différentes séquences électorales n’ont pas favorisé, en outre, l’avancement des décisions. Le Sénat n’est pas complet, les élections municipales ont été reportées. Tant que le processus démocratique n'a pas abouti, il est difficile de faire avancer rapidement les projets.

F24 - Peut-on être confiant dans la reconstruction future ?

M. T. - Les choses évoluent timidement, mais la volonté de s’en sortir est bien présente. Le peuple est patient, il survit grâce au système D mais il y a une réelle envie de reconstruire le pays. Du foyer le plus modeste aux plus hautes autorités, les Haïtiens veulent prendre leur destin en main. Ils souhaitent une transmission du savoir pour mieux s’organiser. Les ONG historiques, qui étaient déjà présentes avant le séisme, apportent toujours un soutien important mais la population souhaite œuvrer elle-même pour son futur.

Au niveau politique, les différentes mesures pour l’emploi prises par le président Michel Martelly vont dans ce sens. Il souhaite faire venir l’emploi et les investisseurs sur son territoire pour que les Haïtiens aient enfin du travail et du pouvoir d’achat. Il y a deux semaines, par exemple, il a fait modifier le code de la propriété pour autoriser les investisseurs étrangers à acheter en Haïti. Avant cette modification, l’implantation d’industries étrangères était impossible.

Il y a également un vrai potentiel sur le plan économique. Le tourisme peut largement être développé. L’île n’a rien à envier aux paysages des Caraïbes.

Sur le plan économique, les avis sont partagés quant à l’action de Michel Martelly. Il y a les inconditionnels et les sceptiques. Mais si les avis divergent sur l’action politique à mener, la volonté de s’en sortir et l’optimisme du peuple et de ses dirigeants sont unanimes. Cela peut prendre 10 ou 20 ans, mais tout le monde est confiant. Les Haïtiens et toute la diaspora haïtienne croient fort en la reconstruction. La nation, qui a 208 ans d’Histoire, n’a pas toujours été comme cela. Elle a connu des temps glorieux que la population entend bien retrouver.

 

 

Première publication : 12/01/2012

  • HAïTI

    Deux ans après le séisme, Haïti fait face à des défis considérables

    En savoir plus

  • HAÏTI

    Garry Conille, l’expérience de l’international au service d’Haïti

    En savoir plus

  • INTEMPÉRIES

    À l'approche de l'ouragan Irène, l'ONU se mobilise en Haïti et République dominicaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)