Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

asie

Le gouvernement birman signe un cessez-le-feu avec les rebelles karens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/01/2012

La signature d'un cessez-le-feu, ce jeudi, entre le président Thein Sein (photo) et la minorité ethnique karen, en conflit depuis l'indépendance de la Birmanie en 1948, représente un nouveau signal d'ouverture du nouveau régime.

AFP - Le gouvernement birman a franchi un pas significatif dans ses négociations avec les minorités ethniques, en signant jeudi un cessez-le-feu avec le principal groupe rebelle karen, dans l'une des guerres civiles les plus anciennes de la planète.

Une délégation gouvernementale et des dirigeants de l'Union nationale karen (KNU) ont paraphé le document après plusieurs heures d'entretiens à Hpa-an, principale ville de l'Etat Karen (centre-est), en présence de chefs militaires régionaux, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Cette réunion ne visait pas seulement un cessez-le-feu mais aussi la paix. Nous allons continuer d'y travailler", s'est félicité le ministre de l'Immigration, Khin Yi.

Le nouveau régime birman témoigne depuis plusieurs mois de sa volonté de dialoguer avec les rébellions ethniques, tout en multipliant les réformes politiques qui le distinguent de l'immobilisme autocratique de la junte encore au pouvoir en mars dernier.

L'espoir renaît ainsi que le pays vienne à bout des foyers de guerre civile qui se poursuivent depuis 1948. "Le président (Thein Sein) a dit que les frères avaient été en colère les uns contre les autres depuis 63 ans, et il nous a demandé de donner à la KNU ce qu'elle voulait", a insisté le ministre.


De nombreux groupes minoritaires, qui représentent un tiers des 50 millions d'habitants de la Birmanie, n'ont jamais pacifié leurs rapports avec le pouvoir central depuis l'indépendance, en 1948.

Les militaires, aux affaires depuis plus d'un demi-siècle, ont justifié leur maintien au sommet de l'Etat par le besoin d'assurer l'unité de la Nation face aux tentations autonomistes de certains d'entre eux.

Mais ces dernières semaines, ces foyers de guerre civile ont constitué un point de blocage majeur entre Naypyidaw et les Occidentaux.

L'armée est accusée de multiplier les exactions à l'égard des civils. Un responsable onusien s'était même interrogé en 2010 sur de possibles "crimes contre l'Humanité".

Dans le seul Etat karen, des dizaines de milliers de villageois ont été déplacés par les combats, dont beaucoup se sont réfugiés en Thaïlande voisine.

Un cadre de la KNU, connu sous le pseudonyme de général Johnny, avait exprimé son optimisme jeudi, avant le début des pourparlers. "Ils ne nous ont pas demandé de poser les armes. Ils veulent juste travailler pour l'égalité des droits des groupes ethniques", avait-il déclaré à l'AFP.

"Cette fois, nous leur faisons confiance", avait-il ajouté tout en prévenant: "les combats durent depuis 60 ans et une seule réunion n'y mettra pas fin".

Une prudence adoptée aussi par Renaud Egreteau, chercheur à l'université de Hong Kong, qui invite à "tempérer cette période d'euphorie générale" relative aux réformes birmanes et souligne que d'autres phases d'apaisement avec les minorités étaient intervenues, notamment au début des années 90.

"Surtout, un cessez-le-feu ne signifie pas accord politique global voire même durable, et une certaine maturation des pourparlers sera nécessaire", a-t-il ajouté, évoquant le besoin d'inclure dans cette paix future les autres groupes karens, "dont les élites sont hétérogènes et divisées".

Des discussions avaient été organisées entre le gouvernement et plusieurs groupes dès le mois de novembre. Dans l'Etat Shan (nord-est), Naypyidaw a aussi conclu récemment un cessez-le-feu avec la puissante Armée de l'Etat Shan-Sud.

En décembre, le président et ancien général Thein Sein avait par ailleurs demandé aux militaires de ne plus attaquer les Kachins. Plusieurs sources, dont l'organisation Refugees International, ont pourtant fait état de la poursuite d'affrontements dans cet Etat de l'extrême nord du pays.
 

Première publication : 12/01/2012

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi pourra se présenter aux législatives partielles

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Le régime birman légalise les manifestations

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Entretien historique entre Hillary Clinton et le président birman

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)