Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Orchestre national de Barbès : le collectif survolté joue sa "Dame de coeur"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

  • En direct : Abdelaziz Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les États-Unis disposés à installer un ambassadeur en Birmanie

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/01/2012

En réponse à la libération d'une centaine de prisonniers politiques par le gouvernement birman, les États-Unis se disent prêts à échanger des ambassadeurs, sans évoquer pour autant une levée des sanctions.

AFP - Fidèles à leur politique de "donnant-donnant" envers la Birmanie, les Etats-Unis se sont dits prêts vendredi à échanger des ambassadeurs avec la Birmanie après la libération de prisonniers politiques, sans évoquer pour l'heure, une levée des sanctions.

L'amnistie annoncée vendredi avait été réclamée sans relâche par l'Occident comme preuve de la sincérité des réformes du nouveau régime, qui multiplie depuis l'an dernier les gestes d'ouverture.

Elle a aussitôt été saluée par Barack Obama. "J'applaudis la décision du président Thein Sein de libérer des centaines de prisonniers politiques, qui constitue une avancée cruciale pour la transformation démocratique de la Birmanie", a déclaré le président américain dans un communiqué.

M. Obama avait initié dès 2009 une politique de "main tendue" pour rompre avec la stratégie d'isolement de la Birmanie, alors contrôlée par un régime militaire, qui a poussé le pays riche en matières premières dans les bras de la Chine.

En novembre dernier, M. Obama avait déclaré qu'après "des années noires, nous voyons depuis plusieurs semaines des lueurs de progrès" en Birmanie.

"Aujourd'hui cette lueur est un peu plus brillante", a-t-il dit vendredi, indiquant qu'il avait demandé à sa secrétaire d'Etat Hillary Clinton de "prendre des mesures (...) afin de saisir cette chance historique et riche d'espoir".

La chef de la diplomatie américaine a annoncé dans la foulée que les Etats-Unis "allaient entreprendre une procédure en vue d'échanger des ambassadeurs avec la Birmanie", première étape avant un éventuel rétablissement complet des liens diplomatiques entre les deux pays.

"Nous allons choisir une personne qui représentera l'administration américaine en tant qu'ambassadeur", a-t-elle précisé lors d'une brève allocution au département d'Etat.

Mme Clinton a indiqué qu'elle remplissait ainsi sa promesse faite fin 2011 lors d'une visite historique en Birmanie de répondre à "chaque action (des autorités birmanes) par une action".

Les deux pays entretiennent des relations diplomatiques mais le représentant américain en Birmanie est un chargé d'affaires depuis 1990, un grade en dessous de celui d'ambassadeur.

Dans la lignée de ce réchauffement, la secrétaire d'Etat a indiqué qu'elle appellerait au cours du week-end le président birman Thein Sein ainsi que l'opposante Aung San Suu Kyi, dont l'assignation à résidence a pris fin en 2010.

Mme Clinton a également salué "chaleureusement" l'accord de cessez-le-feu signé jeudi par le gouvernement birman avec le principal groupe rebelle karen.

"C'est un grand jour" pour la Birmanie, a-t-elle dit.

Mais ni M. Obama ni Mme Clinton n'ont évoqué une levée des sanctions qui pèsent contre le régime birman, qui interdisent les investissements américains dans ce pays, l'importation aux Etats-Unis de biens provenant de Birmanie et appliquent une politique de visas restrictive aux membres du gouvernement birman.

Mme Clinton a ainsi prévenu que le rapprochement entre les deux pays sera un "long processus" qui dépendra des réformes menées par le régime.

Elle a ainsi demandé au "gouvernement (birman) d'entamer un dialogue constructif avec tous les groupes ethniques", et le président Obama a appelé de son côté le gouvernement birman à poursuivre les libérations de prisonniers politiques.

"Il y a encore beaucoup de travail à faire", a commenté un haut responsable du département d'Etat sous le couvert de l'anonymat, soulignant que le régime birman devait "couper" ses relations militaires avec la Corée du Nord.

"Nous avons demandé au gouvernement (birman) de donner l'assurance qu'il ne s'engagerait pas dans de nouveaux accords (d'armements) avec Pyongyang", a-t-il dit. "Nous sommes également préoccupés par la fourniture de devises à la Corée du Nord".

 

Première publication : 13/01/2012

  • BIRMANIE

    "La Birmanie est en train de renverser le cours de son histoire"

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Quand la Birmanie reçoit les encouragements de Washington

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Hillary Clinton effectue une visite historique en Birmanie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)