Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

FRANCE

François Baroin confirme la perte du triple A français

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2012

Le ministre français de l'Économie et des Finances confirme que l'agence de notation Standard & Poor's allait dégrader d'un cran la note souveraine de la France. Il n'y aura "pas de nouveau plan de rigueur", a-t-il toutefois assuré.

AFP - La France a perdu son "triple A", la meilleure note financière possible qui a été abaissée d'un cran à "AA+" par l'agence d'évaluation Standard & Poor's, a annoncé vendredi soir le ministre des Finances François Baroin.

"Ce n'est pas une bonne nouvelle" mais ce n'est "naturellement pas une catastrophe", a-t-il estimé sur France 2.

"Il faut relativiser, il faut garder beaucoup de sang-froid et ne pas faire de la politique là-dessus. (...) Ce ne sont pas les agences de notation qui font la politique de la France", a-t-il encore dit.

"C'est comme si vous demandiez à un élève qui a eu 20 sur 20 pendant très longtemps et qui passe à 19 si c'est une catastrophe", a fait valoir François Baroin pour qui la France conserve une "excellente notation".

Selon le ministre de l'Economie, S&P, "dans les attendus" de sa décision, souligne "clairement que c'est la gouvernance et l'instabilité de la zone euro" qui sont en cause et non "les réformes de structure qui sont engagées et qui sont au contraire saluées, (...) ni les questions budgétaires".

"C'est clairement l'équilibre général d'une zone monétaire qui n'est pas optimal" qui est à l'origine de la décision de l'agence, a-t-il insisté.

Le ministre a par ailleurs annoncé qu'en dépit de cette dégradation, il n'y aurait "pas de nouveau plan de rigueur (en France) car ce n'est pas une question de rigueur budgétaire".

Première publication : 13/01/2012

  • FRANCE

    L'austérité pour tous afin de sauver le triple A

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La France doit-elle continuer à courir après son AAA ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)