Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FRANCE

François Baroin confirme la perte du triple A français

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2012

Le ministre français de l'Économie et des Finances confirme que l'agence de notation Standard & Poor's allait dégrader d'un cran la note souveraine de la France. Il n'y aura "pas de nouveau plan de rigueur", a-t-il toutefois assuré.

AFP - La France a perdu son "triple A", la meilleure note financière possible qui a été abaissée d'un cran à "AA+" par l'agence d'évaluation Standard & Poor's, a annoncé vendredi soir le ministre des Finances François Baroin.

"Ce n'est pas une bonne nouvelle" mais ce n'est "naturellement pas une catastrophe", a-t-il estimé sur France 2.

"Il faut relativiser, il faut garder beaucoup de sang-froid et ne pas faire de la politique là-dessus. (...) Ce ne sont pas les agences de notation qui font la politique de la France", a-t-il encore dit.

"C'est comme si vous demandiez à un élève qui a eu 20 sur 20 pendant très longtemps et qui passe à 19 si c'est une catastrophe", a fait valoir François Baroin pour qui la France conserve une "excellente notation".

Selon le ministre de l'Economie, S&P, "dans les attendus" de sa décision, souligne "clairement que c'est la gouvernance et l'instabilité de la zone euro" qui sont en cause et non "les réformes de structure qui sont engagées et qui sont au contraire saluées, (...) ni les questions budgétaires".

"C'est clairement l'équilibre général d'une zone monétaire qui n'est pas optimal" qui est à l'origine de la décision de l'agence, a-t-il insisté.

Le ministre a par ailleurs annoncé qu'en dépit de cette dégradation, il n'y aurait "pas de nouveau plan de rigueur (en France) car ce n'est pas une question de rigueur budgétaire".

Première publication : 13/01/2012

  • FRANCE

    L'austérité pour tous afin de sauver le triple A

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La France doit-elle continuer à courir après son AAA ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)