Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Sports

Les chantiers de Sotchi-2014 accusent de sérieux retards

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2012

La Russie a reconnu que les chantiers titanesques entrepris pour l'organisation des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi, en 2014, avaient accumulé un retard considérable. Mais les autorités assurent que tout sera prêt à temps.

AFP - Les travaux en vue des jeux Olympiques de 2014 à Sotchi (sud de la Russie) ont pris du retard, a rapporté vendredi le quotidien Vedomosti, un problème qui a été reconnu pour la première fois par les autorités russes et a poussé le président Dmitri Medvedev à intervenir.

Jusqu'à présent, Moscou assurait que le calendrier de ce méga-projet, dans lequel le Premier ministre russe Vladimir Poutine s'est personnellement impliqué, était respecté, alors que des doutes étaient régulièrement émis sur la capacité de la Russie à finir à temps ce chantier capital pour l'image du pays.

Mais dans son rapport annuel transmis jeudi à la Douma (chambre basse du Parlement russe), la Cour des Comptes russe révèle que la construction de 76 sites olympiques sur 393 au total est en retard sur le calendrier, a indiqué Vedomosti.

Cette question a déjà été l'objet le 5 janvier d'une réunion à huis clos à laquelle participait le président russe.

"Le rythme des travaux est malheureusement inégal en raison de problèmes de financement, d'autres problèmes, dont les délais de conception, et dans certains cas il s'agit d'une mauvaise organisation des travaux", avait déclaré M. Medvedev au début de la réunion avant qu'elle ne soit fermée aux médias, dans des propos publiés sur le site du Kremlin.

Selon Vedomosti, qui a discuté avec un participant à la réunion du 5 janvier et une source au Kremlin, les problèmes les plus sérieux concernent la piste de bobsleigh et le grand stade où doit avoir lieu la cérémonie d'ouverture des JO, qui doivent être construits par la société publique Olimpstroï.

Les essais sur la piste de bobsleigh ont été reportés à mars, tandis qu'il a été proposé de revoir la conception du toit semi-ouvert du stade.

Lors de cette réunion, il a été proposé de faire passer de 56.000 à 70.000 le nombre d'ouvriers sur les chantiers et il a été décidé de mettre fin à la construction du nouveau port de Sotchi. La construction envisagée d'une grande centrale électrique pourrait elle aussi être annulée, selon Vedomosti.

Face à ce problème inquiétant, M. Medvedev a chargé M. Poutine, de "prendre des mesures pour renforcer la responsabilité des organisations, de leurs propriétaires et dirigeants qui ne remplissent pas à temps les obligations prévues dans les contrats publics" d'ici le 15 février, selon une directive du Kremlin publiée vendredi sur son site.

Le président russe a par ailleurs demandé que la construction de deux tremplins et de la piste de bobsleigh soit achevée dans les temps. Il a aussi chargé le procureur général Iouri Tchaïka de se pencher sur le dossier.

"Actuellement, nous ne voyons aucun risque pour les épreuves de préparation de fin 2012 et 2013, et encore moins pour les Jeux Olympiques", a toutefois déclaré Ilya Djous, porte-parole du vice-Premier ministre Dmitri Kozak chargé de superviser les travaux, cité par Interfax.

Selon un dirigeant d'une entreprise chargée des travaux cité par Vedomosti, le principal responsable de ces retards est souvent Olimpstroï, en charge de la construction des infrastructures communales.

Un responsable gouvernemental a confirmé que la plupart des sites sportifs construits par les entreprises privées étaient prêts à 85-95%, tandis que les infrastructures qui leur sont reliées ne l'étaient qu'à 20-30%.

Olimpstroï, un conglomérat public créé ad hoc en 2007 pour ces JO, a été par le passé soupçonné dans plusieurs affaires de corruption.

Les JO de Sotchi constituent de loin le plus important évènement international organisé dans le pays depuis la chute de l'Union soviétique en 1991.

La Russie a aussi été choisie en 2010 pour l'organisation du Mondial de football 2018, un autre projet nécessitant des travaux titanesques.

Première publication : 13/01/2012

  • JEUX OLYMPIQUES

    Six nouvelles disciplines à Sotchi-2014

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)