Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

FRANCE

Mort de Gilles Jacquier : Paris ouvre une enquête judiciaire pour homicide volontaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2012

France Télévisions a saisi le procureur de la République concernant les circonstances de la mort de Gilles Jacquier, premier journaliste occidental tué mercredi en Syrie. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour homicide volontaire.

REUTERS - Le parquet de Paris a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête sur les circonstances de la mort du reporter de France Télévisions Gilles Jacquier, tué mercredi par des tirs d'obus en Syrie.

OBSÈQUES DE GILLES JACQUIER

Les obsèques de Gilles Jacquier, grand reporter de France 2 tué mercredi à Homs (Syrie) à l'âge de 43 ans, auront lieu à Bernex, village de Haute-Savoie d'où il est originaire, a indiqué jeudi son maire à l'AFP.

Aucune date n'est fixée pour le moment mais les obsèques n'auront vraisemblablement pas lieu "avant la semaine prochaine", a précisé Joseph Trincat, maire de Bernex, après un entretien avec le père du journaliste.

Situé à une dizaine de kilomètres du lac Léman, Bernex est un village d'environ 1 200 habitants, doté notamment d'une station de ski.

 

L'enquête préliminaire pour homicide volontaire a été confiée à l'Office central de répression des violences aux personnes. Une autopsie du corps du journaliste sera réalisée dans l'après-midi, ajoute-t-on de même source.

Le gouvernement et France Télévisions avaient demandé à la justice de faire toute la lumière sur les circonstances de la mort de Gilles Jacquier, tué à Homs alors qu'il effectuait un reportage avec l'accord du gouvernement syrien. L'attaque a fait
au total huit morts et 25 blessés.

France Télévisions dément dans un communiqué publié vendredi une information selon laquelle un représentant de France 2 ferait partie d'une commission d'enquête créée par les autorités syriennes.

Thierry Thuillier, directeur des rédactions de France Télévisions, s'interroge sur les circonstances de la la mort du journaliste. "Les journalistes faisaient partie d'un convoi sous escorte, très sévèrement encadré. Quand les tirs ont commencé, les
militaires syriens ont reculé, laissant seuls et exposés les journalistes. Pourquoi ? Je n'ai pas de réponse. La rédaction, France Télévisions, les familles veulent cette réponse", dit-il dans un entretien publié sur le site de France Télévisions.

La France a réclamé à nouveau vendredi qu'une enquête indépendante ait lieu en Syrie.

"Nous demandons qu'une enquête indépendante et transparente soit mise en place sur les circonstances de ce drame", a déclaré vendredi Romain Nadal, porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères, lors d'un point de presse.

"Nous examinons toutes les pistes pour une enquête indépendante", a-t-il ajouté. "Nous n'avons pas été contactés par les autorités syriennes."

La répression des manifestations hostiles au régime du président Bachar al Assad a fait plus de 5.000 morts en Syrie depuis mi-mars 2011, selon les Nations unies. La ville de Homs est bastion de la contestation.
 

Première publication : 13/01/2012

COMMENTAIRE(S)