Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mark Carney vole au secours de l'économie britannique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les Français disent oui à l'Europe"

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : les travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

"Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 17/01/2012

La prison de Guantanamo vue de Cuba

Malgré les promesses d’Obama de fermer la prison de Guantanamo, 171 hommes y sont toujours incarcérés. Nos reporters se sont rendus dans les deux villages les plus proches des barbelés qui entourent la base militaire, à la rencontre des Cubains qui côtoient ces encombrants voisins. Une zone sensible, à quelques mètres des miradors américains.

C’est toujours la même impression que l’on ressent dès que l’on quitte le village de La Maya, à mi-chemin entre Santiago de Cuba et Guantanamo. Une impression d'arriver sur une planète interdite. Par le seul mot phantasmatique GUANTANAMO. Car pour beaucoup de monde Guantanamo revêt l’image sulfureuse de la prison des Taliban. L’approche ne fait rien pour démentir cette impression.

Sur le ruban de vingt kilomètres de bitume qui mène à la ville, à mi-chemin, on vous recommande impérativement de ralentir. Un "verde", un soldat cubain, sort du poste, demande vos papiers et inspecte le coffre. Guantanamo sous pression…

Et pourtant… Tout change dès que l’on se rend vers le parque Marti, au centre de la ville. Quelques "yumas", les touristes, rares, en transit vers Baracoa, au nord, découvrent, étonnés, qu’il n’y a pas de barreaux aux fenêtres, que les matons sont plutôt féminines, souriantes et avenantes, et que les avis à la population n’annoncent pas le couvre-feu mais une soirée de "descarga", une fête de salsa, à la Casa de la Musica.

Guantanamo-Ville est à vingt kilomètres de "Guantanamo la taule", sur la base américaine.

- Hola, compay ! (Salut, mec)…

Tout Cubain, et notamment tout Guantanamero en âge de tenir une batte de base-ball, mais aussi pourvu d’un "fula" (dollar) s’accoude au comptoir du Bar des Sports et s’y visse pour des heures devant un écran qui retransmet en boucle le match de la pelota des "Indios", le club local. Pour la première fois de leur histoire, les Indios ont battu les Avispas (les guêpes) de Santiago, la voisine. C’était la semaine passée chez "Los Chinos", c’est à dire à l’Estadio Nguyen Van Troi, le stade bourré jusqu’aux pylônes électriques par les quatorze mille fans accourus de toute la province. On a battu des records de décibels et de latas de Bucanero, la bière locale.

Le triomphe se poursuit, il est programmé pour une bonne quinzaine de jours. La fête déborde du bar de la calle Calixto Garcia, l’artère principale et s’étend vers le sud de la ville, vers la Loma del Chivo (la Colline des chèvres), l’ancien quartier réservé  aux Marines américains venant soulager leur libido chez des hôtesses accueillantes. On s’y laisse guider par le GPS local, c’est à dire l’odeur des "chicharrones", les rillons de porc qui brunissent sur les barbecues installés sur les trottoirs de la calle Serafin Sanchez. Il y a de la viande, de la bière. Et du bruit. Beaucoup de bruit. On tape sur des "batas" (les tambours), on rythme avec une ferraille sur une jante de voiture et on appelle à la rescousse "l’Orisha Chango" - le saint du feu, de la foudre, du tonnerre, de la guerre - de la "santeria", la religion afro-cubaine. C’est le signal du rodéo qui envahit la ville. L’association folklorique des percussionnistes appelle les danseurs à se lancer dans l’ivresse de la conga.

- Et la prison, amigo, qu’en penses tu ?

- Fous-nous la paix avec la Base, compay !

Par François MISSEN , Alexandre DEREIMS

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/06/2016 Première Guerre mondiale

Grande Guerre : quand le nord de la France vivait à l'heure allemande

Pendant la Grande Guerre, 13 départements français ont subi l’occupation allemande. Quatre ans durant lesquels deux millions de Français ont vécu une cohabitation forcée avec les...

En savoir plus

17/06/2016 États-Unis

États-Unis : quand les États du Sud partent en croisade contre Washington

Pour préserver une liberté religieuse qu’ils considèrent menacée, certains États du sud des États-Unis ont adopté un nouvel arsenal législatif. À l'instar du Mississipi, qui...

En savoir plus

09/06/2016 Iran

Vidéo : chroniques iraniennes, un an après l'accord sur le nucléaire

Juillet 2015. L'accord sur le nucléaire iranien a ouvert un nouveau chapitre dans l'histoire des relations entre Téhéran et le reste du monde, notamment avec l'Occident. Une ...

En savoir plus

03/06/2016 Cinéma africain

Nollywood, l'eldorado du cinéma au Nigeria

Le Nigeria peut se targuer de détenir la deuxième industrie cinématographique au monde. Son influence culturelle s'est largement étendue en dehors des frontières de l'Afrique....

En savoir plus

26/05/2016 Ukraine

Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass

Depuis deux ans, l’Ukraine est divisée. Malgré l'instauration de plusieurs trêves, les affrontements se poursuivent dans les régions séparatistes de l'Est entre rebelles...

En savoir plus