Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - Russie : les "Mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nobel de la paix pour Tsahal"

En savoir plus

SUR LE NET

Des internautes juifs et arabes se mobilisent pour la paix

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Radical"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

  • MH17 : jour de deuil aux Pays-Bas, Washington évoque une "erreur" de tir

    En savoir plus

  • Le Festival d'Avignon, une tradition politique ancrée dans l'actualité

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

FRANCE

Bruxelles juge "aberrante" la dégradation des notes de neuf pays européens

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/01/2012

L'Union européenne regrette la décision de Standard & Poor’s d’abaisser les notes de neuf pays membres, dont la France qui perd son triple A. Cette dégradation menace directement la viabilité du Fonds de soutien de la zone euro.

AFP - La zone euro s'est dite déterminée vendredi à faire tout son possible pour sauvegarder le triple A de son Fonds de soutien, le FESF, après la dégradation par Standard and Poor's de neuf pays en son sein dont la France, une décision qualifiée d'"aberrante" par la Commission européenne.

"Les pays qui apportent leurs garanties au FESF affirment leur détermination à explorer les options pour maintenir son triple A", a affirmé Jean-Claude Juncker, le chef de file des ministres des Finances de la zone euro dans un communiqué.

La décision de l'agence de notation de retirer le triple A de la France et de l'Autriche risque en effet de provoquer la perte du "AAA" du Fonds, dont la notation dépend de celles des Etats de la zone euro qui le garantissent, et tout particulièrement de ceux jouissant de la meilleure note ("AAA").

Si les notations des pays sont abaissées, celle du FESF est de facto menacée. Or, cet instrument a besoin de sa note d'excellence pour emprunter à bas coût sur les marchés et ensuite reprêter aux Etats de la zone euro en difficulté.

De son côté, le commissaire européen chargé des Affaires européennes, Olli Rehn, a regretté dans un communiqué distinct, une décision "aberrante" de Standard and Poor's, "après avoir vérifié que ce n'était pas une erreur". L'agence de notation avait diffusé par erreur un message en novembre dernier laissant penser à une dégradation de la France.

La dégradation des notes de neuf pays de la zone euro, dont l'Espagne, le Portugal et l'Italie, intervient au moment où la zone euro "agit de manière décisive sur tous les fronts pour répondre à la crise", a-t-il souligné.

"Cette initiative rend encore plus nécessaires la consolidation budgétaire et les réformes structurelles" des pays de la zone euro, "ainsi que le fait de trouver des réponses aux fragilités du secteur bancaire, de renforcer nos défenses financières et notre gouvernance économique", poursuit M. Rehn, qui souligne que "les récentes décisions de l'UE, combinées aux actions de la Banque centrale européenne, ont contribué à relâcher les tensions sur le marché des dettes souveraines".

"Il est désormais important de finaliser aussi rapidement que possible la forme et le fonctionnement du Mécanisme européen de stabilité (MES) et, comme l'ont décidé les chefs d'Etat et de gouvernement le 9 décembre, d'avancer son entrée en vigueur à juillet 2012", ajoute-t-il.

Ce mécanisme permanent appelé à prendre la suite du FESF dès cet été sera moins dépendant des notations des Etats, a souligné M. Juncker. En attendant, selon lui, le FESF "dispose de ressources suffisantes pour remplir ses engagements actuels et éventuellement d'autres dans le futur". Le Fonds dispose actuellement d'une capacité de prêts d'environ 250 milliards d'euros.

"Le Mécanisme européen de stabilité aura son propre capital et sera de fait moins affecté par les notations des Etats membres", indique-t-il.

Cet outil doit disposer d'un capital de 500 milliards d'euros mais certains Etats estiment qu'il faudra prendre en compte la part restante du FESF tandis que d'autres jugent nécessaire d'allouer 500 milliards au seul MES, afin de le doter d'une force de frappe suffisante. Cette question sera abordée par les chefs d'Etat lors du sommet européen prévu début mars.

Plus largement, la zone euro est déterminée "à faire tout son possible pour surmonter la crise, améliorer les finances publiques et retrouver le chemin de la croissance et de l'emploi", affirme M. Juncker.

Première publication : 14/01/2012

  • DETTE

    À 100 jours de la présidentielle, la France perd son "précieux" triple A

    En savoir plus

  • FRANCE

    La classe politique française réagit à la perte du triple A

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'austérité pour tous afin de sauver le triple A

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)