Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Afrique

Mohamed El-Baradei ne sera pas candidat à la présidentielle

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/01/2012

"Ma conscience ne me permet pas de présenter ma candidature à la présidence [...] tant qu'il n'y a pas de véritable démocratie", a annoncé Mohamed El-Baradei, qui déplore que le pouvoir soit toujours aux mains de l'armée.

AFP - Mohamed El-Baradei, ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a annoncé samedi, dans un communiqué, qu'il ne serait pas candidat à l'élection présidentielle en Egypte.

"Ma conscience ne me permet pas de présenter ma candidature à la présidence ou à tout autre poste officiel tant qu'il n'y a pas de véritable démocratie", a-t-il affirmé, ajoutant que "l'ancien régime n'est pas tombé" en allusion à la chute en février dernier du président Hosni Moubarak sous la pression de la rue.

Le pouvoir est depuis aux mains du Conseil suprême des forces armées (CSFA), dirigé par le maréchal Hussein Tantaoui, qui fut pendant vingt ans ministre de la Défense de M. Moubarak.

L'armée a promis de rendre le pouvoir aux civils à l'issue d'une élection présidentielle prévue au plus tard fin juin, mais nombre d'Egyptiens l'accusent de vouloir préserver ses privilèges et continuer d'influencer la vie politique.

"Nous avons tous le sentiment que l'ancien régime n'est pas tombé", ajoute M. ElBaradei, prix Nobel de la Paix en 2005, dans son communiqué. "Les capitaines du navire (...) continuent de naviguer dans les mêmes eaux qu'autrefois, comme si la révolution n'avait pas eu lieu".

M. ElBaradei était revenu en Egypte en 2010 après une longue carrière internationale pour se placer résolument dans l'opposition à M. Moubarak.

Depuis la chute de ce dernier, il est devenu une des figures les plus en vue de la mouvance libérale et laïque, favorable à l'instauration d'un système politique démocratique.

Cette tendance a toutefois été largement battue aux élections législatives qui viennent de se clore, marquées selon des résultats provisoires par une forte domination des islamistes de toutes tendances, qui remporteraient quelque 70% des sièges de députés.

 

Première publication : 14/01/2012

  • ÉGYPTE

    Les islamistes triomphent aux législatives et dialoguent avec les États-Unis

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Égyptiens aux urnes pour la dernière phase des élections de la Chambre basse

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Peine capitale requise contre l'ancien président Hosni Moubarak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)