Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

Virus Ebola et Budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Crise politico-sportive : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Foot européen : carton plein pour les cadors, à l'exception de la Juve

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • De nouveaux heurts à Hong Kong font 20 blessés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Vidéo : l'organisation de l'EI dispose-t-elle d'avions de chasse ?

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

  • Nouvelle attaque meurtrière des rebelles ougandais dans un village du Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants réinvestissent un campement

    En savoir plus

  • Étudiants disparus au Mexique : le chef d'un cartel arrêté

    En savoir plus

FRANCE

François Fillon minimise la perte du triple A

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/01/2012

Quelques heures après avoir essuyé les critiques de François Hollande qui dénonce un échec patent de la politique du président Sarkozy, le Premier ministre a estimé que la dégradation de la note de la France ne devait "pas être dramatisée".

AFP - François Fillon s'est livré samedi à un exercice de "dédramatisation" de la dégradation de la note de la France et s'en est pris à François Hollande, coupable d'avoir vu dans la perte du triple A une sanction de la politique de Nicolas Sarkozy et du gouvernement.
              

Au lendemain de la dégradation de la note de la France par Standard & Poor's, le Premier ministre a souligné que cette décision était "attendue, même si on peut la juger à contre-temps au regard des efforts engagés par la zone euro".
              
"Les marchés financiers ont d'ailleurs assez peu réagi vendredi aux rumeurs qui ont précédé l'annonce officelle", a remarqué le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse à Matignon.
              
Même si la perte du triple A va renchérir le coût des emprunts français, "cette décision constitue une alerte qui ne doit pas être dramatisée, pas plus qu'elle ne doit être sous-estimée", a fait valoir M. Fillon.
              
"Je rappelle qu'il y a 21 crans de notation chez Standard & Poor's: la France était notée 21 sur 21, elle est désormais notée 20 sur 21, la note de la France reste donc parmi les meilleures du monde", a-t-il martelé.
              
A moins de cent jours du premier tour de l'élection présidentielle, il a critiqué le candidat socialiste qui avait samedi matin estimé que "c'est une politique qui a été dégradée, pas la France".
              
"La France est un pays sûr, un pays dans lequel les investisseurs ont confiance et peuvent avoir confiance. Les agences de notation sont des baromètres utiles mais ce ne sont pas elles qui font la politique de la France", a relevé M. Fillon
              
"François Hollande a particulièrement tort de prétendre que c'est notre politique qui est sanctionnée", a-t-il ajouté.


              
Selon lui, "ceux qui dramatisent la situation doivent y réfléchir à deux fois: ce sont en effet les mêmes qui ont refusé de voter les réformes destinées à renforcer notre compétitivité ou à réduire les déficits, que ce soit la réduction des effectifs dans la fonction publique ou la réforme des retraites".
              
Interrogé sur la phrase prêtée dans la presse à Nicolas Sarkozy (en cas de perte du triple A, "je suis mort"), M. Fillon a assuré ne pas avoir "entendu le président de la République prononcer une phrase pareille". "Ce n'est d'ailleurs pas dans sa nature d'être dans un pessimisme aussi noir", a-t-il expliqué.
              
Le Premier ministre a expliqué la dégradation de la note de la France par la "dérive de nos finances publiques depuis 30 ans" et par "les insuffisances de la gouvernance" de la zone euro.
              
Il a pointé le fait que l'agence de notation jugeait "crédible" la "stratégie de réduction du déficit et de la dette" du gouvernement, avec pour objectif "intangible" le retour à l'équilibre des finances en 2016.
              
M. Fillon, qui a présenté deux plans d'économies depuis août, a indiqué que des "ajustements" étaient toujours possibles en fonction de la croissance dans les prochains mois.
              
Mais "depuis le début de cette crise, avec le président de la République, nous avons cherché en permanence à trouver l'équilibre entre la nécessité de réduire les déficits et l'impératif de ne pas casser la faible croissance qui caractérise déjà la situation dans la zone euro", a-t-il souligné.
              
Le sommet sur la crise organisé mercredi à l'Elysée doit, selon M. Fillon, permettre d'engager "une nouvelle étape au service de la compétitivité et de la croissance".
              
"Je ne crois pas que cette décision (celle de S&P, ndlr) changera quoi que ce soit à la relation entre la France et l'Allemagne", a-t-il aussi assuré.
             

 


 

Première publication : 14/01/2012

  • UNION EUROPÉENNE

    Bruxelles juge "aberrante" la dégradation des notes de neuf pays européens

    En savoir plus

  • DETTE

    À 100 jours de la présidentielle, la France perd son "précieux" triple A

    En savoir plus

  • AGENCE DE NOTATION

    Standard & Poor's menace le triple A du Fonds européen de stabilité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)