Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez.... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

FRANCE

François Fillon minimise la perte du triple A

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/01/2012

Quelques heures après avoir essuyé les critiques de François Hollande qui dénonce un échec patent de la politique du président Sarkozy, le Premier ministre a estimé que la dégradation de la note de la France ne devait "pas être dramatisée".

AFP - François Fillon s'est livré samedi à un exercice de "dédramatisation" de la dégradation de la note de la France et s'en est pris à François Hollande, coupable d'avoir vu dans la perte du triple A une sanction de la politique de Nicolas Sarkozy et du gouvernement.
              

Au lendemain de la dégradation de la note de la France par Standard & Poor's, le Premier ministre a souligné que cette décision était "attendue, même si on peut la juger à contre-temps au regard des efforts engagés par la zone euro".
              
"Les marchés financiers ont d'ailleurs assez peu réagi vendredi aux rumeurs qui ont précédé l'annonce officelle", a remarqué le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse à Matignon.
              
Même si la perte du triple A va renchérir le coût des emprunts français, "cette décision constitue une alerte qui ne doit pas être dramatisée, pas plus qu'elle ne doit être sous-estimée", a fait valoir M. Fillon.
              
"Je rappelle qu'il y a 21 crans de notation chez Standard & Poor's: la France était notée 21 sur 21, elle est désormais notée 20 sur 21, la note de la France reste donc parmi les meilleures du monde", a-t-il martelé.
              
A moins de cent jours du premier tour de l'élection présidentielle, il a critiqué le candidat socialiste qui avait samedi matin estimé que "c'est une politique qui a été dégradée, pas la France".
              
"La France est un pays sûr, un pays dans lequel les investisseurs ont confiance et peuvent avoir confiance. Les agences de notation sont des baromètres utiles mais ce ne sont pas elles qui font la politique de la France", a relevé M. Fillon
              
"François Hollande a particulièrement tort de prétendre que c'est notre politique qui est sanctionnée", a-t-il ajouté.


              
Selon lui, "ceux qui dramatisent la situation doivent y réfléchir à deux fois: ce sont en effet les mêmes qui ont refusé de voter les réformes destinées à renforcer notre compétitivité ou à réduire les déficits, que ce soit la réduction des effectifs dans la fonction publique ou la réforme des retraites".
              
Interrogé sur la phrase prêtée dans la presse à Nicolas Sarkozy (en cas de perte du triple A, "je suis mort"), M. Fillon a assuré ne pas avoir "entendu le président de la République prononcer une phrase pareille". "Ce n'est d'ailleurs pas dans sa nature d'être dans un pessimisme aussi noir", a-t-il expliqué.
              
Le Premier ministre a expliqué la dégradation de la note de la France par la "dérive de nos finances publiques depuis 30 ans" et par "les insuffisances de la gouvernance" de la zone euro.
              
Il a pointé le fait que l'agence de notation jugeait "crédible" la "stratégie de réduction du déficit et de la dette" du gouvernement, avec pour objectif "intangible" le retour à l'équilibre des finances en 2016.
              
M. Fillon, qui a présenté deux plans d'économies depuis août, a indiqué que des "ajustements" étaient toujours possibles en fonction de la croissance dans les prochains mois.
              
Mais "depuis le début de cette crise, avec le président de la République, nous avons cherché en permanence à trouver l'équilibre entre la nécessité de réduire les déficits et l'impératif de ne pas casser la faible croissance qui caractérise déjà la situation dans la zone euro", a-t-il souligné.
              
Le sommet sur la crise organisé mercredi à l'Elysée doit, selon M. Fillon, permettre d'engager "une nouvelle étape au service de la compétitivité et de la croissance".
              
"Je ne crois pas que cette décision (celle de S&P, ndlr) changera quoi que ce soit à la relation entre la France et l'Allemagne", a-t-il aussi assuré.
             

 


 

Première publication : 14/01/2012

  • UNION EUROPÉENNE

    Bruxelles juge "aberrante" la dégradation des notes de neuf pays européens

    En savoir plus

  • DETTE

    À 100 jours de la présidentielle, la France perd son "précieux" triple A

    En savoir plus

  • AGENCE DE NOTATION

    Standard & Poor's menace le triple A du Fonds européen de stabilité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)