Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les libérations de prisonniers politiques s’accélèrent

©

Vidéo par Melissa BELL

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/01/2012

Quelque 302 prisonniers politiques ont été libérés vendredi dans le cadre d'un programme d'amnistie. Parmi eux, plusieurs responsables de l'opposition qui avaient pris part aux soulèvements populaires de 1998 et 2007 contre le pouvoir militaire.

AFP - La Birmanie a indiqué samedi que quelque 300 prisonniers, considérés comme politiques par l'opposition, avaient été libérés la veille lors d'une vaste amnistie saluée par l'Occident, tout en réaffirmant que nul n'avait jamais été détenu dans le pays pour ses opinions.

"Ces libérations n'ont pas été faites pour suivre la demande de quiconque. Nous les avons libérés en raison de la véritable bienveillance du gouvernement", a déclaré le lieutenant-général Ko Ko, ministre de l'Intérieur lors d'une conférence de presse dans la capitale Naypyidaw.

"Certains disent prisonniers politiques. Certains disent prisonniers de conscience. Quelle que soit la façon dont ils sont appelés, nous n'avons pas pris de mesures contre qui que ce soit en raison de la politique ou d'opinions", a-t-il ajouté.

L'officier a toutefois reconnu que les 302 détenus avaient été pris sur une liste de prisonniers politiques établie par une "organisation politique", faisant très probablement référence à la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de l'opposante Aung San Suu Kyi.

"Ils nous ont donné 604 (noms), nous en avons trouvés 430 (...). Nous en avons libérés 302", a expliqué le ministre, soulignant que les autres détenus encore sur la liste ne pouvaient pas bénéficier d'une amnistie.

Les 128 autres "ont commis des crimes graves comme des actes terroristes (...). Nous ne pouvons pas libérer ce genre de personnes".

Le nombre de prisonniers de conscience --artistes, journalistes, moines, intellectuels et autres opposants-- encore détenus n'est pas clair. Avant l'amnistie de vendredi, il était sujet à diverses estimations, allant de 500 à 1.600.

Ko Ko a d'autre part indiqué que sur les 651 détenus élargis vendredi, une centaine étaient d'anciens membres de services de renseignement.

L'ex-Premier ministre Khin Nyunt, 72 ans, a ainsi été libéré. Il avait été limogé en 2004, puis arrêté et condamné l'année suivante à 44 années de résidence surveillée pour corruption. Sa chute s'était accompagnée du démantèlement des services de renseignement militaire.

En octobre, environ 200 prisonniers politiques avaient déjà été libérés, mais cette amnistie avait été jugée décevante, en l'absence d'importants responsables de l'opposition sur la liste.

Cette fois, plusieurs leaders du soulèvement populaire de 1988 réprimé dans le sang ont retrouvé la liberté, tout comme le célèbre moine Gambira, arrêté après la "révolte Safran" de 2007. Et Khun Htun Oo, leader de la minorité ethnique shan, qui purgeait 93 ans de détention.

Ces libérations ont été saluées par la LND et la communauté internationale, de l'ONU à l'Union européenne.

Les Etats-Unis, fidèles à leur politique de "donnant-donnant" envers Naypyidaw, se sont dits prêts à échanger des ambassadeurs. Sans évoquer pour autant la levée des sanctions mises en place depuis la fin des années 90, qu'espère Naypyidaw.

La toute nouvelle Commission birmane pour les droits de l'Homme, créé par le pouvoir, s'est également félicitée.

"Dans l'intérêt d'une paix durable et de l'unité nationale, pour permettre un processus politique inclusif, et sur des bases humanitaires, le président a accordé l'amnistie aux prisonniers", a-t-elle commenté dans une déclaration publiée par le quotidien officiel New Light of Myanmar.

Cette amnistie est le dernier geste en date du gouvernement "civil" mis en place après l'auto-dissolution de la junte en mars, et composé d'anciens militaires fidèles à la puissante armée birmane.

La nouvelle équipe a multiplié les réformes ces derniers mois, permettant notamment le retour au coeur du jeu politique de Suu Kyi, qui se présentera aux prochaines élections partielles d'avril, alors qu'elle était encore en résidence surveillée en novembre 2010.

Première publication : 14/01/2012

  • DIPLOMATIE

    Les États-Unis disposés à installer un ambassadeur en Birmanie

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    "La Birmanie est en train de renverser le cours de son histoire"

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Les autorités birmanes libèrent plusieurs dissidents majeurs

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)