Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa après deux ans de convalescence en Belgique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

EUROPE

Le commandant du paquebot de luxe qui a fait naufrage a été incarcéré

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/01/2012

Le commandant du paquebot qui a fait naufrage dans la nuit de vendredi à samedi au large de la Toscane a été incarcéré. Trois personnes ont péri dans l'accident, dont deux Français.

AFP - Le parquet de Grossetto a annoncé l'incarcération du commandant du navire de croisière Costa Concordia, Francesco Schettino, après le naufrage du paquebot dans la nuit de vendredi à samedi, près de l'île du Giglio, selon l'agence italienne Ansa.

La décision a été prise au terme d'un interrogatoire de plusieurs heures du commandant. Celui-ci, interviewé par la télévision en continu Tgcom24 (groupe Mediaset), avait auparavant affirmé "avoir heurté un éperon rocheux" qui ne figurait pas sur ses cartes nautiques.

"Alors que nous naviguions en rythme de croisière, nous avons heurté un éperon rocheux. Selon la carte nautique, il y aurait dû avoir suffisamment d'eau en-dessous de nous", s'était défendu le commandant Francesco Schettino à l'antenne de Tgcom24.

Deux Français meurent dans le naufrage

Les trois personnes mortes apparemment par noyade dans le naufrage dans la nuit de vendredi à samedi d'un navire de croisière près de l'île toscane du Giglio, sont deux touristes français et un membre d'équipage péruvien, a indiqué l'agence Ansa, citant la justice locale.

Les corps de ces trois personnes se trouvent à la morgue d'Orbetello, ville située en face de l'île du Giglio, et le parquet a décidé leur autopsie, selon les autorités. Le préfet de la zone a donné un bilan de "trois morts certifiés", sans exclure des disparus. Des sources sanitaires ont aussi comptabilisé une quarantaine de blessés dont deux graves.
 



Un des dirigeants de la compagnie armatrice du Costa Concordia avait pour sa part nié devant des journalistes que le bateau ait dévié de sa trajectoire normale.

"Il n'est pas correct de dire que le bateau était en dehors de sa route" habituelle, avait déclaré Gianni Onorato, directeur général de Costa Crociere (Croisières Costa), interrogé dans le port de Santo Stefano pour savoir pourquoi le bateau se trouvait si près de l'île du Giglio.

Pour M. Onorato, la seule chose certaine c'est que "le navire a heurté un rocher" et ensuite l'évacuation du bateau a été rendue plus difficile par l'inclinaison soudaine du navire, d'abord penché à 20 degrés et maintenant à 80, et donc presque couché sur le flanc.

Giorgio Fanculli, le seul journaliste de l'île du Giglio, qui gère le site www.giglionews.it et a assisté au naufrage et à l'évacuation des rescapés, a affirmé à l'AFP que le navire naviguait trop près de la côte et avait pour cela heurté un rocher.

"C'était le classique passage, les croisières le font souvent, toutes lumières allumées et avec leurs clignotants, mais là il est passé trop près, beaucoup plus que d'habitude", a-t-il indiqué.
 

Première publication : 14/01/2012

COMMENTAIRE(S)