Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

Afrique

Échec des pourparlers entre gouvernement et syndicats sur le prix du carburant

Dernière modification : 15/01/2012

Les syndicats menacent de relancer la grève générale dès lundi si un accord avec le gouvernement n'est pas trouvé d'ici là sur le prix du carburant. L'essence a doublé de prix depuis le 1er janvier à cause de la suppression des subventions publiques.

AFP - Les négociations entre le gouvernement nigérian et les syndicats sur le prix du carburant se sont achevées samedi soir à Abuja sans la conclusion d'un accord, selon le dirigeant d'un syndicat qui a souligné que la production pétrolière ne serait pas touchée pour le moment.

"La réunion n'est pas dans une impasse, mais nous ne sommes pas parvenus à un compromis", a déclaré le président d'une puissante centrale syndicale nigériane, le Nigeria Labour Congress, Abdulwahed Omar à des journalistes à l'issue des négociations.

Interrogé sur la question de savoir si les plate-formes pétrolières allaient commencer à être fermées, il a répondu: "Non, nous abordons ce problème de façon graduelle. Nous donnons toujours une chance à la paix".

Il a d'autre part brandi la menace d'une reprise de la grève générale lundi faute d'accord avec le gouvernement d'ici là.

Les dirigeants des principaux syndicats au Nigeria ont participé samedi soir à la présidence à Abuja à des négociations destinées à mettre un terme à la grève générale et éviter qu'elle ne s'étende au secteur pétrolier dans le premier pays producteur de brut en Afrique.

Cette réunion était consacrée à la hausse du prix des carburants, largement contestée par la majorité des Nigérians qui vivent avec moins de deux dollars par jour.

Juste avant leur arrivée au palais présidentiel, les deux principales centrales syndicales au Nigeria avaient affiché leur inflexibilité sur un retour au prix du carburant tel qu'il était fixé avant le 1er janvier, selon des sources concordantes.

Les discussions ont été rendues possibles à la faveur d'une suspension vendredi de la grève et de manifestations contre le prix de l'essence qui se déroulaient depuis lundi. Cette pause a également permis à des Nigérians de se ravitailler.

Le secteur pétrolier avait menacé de rejoindre dimanche la grève et d'arrêter la production du premier exportateur de pétrole du continent, en cas d'échec des pourparlers à Abuja.

Les syndicats ont averti que la mobilisation repartirait de plus belle lundi en cas d'échec des négociations.

La suspension de la grève doit faciliter la recherche d'une issue à un conflit provoqué par le doublement du prix de l'essence en début d'année par le gouvernement, à la recherche de fonds pour moderniser les infrastructures du pays le plus peuplé d'Afrique.

 

Première publication : 15/01/2012

  • NIGERIA

    Les syndicats suspendent la grève générale

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Grève au Nigeria : "Le gouvernement devrait finir par céder"

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Les Nigérians dans la rue pour protester contre la hausse du prix de l'essence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)