Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Échec des pourparlers entre gouvernement et syndicats sur le prix du carburant

Dernière modification : 15/01/2012

Les syndicats menacent de relancer la grève générale dès lundi si un accord avec le gouvernement n'est pas trouvé d'ici là sur le prix du carburant. L'essence a doublé de prix depuis le 1er janvier à cause de la suppression des subventions publiques.

AFP - Les négociations entre le gouvernement nigérian et les syndicats sur le prix du carburant se sont achevées samedi soir à Abuja sans la conclusion d'un accord, selon le dirigeant d'un syndicat qui a souligné que la production pétrolière ne serait pas touchée pour le moment.

"La réunion n'est pas dans une impasse, mais nous ne sommes pas parvenus à un compromis", a déclaré le président d'une puissante centrale syndicale nigériane, le Nigeria Labour Congress, Abdulwahed Omar à des journalistes à l'issue des négociations.

Interrogé sur la question de savoir si les plate-formes pétrolières allaient commencer à être fermées, il a répondu: "Non, nous abordons ce problème de façon graduelle. Nous donnons toujours une chance à la paix".

Il a d'autre part brandi la menace d'une reprise de la grève générale lundi faute d'accord avec le gouvernement d'ici là.

Les dirigeants des principaux syndicats au Nigeria ont participé samedi soir à la présidence à Abuja à des négociations destinées à mettre un terme à la grève générale et éviter qu'elle ne s'étende au secteur pétrolier dans le premier pays producteur de brut en Afrique.

Cette réunion était consacrée à la hausse du prix des carburants, largement contestée par la majorité des Nigérians qui vivent avec moins de deux dollars par jour.

Juste avant leur arrivée au palais présidentiel, les deux principales centrales syndicales au Nigeria avaient affiché leur inflexibilité sur un retour au prix du carburant tel qu'il était fixé avant le 1er janvier, selon des sources concordantes.

Les discussions ont été rendues possibles à la faveur d'une suspension vendredi de la grève et de manifestations contre le prix de l'essence qui se déroulaient depuis lundi. Cette pause a également permis à des Nigérians de se ravitailler.

Le secteur pétrolier avait menacé de rejoindre dimanche la grève et d'arrêter la production du premier exportateur de pétrole du continent, en cas d'échec des pourparlers à Abuja.

Les syndicats ont averti que la mobilisation repartirait de plus belle lundi en cas d'échec des négociations.

La suspension de la grève doit faciliter la recherche d'une issue à un conflit provoqué par le doublement du prix de l'essence en début d'année par le gouvernement, à la recherche de fonds pour moderniser les infrastructures du pays le plus peuplé d'Afrique.

 

Première publication : 15/01/2012

  • NIGERIA

    Les syndicats suspendent la grève générale

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Grève au Nigeria : "Le gouvernement devrait finir par céder"

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Les Nigérians dans la rue pour protester contre la hausse du prix de l'essence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)