Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Macron sans tabou"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Autriche: dernier avertissement pour l'Europe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

En Tunisie, Ennahda tourne le dos à l'islam politique jugé dépassé

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

African Trip, rendez-vous web des jeunes Africains et des solutions logement écolos

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Philippe Douste-Blazy : "Il faut que chaque pays ait un système de santé publique de base"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Proche-Orient : Manuel Valls défend l'initiative de Paris pour relancer l'effort de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des champions : une finale 100% madrilène

En savoir plus

FOCUS

La Tunisie renforce ses mesures de sécurité pour rassurer les touristes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ken Loach, Palme d'or à Cannes : "Un autre monde est possible et nécessaire"

En savoir plus

Afrique

Reprise des négociations sur le prix de l'essence entre le président et les syndicats

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/01/2012

Les syndicats ont repris ce dimanche les pourparlers avec le président Goodluck Jonathan dans l'espoir de mettre un terme à la grève générale qui paralyse le pays et qui a été déclenchée par la hausse du prix des carburants.

AFP - Les dirigeants des principaux syndicats nigérians ont repris dimanche soir les pourparlers avec le président Goddluck Jonathan destinés à mettre un terme à la grève générale qui paralyse le pays le plus peuplé d'Afrique, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les dirigeants des principales centrales syndicales nigérianes et d'autres responsables des syndicats ont entamé des discussions avec le président Jonathan, le vice-président nigérian Namadi Sambo, deux gouverneurs et le ministre du Travail. Ils n'ont fait aucune déclaration à leur arrivée au palais présidentiel d'Abuja, selon la même source.

Les négociateurs n'ont pas réussi samedi soir à trouver un accord sur le prix des carburants, dont la brutale hausse au 1er janvier a provoqué grèves et manifestations dans un pays déjà en proie à la violence inter-confessionnelle.

Auparavant, le médiateur dans ce dossier, le président du Sénat David Mark, avait annoncé que le gouvernement allait annoncer les prochaines étapes pour régler la crise provoquée par la hausse du prix des carburants qui paralyse le pays.

Il a fait cette cette déclaration avant l'adresse à la Nation du président Goodluck Jonathan attendue dimanche soir et après avoir rencontré le chef de l'Etat, des gouverneurs ainsi que des parlementaires impliqués dans les pourparlers.

"Je pense qu'il s'agit de la meilleure réunion que nous ayons jamais eue", a déclaré M. Mark devant des journalistes à Abuja. "Vraiment cette nuit, vous allez connaître la décision. Une décision a déjà été prise et c'est celle que la Nation attend", a-t-il dit.

Le président Jonathan, qui avait décrété un arrêt des subventions sur les carburants et qui gardait le silence depuis le 9 janvier, devait s'adresser à la nation dimanche soir, selon ses collaborateurs, mais cette allocution n'a pas été confirmée officiellement.

Première publication : 15/01/2012

  • NIGERIA

    Les syndicats suspendent la grève générale

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Grève au Nigeria : "Le gouvernement devrait finir par céder"

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Les Nigérians dans la rue pour protester contre la hausse du prix de l'essence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)