Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Monsieur le président, traitez les migrants humainement !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tribune sur la "liberté d'importuner" : Catherine Deneuve précise sa pensée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : non-lieu pour les soldats français soupçonnés

En savoir plus

LE DÉBAT

Révolutions arabes : que reste-t-il du vent de liberté ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Révolutions arabes : que reste-t-il du vent de liberté ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mexique : le trafic de médicaments, un nouveau fléau florissant

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sandra Nkaké, une artiste inclassable de retour avec un nouvel album

En savoir plus

Afrique

Reprise des négociations sur le prix de l'essence entre le président et les syndicats

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/01/2012

Les syndicats ont repris ce dimanche les pourparlers avec le président Goodluck Jonathan dans l'espoir de mettre un terme à la grève générale qui paralyse le pays et qui a été déclenchée par la hausse du prix des carburants.

AFP - Les dirigeants des principaux syndicats nigérians ont repris dimanche soir les pourparlers avec le président Goddluck Jonathan destinés à mettre un terme à la grève générale qui paralyse le pays le plus peuplé d'Afrique, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les dirigeants des principales centrales syndicales nigérianes et d'autres responsables des syndicats ont entamé des discussions avec le président Jonathan, le vice-président nigérian Namadi Sambo, deux gouverneurs et le ministre du Travail. Ils n'ont fait aucune déclaration à leur arrivée au palais présidentiel d'Abuja, selon la même source.

Les négociateurs n'ont pas réussi samedi soir à trouver un accord sur le prix des carburants, dont la brutale hausse au 1er janvier a provoqué grèves et manifestations dans un pays déjà en proie à la violence inter-confessionnelle.

Auparavant, le médiateur dans ce dossier, le président du Sénat David Mark, avait annoncé que le gouvernement allait annoncer les prochaines étapes pour régler la crise provoquée par la hausse du prix des carburants qui paralyse le pays.

Il a fait cette cette déclaration avant l'adresse à la Nation du président Goodluck Jonathan attendue dimanche soir et après avoir rencontré le chef de l'Etat, des gouverneurs ainsi que des parlementaires impliqués dans les pourparlers.

"Je pense qu'il s'agit de la meilleure réunion que nous ayons jamais eue", a déclaré M. Mark devant des journalistes à Abuja. "Vraiment cette nuit, vous allez connaître la décision. Une décision a déjà été prise et c'est celle que la Nation attend", a-t-il dit.

Le président Jonathan, qui avait décrété un arrêt des subventions sur les carburants et qui gardait le silence depuis le 9 janvier, devait s'adresser à la nation dimanche soir, selon ses collaborateurs, mais cette allocution n'a pas été confirmée officiellement.

Première publication : 15/01/2012

  • NIGERIA

    Les syndicats suspendent la grève générale

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Grève au Nigeria : "Le gouvernement devrait finir par céder"

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Les Nigérians dans la rue pour protester contre la hausse du prix de l'essence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)