Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

Moyen-orient

Quand Saad Hariri tweete avec "l’ennemi" israélien

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 16/01/2012

Depuis plusieurs mois, l’ex-Premier ministre libanais Saad Hariri fait le buzz en dialoguant avec des internautes sur Twitter. Mais, la semaine dernière, il a provoqué un tollé en ligne après avoir salué, par erreur, un porte-parole israélien.

Cela fait plusieurs mois que des hommes politiques libanais de premier plan s’enorgueillissent d’être à la page en matière de réseaux sociaux. Notamment l’ancien Premier ministre Saad Hariri, qui dialogue quasi quotidiennement sur Twitter avec les "followers" de son compte personnel @haririsaad. Ils sont un plus de 83 000 à suivre ses tweets sur la situation politique au Liban et la crise en Syrie. Au point de faire de Twitter une redoutable arme de communication pour cet homme politique de 41 ans.

Un couac virtuel sous la forme d'un "bonjour"
 
Les tweets à l'origine de la polémique
Mais à force de tweeter avec assiduité, Saad Hariri a fini par commettre l’inévitable gaffe virtuelle. La semaine dernière, un banal "bonjour" rédigé en arabe a suffi pour créer le buzz… à ses dépens. Et pour cause, ses salutations étaient adressées à nul autre qu’un porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, qui l’avait salué en premier.
 
Une fois l'erreur commise, Saad Hariri est alerté par les vigoureuses protestations d’un certain nombre de ses followers, auxquels l’identité d'Avichay Adraee n’avait pas échappé. Ce dernier décrit clairement, en arabe, ses fonctions sur son compte. Quant à la la photo illustrant son profil, elle le représente en uniforme militaire devant un drapeau de l’État hébreu.
 
Piégé, l’ex-Premier ministre tente de corriger le tir en plaidant la méprise : "En répondant aux salutations de ce matin, j’ai envoyé un bonjour à quelqu’un dont certains d’entre vous m’ont dit, plus tard, qu’il peut-être un responsable israélien." Et d’ajouter dans un message : "Si c'est vrai, je veux clairement dire que je n’aurais pas répondu si je l’avais su, car Israël est notre ennemi." En effet, le pays du Cèdre est techniquement en état de guerre avec l’Etat hébreu, malgré un cessez-le-feu signé en 1949. La loi libanaise interdisant, quant à elle, de communiquer avec tout citoyen de ce pays frontalier.
 
Un zeste de mauvaise foi
 
Par conséquent, certains n’ont pas hésité à conclure, non sans un zeste de mauvaise foi, que l’ancien chef du gouvernement essayait de prendre langue avec les autorités israéliennes. Sans surprise, ce couac virtuel a rencontré un succès retentissant sur les forums des partisans d'Hassan Nasrallah, un des principaux rivaux d'Hariri et leader du Hezbollah. "Les excuses de l’ex-Premier ministre ne tiennent pas la route, tant il est évident que le nom et la photo du porte-parole indiquent clairement qu'il est Israélien", est-il écrit sur l’un d’eux.
 
Dans l’ensemble, les internautes semblent avoir passé l’éponge et accepté les plates excuses de l’ex-Premier ministre. "Il n’y pas de doute, il a appris la leçon (…). Mais il faut reconnaître qu'Hariri se rend constamment disponible pour répondre à tous ceux qui essaient de communiquer avec lui via Twitter", commente de son côté la blogueuse libanaise Angie Nassar sur le site Nowlebanon. Nul doute que, dorénavant, il sera plus regardant sur l’identité de ses interlocuteurs pour s’éviter toute nouvelle polémique.

 

Première publication : 16/01/2012

  • LIBAN

    Saad Hariri prépare son come-back politique sur Twitter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)