Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

Economie

L'onde de choc des dégradations européennes se propage sur les Bourses

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/01/2012

Les principales places boursières européennes ont ouvert en légère baisse ce lundi. Les investisseurs s’inquiètent de l’impact de la dégradation des notes de neuf pays européens sur la viabilité du fameux Fonds de soutien à la zone euro.

REUTERS - Les Bourses européennes ont ouvert en baisse lundi en réaction à l’abaissement par Standard & Poor’s des notes de neuf pays de la zone euro, avant de se stabiliser grâce au sursaut des valeurs défensives.

La décision de l’agence de notation risque d’accentuer les problèmes des pays de la zone euro dans la mesure où elle risque d’accroître les coûts de financement sur les marchés d’un certain nombre de pays. En outre, le marché s’inquiète des conséquences de ces déclassements pour la note « triple A » du Fonds européen de stabilité financière (FESF).

« Une dégradation d’un cran seulement pour la France était déjà dans les prix, donc pas de surprise négative de ce côté-là, et (elle est) certainement logique après la perte du ‘triple A’ par les Etats-Unis. Maintenant, la question qui se pose est: quel impact cela aura-t-il sur la note de crédit du FESF ? », souligne David Thébault, de Global Equities.

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble s’est voulu rassurant lundi, estimant que les 211 milliards d’euros de garanties allemandes pour le FESF étaient suffisantes.

Les inquiétudes des investisseurs autour de la zone euro sont par ailleurs alimentées par les négociations en Grèce sur la participation du secteur privé au deuxième plan d’aide à Athènes, qui ont été interrompues vendredi et devraient reprendre mercredi prochain.

Dans ce contexte, l’euro a touché lundi matin un plus bas de 11 ans face au yen, s’approchant de son plus bas niveau depuis 17 mois contre le dollar.

Les marchés sont fermés ce lundi aux Etats-Unis à l’occasion du Martin Luther King Day et il n’y a pas d’indicateur majeur à l’agenda.

Première publication : 16/01/2012

  • FRANCE

    François Fillon minimise la perte du triple A

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Bruxelles juge "aberrante" la dégradation des notes de neuf pays européens

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les négociations entre la Grèce et ses créanciers patinent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)