Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Afrique

Les syndicats annoncent la suspension de la grève générale

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/01/2012

Après que le gouvernement a annoncé une baisse du prix de l'essence, les syndicats ont décidé de suspendre la grève générale. Le Nigeria était paralysé depuis le 9 janvier par un mouvement de protestation contre la hausse du prix du carburant.

AFP - Les syndicats ont annoncé lundi la "suspension" d'une grève générale qui a paralysé le Nigeria pendant huit jours peu après une concession du pouvoir et une intervention massive des forces de sécurité.

"Les syndicats et leurs partenaires annoncent formellement la suspension de la grève, des rassemblements et des manifestations à travers le pays", a déclaré à la presse à Abuja le chef de la puissante centrale Nigeria Labour Congress, Abdulwahed Omar. Il n'a pas fixé de durée à cette suspension.

La grève avait commencé lundi 9 janvier, après la suppression des subventions aux carburants qui avait provoqué une flambée des prix à la pompe dans le premier producteur de brut et pays le plus peuplé d'Afrique.

A Lagos, la métropole économique, quelque 300 manifestants ont protesté dans la rue, jugeant insuffisant le geste du président Goodluck Jonathan qui avait annoncé dans la matinée une baisse du nouveau prix de l'essence d'environ 30%.

Les forces de sécurité ont tiré en l'air et utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule tandis que les autorités prenaient des mesures pour empêcher les rassemblements dans le pays.

Toujours à Lagos, la police a effectué un raid d'une vingtaine de minutes dans les bureaux de la chaîne de télévision américaine CNN, sans qu'on sache si cette intrusion était liée au mouvement de protestation.

La police a averti lundi, quelques heures après la suspension de la grève, que tout manifestant serait arrêté et ceux appelant à un "changement de régime" seraient poursuivis pour trahison.

"Dorénavant, toute personne continuant à manifester sera arrêtée et déférée immédiatement au tribunal. Tout individu ou groupe d'individus appelant à un changement de régime avant la fin de la présente législature commet une trahison et sera arrêté et poursuivi en justice, peu importe qui il ou elle est", selon un communiqué officiel.

Pour la première fois depuis le début du mouvement lancé le 9 janvier, des soldats armés avaient érigé lundi matin des barrages aux points stratégiques de la capitale économique du Nigeria.

Ils ont interdit notamment l'accès à un parc, principal lieu des grandes manifestations de la semaine dernière.

Le président Jonathan demande l'arrêt de la grève

Le dispositif militaire et policier a été mis en place alors que le président expliquait à la télévision que "compte tenu des difficultés rencontrées par les Nigérians (...), le gouvernement a approuvé une baisse du prix du carburant à 97 nairas le litre".

La brusque suppression au 1er janvier des subventions des carburants a entraîné le doublement du prix de l'essence à la pompe, passé de 65 nairas le litre (0,40 dollars, 0,30 euros) à 140 nairas ou plus du jour au lendemain.

M. Jonathan a toutefois refusé de céder sur le fond, affirmant que "le gouvernement allait continuer de poursuivre une déréglementation complète du secteur pétrolier".

Il avait demandé aux dirigeants syndicaux d'appeler à la fin de la grève et à la reprise du travail.

Des responsables syndicaux ont ajouté être toujours en désaccord avec le montant de la baisse annoncée du prix de l'essence mais qu'ils demeuraient prêts à de nouvelles négociations. Avant de suspendre la grève, ils avaient déjà renoncé aux manifestations à partir de lundi.

"Avec tout ce qui s'est passé durant les huit derniers jours, nous sommes certains que ni le gouvernement ni aucune institution ne pourra plus considérer qu'avec les Nigérians les choses sont acquises", a ajouté M. Omar pour expliquer le recul des syndicats qui avaient exigé l'annulation complète de la hausse des prix de l'essence.

Le gouvernement a justifié l'arrêt de subventions aux carburants, quelque 8 milliards de dollars, pour financer la modernisation des infrastructures du pays. Mais le doublement du prix de l'essence frappe durement une population de 160 millions d'habitants dont la majorité vit avec moins de deux dollars par jour.

Le président a aussi affirmé que les manifestations avaient été "détournées" par des gens cherchant à semer "discorde, anarchie et insécurité".

Outre les protestations sociales, le Nigeria, est aux prises avec un conflit récurrent entre chrétiens et musulmans qui a connu un regain d'acuité après des attentats antichrétiens revendiqués par le groupe islamiste Boko Haram.

Ces violences ont depuis Noël fait une centaine de morts et quelques manifestations organisées dans le cadre de la grève générale ont donné lieu la semaine dernière à des violences à caractère confessionnel.

 

Première publication : 16/01/2012

  • NIGERIA

    Le gouvernement se résigne à baisser le prix du pétrole

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Grève au Nigeria : "Le gouvernement devrait finir par céder"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)