Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

FRANCE

Le triple A de Moody’s vaut-il mieux que le AA+ de Standard & Poor's ?

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/01/2012

L’agence de notation Moody’s a contredit, ce lundi, sa rivale Standard & Poor’s en confirmant le triple A français. Une différence d’appréciation difficile à expliquer mais qui montre qu’il n’y a pas de vérité scientifique en économie.

L’un dit noir, l’autre dit gris et l’économie française ne sait plus vraiment où elle se situe... du moins au regard du jugement des agences de notation. Moody’s a, en effet, confirmé lundi 16 janvier le triple A français, trois jours seulement après la dégradation de la note de la France par Standard & Poor’s.

La différence entre les deux agences rivales ne s’arrêtent pas à la lettre A. Tandis que

Standard & Poor’s estime qu’il y a des risques qu’elle dégrade encore davantage la note de la France dans les prochains mois, Moody’s s’est bien gardé, de son côté, de mettre l'Hexagone sous surveillance négative. Elle “tiendra le marché informé” dans le courant du premier trimestre 2012 sur les perspectives de notation de Paris.

Cette situation de la note française n’est pas pour autant inédite. En août 2011, Standard & Poor’s avait abaissé la note américaine de AAA à AA+ et quelques semaines plus tard Fitch avait rétorqué en confirmant le triple A des États-Unis. Une apparente cacophonie qui n’en est pas vraiment une à en croire Pascal de Lima, professeur d'économie à Sciences-Po. “La  différence de santé économique entre deux pays qui bénéficient pour l’un du AAA et pour l’autre d’un AA+ n’est pas énorme”, rappelle-t-il. 


Opacité

Reste toutefois que cette différence d’appréciation à quelques jours d’intervalle remet sur le devant de la scène la question de la méthodologie de notation des agences. D’un point de vue purement statistique, Standard & Poor’s utilisent 47 critères qui prennent en compte aussi bien les dimensions économiques que des facteurs politiques. Moody’s se base, quant à elle, sur 50 critères qui sont plus axés sur la structure économique du pays. Mais “s’ils sont connus, la manière dont les agences appliquent ces critères demeure opaque”, regrette Pascal de Lima. Impossible ainsi de dire si l’une d’entre elles se montre plus sévère que ses concurrentes. Toutefois, “généralement, Standard & Poor’s attache beaucoup d’importance au contexte économique international et aux facteurs systémiques [comme la crise de la zone euro ndlr]”.

Ces divergences de notation, dont la France vient de faire les frais, rappellent avant tout que l’économie “n’est pas une science exacte”, constate Pascal de Lima. “Les agences de notation utilisent des critères quantitatifs mais aussi qualitatifs et il y a donc forcément une part de subjectivité dans les notes”, ajoute l'économiste.

Une part de subjectivité qui peut faire la pluie et la beau temps pour l’économie d’un pays. Un État aura, en effet, plus de difficulté à emprunter sur les marchés financiers si sa note a été abaissée. Mais la confirmation du triple A français par Moody’s ne devrait pas, en revanche, niveler l’effet négatif de la décision de Standard & Poor’s. En effet, les rumeurs sur la dégradation de la France se précisant au fil des mois depuis l'automne 2011, les marchés financiers l'avaient déjà largement anticipé.

 

Première publication : 16/01/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    La perte du triple A, "une mauvaise nouvelle pour Sarkozy et Hollande"

    En savoir plus

  • Triple A: chronique d'une perte annoncée

    En savoir plus

  • DETTE

    À 100 jours de la présidentielle, la France perd son "précieux" triple A

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)