Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Economie

En 2011, Airbus a devancé Boeing pour la neuvième année consécutive

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/01/2012

En 2011, l'européen Airbus, filiale d'EADS, a livré deux fois plus d'appareils que son rival américain Boeing. Louis Gallois, PDG d'EADS, s'en explique (videos) et annonce l'embauche de 9 000 personnes courant 2012.

REUTERS - Airbus a vendu quasiment deux fois plus d'avions que Boeing en 2011 après avoir gagné son pari d'une version plus économe en carburant de son A320, et l'européen a livré plus d'appareils que son rival américain pour la neuvième année d'affilée, tout en reconnaissant qu'il aura du mal à garder l'avantage en 2012.

Les chiffres publiés mardi par la filiale d'EADS confirment la popularité des monocouloirs - d'environ 150 places - qui offrent des économies de carburant importantes grâce à des
nouveaux moteurs qui doivent être disponibles à partir du milieu de la décennie.

Airbus a fait état de 1.608 commandes en 2011, soit un total net de 1.419 unités après annulations, s'octroyant ainsi une part de marché record de 64% en volume face à Boeing, qui devrait prendre sa revanche en 2012.

Le décompte inclut plus de 1.220 commandes d'A320neo, la version améliorée du monocouloir vedette de 150 sièges d'Airbus lancée il y a à peine un peu plus d'un an et qui a acculé Boeing à moderniser son propre appareil, sous l'appellation 737 MAX.

Airbus a confirmé avoir livré 534 appareils en 2011, comme l'avait annoncé Reuters la semaine dernière. La hausse de 5% comparé à 2010 intervient alors qu'Airbus comme Boeing s'attendent à une poursuite de cette croissance pour faire face à la demande des pays asiatiques.

Les deux avionneurs ont décidé de moderniser leurs modèles court-courriers respectifs - l'A320 et le 737 - leurs principales machines à cash. Ils comptent sur la demande des
compagnies cherchant à réduire leur facture en carburant pour survivre, les prix du pétrole restant particulièrement élevés pour une période de crise économique.

Airbus a tiré le premier, s'adjugeant la première vague de commandes dans le principal segment du secteur, évalué à 2.000 milliards de dollars au cours des 20 prochaines années, mais Boeing a engrangé des ventes record pour son long-courrier 777.

A eux deux, Airbus et Boeing ont inscrit des records en 2011, en livrant plus d'un millier d'avions et en prenant commande pour plus de 2.500 unités.

"Cela a été une année difficile pour l'économie mondiale mais le trafic croît et la classe moyenne - je veux dire par là les gens avec des revenus disponibles pour des choses comme les voyages en avion - triplera dans les 20 ans à venir", a dit le directeur commercial d'Airbus John Leahy.

Il a écarté les craintes apparues récemment d'une pénurie de financement pour les livraisons d'avions, au moment où les banques européennes réduisent leur exposition à ce marché.

Une commande d'American Airlines désormais dérisoire

Airbus a dit que ses commandes aurait dû dépasser 1.700 unités, mais les 130 avions commandés par American Airlines, qui a déposé le bilan, n'ont pas été pris en compte.

AMR Corp, maison mère d'American, s'est placée sous la protection de la loi américaine sur les faillites quelques mois après avoir partagé une commande historique de 460 avions entre Airbus et Boeing. Dans le cadre de cette loi américaine, la méga-commande de 40 milliards de dollars est en suspens jusqu'à ce qu'un tribunal la confirme ou l'annule.

Les auditeurs d'Airbus ont choisi de ne pas inclure la commande d'AMR dans le total de 2011. Airbus a souligné que la compagnie s'était toutefois montrée confiante dans sa capacité à honorer sa commande.

Boeing a fait état la semaine dernière de 921 commandes en 2011, soit un total net de 805 après annulations, et de 477 livraisons.

Le directeur commercial d'Airbus, John Leahy, a dit s'attendre à ce que les commandes d'Airbus reviennent à quelque 600-650 unités, et a laissé entendre que Boeing pourrait
remporter la course pour la première fois depuis 2006. Il a noté la demande croissante des clients actuels de Boeing pour le 737 MAX, arrivé sur le marché un an après l'A320neo.

L'avionneur américain a fait état de 1.000 commandes fermes et engagements pour le 737 MAX et a annoncé que 2012 serait "l'année de Boeing".

"Je prévois qu'en 2012 notre part de marché sera ramenée à environ 50%, ou probablement même moins que cela. Si vous ajoutez 2010, 2011 et 2012, j'aimerais être au-dessus de 50%, mais je ne recherche pas ce niveau pour 2012", a dit John Leahy,
lors de la conférence de presse annuelle organisée par EADS.

Même s'il prend l'avantage pour l'instant sur les court-courriers utilisés par la plupart des compagnies à bas coûts, Airbus paye le prix des retards accusés par l'A350-1000, un gros porteurs de 350 passagers destiné à concurrencer le 777 de Boeing.

Airbus a retardé l'été dernier de deux ans le développement de la plus grande des trois versions de l'A350 pour trouver une réponse aux critiques suscitées par la taille des moteurs Rolls-Royce, mais ce report risque de lui faire perdre des commandes lorsque les compagnies auront besoin d'étoffer leurs flottes.

Airbus a annoncé l'annulation par la compagnie du Golfe Etihad de six des 25 A350-1000 que celle-ci avait commandés.

John Leahy a dit s'attendre à ce que le contrat d'acquisition de 25 A350 auprès d'Air France-KLM soit signé dans les prochaines semaines, faisant écho aux propos de la compagnie franco-néerlandaise. (voir )

Airbus compte livrer environ 30 A380 en 2012 et en vendre à peu près autant, a dit John Leahy à des journalistes.
 

Première publication : 17/01/2012

COMMENTAIRE(S)