Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

Culture

Art Spiegelman dévoile tous les secrets de "Maus", sa BD culte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/01/2012

Dans "MetaMaus", à paraître ce mercredi en France, l'auteur américain revisite à la manière du "making-off" son œuvre culte parue il y a 25 ans. Chronique de la Shoah, "Maus" est la seule BD à avoir été couronnée par le prix Pulitzer (1992).

AFP - Vingt-cinq ans après la parution de "Maus", l'Américain Art Spiegelman revisite son oeuvre culte et sa vie dans "MetaMaus" (Flammarion), un trésor pour ses nombreux fans, dévoilant les secrets de cette chronique de la Shoah, seule BD jamais couronnée par le Pulitzer.

Publié à l'automne aux Etats-Unis, cet ouvrage à paraître en France le 18 janvier, est accompagné d'un DVD comprenant la version numérisée de "L'Intégrale Maus : un survivant raconte".

S'y retrouvent également des archives sonores (enregistrements de son père, survivant des camps, documents historiques), ainsi que des carnets personnels et des croquis.

"MetaMaus", sorte de "making of" de "Maus" (souris en allemand), a demandé cinq ans de travail à l'auteur de ce best-seller mondial, qui avait aussi cofondé le magazine de BD d'avant-garde "Raw" dans les années 80 avec son épouse française Françoise Mouly, aujourd'hui directrice artistique du New Yorker.

Figure phare de la bande dessinée underground américaine des années 70-80, Art Spiegelman, né en 1948, a bouleversé le paysage de la BD en publiant "Maus" en 1986, traduit en plus de vingt langues, et qui retrace la vie de sa famille pendant l'Holocauste, racontée par son père, juif polonais.

"Maus" a fait l'objet d'une grande exposition au musée d'art moderne de New York et obtenu en 1992 le prestigieux prix Pulitzer.

Dans "Maus", Hitler et les nazis sont représentés en chats, les victimes de l'Holocauste en souris. Ce recours au zoomorphisme reprenait en écho les affiches de propagande nazie sur lesquelles, par exemple, les Polonais étaient dessinés en porcs et les Juifs en rats.

Art Spiegelman explique dans les chapitres successifs de "MetaMaus" pourquoi il a voulu raconter l'Holocauste en BD -- "Jamais il ne me serait venu à l'esprit de raconter ça sous une autre forme", dit-il --, pourquoi il a choisi de figurer les Juifs en souris, ce qui avait alors choqué beaucoup d'anciens déportés. Il décrit aussi le processus créatif de son oeuvre, ses méthodes de travail et parle de ses influences.

On y trouve aussi de nombreux documents inédits, drôles ou émouvants, dont la lettre de déportation de ses parents et... celles de refus de plusieurs éditeurs pour "Maus" !

Couronné par le Grand Prix d'Angoulême en janvier 2011, Art Spiegelman présidera l'édition 2012 du Festival international de la bande dessinée, du 26 au 29 janvier.

Une vaste rétrospective est aussi organisée en mars et avril au Centre Pompidou à Paris, après une grande exposition à Angoulême et son "musée privé" de l'histoire de la BD installé un trimestre au Musée de la bande dessinée de cette ville.

("MetaMaus" - Art Spiegelman - traduit de l'anglais par Nicolas Richard - Flammarion - 300 p. - 30 euros - Sortie le 18 janvier)


 

Première publication : 17/01/2012

  • FESTIVAL D'ANGOULÊME

    Art Spiegelman remporte le Grand Prix d'Angoulême

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)