Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Punition collective"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les Français de l'armée israélienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si on commence à accueillir toute la misère du monde..."

En savoir plus

  • Gaza : courte trêve après un raid meurtrier sur une école de l’ONU

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

  • Troisième mission de l'année réussie pour une Ariane 5

    En savoir plus

  • Bousculade meurtrière lors d'un concert à Conakry

    En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

EUROPE

Naufrage du Concordia : l'enregistrement qui accable le commandant de bord

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/01/2012

Une conversation téléphonique avec les garde-côtes, enregistrée et diffusée lundi soir, montre que le commandant du "Costa Concordia" a quitté le navire, refusant de remonter à bord pour évacuer les passagers.

AFP - Une conversation téléphonique enregistrée entre une capitainerie du port et le commandant du navire Costa Concordia qui a fait naufrage vendredi soir près d'une île italienne montre que ce dernier a refusé de remonter à bord pour évacuer les passagers, selon la retranscription diffusée par l'agence Ansa.

Le commandant du "Costa Concordia", Francesco Schettino, lors de son interpellation, le 14 janvier, à Grosseto.

A 1H46 du matin (00H46 GMT), alors que des centaines de personnes doivent encore être évacuées, un officier de la capitainerie ordonne au commandant Francesco Schettino, joint sur son portable, de retourner sur le navire.

"Maintenant vous allez à la proue, vous remontez par l'échelle de secours (en corde) et vous coordonnez l'évacuation. Vous devez nous dire combien il y a encore de gens, enfants, femmes, passagers, le nombre exact dans chacune des catégories", indique la voix de l'officier dans l'enregistrement contenu dans l'une des boîtes noires, saisies par les enquêteurs.

"Que faites-vous ? vous abandonnez les secours ?", interroge l'officier. Schettino répond: "Non non je suis là, je coordonne les secours". L'officier reprend: "Commandant, c'est un ordre, c'est moi qui commande maintenant, vous avez déclaré l'abandon du navire, vous devez aller à la proue, remonter à bord et coordonner les secours".

L'homme indique alors au commandant qu'"il y a déjà des cadavres". "Combien?" répond Schettino, qui se voit rétorquer: "C'est à vous de me le dire, que faites-vous? Vous voulez rentrer chez vous?", s'énerve l'officier.

Trois semaines au moins pour pomper le carburant

Le pompage du carburant du navire de croisière Costa Concordia, échoué au large de l'Italie, devrait prendre "au moins trois semaines", a annoncé le directeur exécutif de Royal Boskalis, la maison-mère de la société néerlandaise qui en est chargée.

"Pour le pompage du gazole, auquel Dieu merci la bonne priorité est donnée, chaque heure compte car s'il se passe quelque chose et que ça glisse et qu'il y a des dégâts, alors on a une très grosse catastrophe écologique", a-t-il poursuivi.

"Maintenant vous retournez là haut et vous nous dites ce que l'on peut faire, combien il y a de gens, quels sont leurs besoins", poursuit l'officier auquel le commandant assure qu'il va remonter à bord.

Mais selon la capitainerie et de nombreux témoignages, il était déjà réfugié sur la rive avant minuit, peut-être dès 23H40 (22H40 GMT).

En effet, dans un appel précédent, dès 00H42, le commandant lâche une phrase compromettante en parlant par téléphone avec la salle opérationnelle de la capitainerie: "Nous ne pouvons plus monter à bord car le navire est en train de se cabrer côté poupe (arrière)".

"Commandant, vous avez abandonné le bateau ?", demande alors d'un ton très surpris l'officier, auquel le commandant répond: "Non non, évidemment que non!"

Selon l'Ansa, l'enquête de la capitainerie de Livourne, coordinatrice des secours, montre par ailleurs qu'il y a eu une sorte de "mutinerie" de l'équipage qui a décidé l'évacuation avant un ordre formel du capitaine. En outre, contrairement aux premiers éléments recueillis, ce n'est pas une manoeuvre volontaire qui a fait échouer le navire tout près de la rive, sauvant la vie d'un bon nombre des plus de 4.000 occupants du bateau, car les moteurs étaient complètement inondés et en avarie.
 

Première publication : 17/01/2012

  • ÉCONOMIE

    Après le naufrage, le croisiériste américain chute en bourse

    En savoir plus

  • ITALIE

    Un désastre écologique se profile après le naufrage du Concordia

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Les images amateur du naufrage du Costa Concordia

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)