Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Orchestre national de Barbès : le collectif survolté joue sa "Dame de coeur"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

  • En direct : Abdelaziz Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

Economie

Quand la Chine marque le pas

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/01/2012

La Chine a enregistré en 2011 une croissance de 9,2 % de son PIB, inférieure à celle de 2010 (10,4 %). Selon les analystes, l'impact de la crise sur la deuxième puissance économique mondiale reste encore à venir.

 AFP - La Chine a annoncé mardi une croissance ralentie, mais atteignant 9,2% pour 2011, dans un contexte international difficile, dont l'impact sur la deuxième économie mondiale va se faire davantage sentir dans les mois à venir, selon les analystes.

Après une expansion de 10,4% en 2010 largement due aux mesures de relance prises après la crise financière, la Chine a maintenu l'an dernier une croissance élevée malgré des restrictions sur le crédit, rendues nécessaires par la lutte contre l'inflation.

Pour l'ensemble de 2011, le PIB chinois s'est élevé à 47.156 milliards de yuans (7.466,2 milliards de dollars ou 5.880,3 milliards d'euros).

Ce chiffre représente un peu plus de la moitié du PIB américain pour 2010, qui s'élevait à 14.587 milliards de dollars, selon la Banque mondiale.

Dans un contexte alourdi par les difficultés de ses exportateurs dans les économies avancées, notamment en Europe, la hausse du Produit intérieur brut (PIB) a ralenti tout au long de l'année dernière, tombant à 8,9% au quatrième trimestre, son plus faible niveau depuis le deuxième trimestre 2009.

Ce chiffre est toutefois supérieur aux attentes des analystes interrogés par l'agence Dow Jones, qui tablaient sur 8,6%, et a poussé à la hausse les places boursières.

La Bourse de Shanghai a bondi de 4,18% tandis que celle de Hong Kong a pris 3,24%. Tokyo a terminé sur un gain de 1,05%. En Europe, Paris a ouvert en hausse de 1,09%, Francfort de 1,32%, Londres de 1,05%.

"Etant donné le contexte, ce n'est pas facile de maintenir une croissance de 9,2%", a déclaré Ma Jiantang, le porte-parole du BNS, lors d'un point de presse.

"2012 sera une année complexe et de défis. Nous devons être prêts", a ajouté M. Ma.

La production industrielle chinoise a progressé de 13,9% l'an dernier, contre 15,7% en 2010, tandis que les investissements en capital fixe ont encore augmenté de 23,8% l'an dernier, contribuant pour plus de la moitié (54,2%) à la formation du PIB chinois.

Interrogé sur leur poids excessif, le porte-parole du BNS a déclaré que "les investissements de cette année sont les salaires, les infrastructures, les améliorations à l'environnement de l'année prochaine".

Mais, a-t-il concédé, "sur le long terme, un tel modèle n'est pas viable parce qu'il dépend trop de l'acier et du ciment", c'est à dire du bâtiment et des infrastructures. L'urbanisation progresse à grands pas en Chine, où pour la première fois fin 2011, le nombre des citadins a dépassé celui des ruraux.

Les ventes de détail, jauge de la consommation des ménages, ont pour leur part augmenté de 17,1% l'an dernier, mais leur poids dans l'économie reste inférieur à celui des investissements.

Après avoir réussi à ramener l'inflation autour de 4%, Pékin cherche désormais à maintenir la croissance à un niveau relativement élevé, tout en ouvrant de manière mesurée les vannes du crédit, afin de ne pas relancer la hausse des prix.

"Nous devons rendre nos mesures plus ciblées et efficaces", a déclaré M. Ma.

"Vu la faiblesse de la demande externe, J.P. Morgan s'attend à ce que la croissance ralentisse à 7,6% en rythme annuel au premier trimestre" 2012, selon une note d'analyse. La banque américaine prévoit pour 2012 une croissance plus rapide du crédit ainsi que trois baisses des réserves obligatoires des banques durant le premier semestre.

"Alors que la Chine avance à pleine vapeur vers l'année du Dragon (qui commence le 23 janvier), son économie se trouve prise dans un ralentissement brutal" et "le pire reste à venir", a pour sa part réagi Alistair Thornton, économiste chez IHS Global Insight, basé à Pékin.

"La faiblesse de la demande actuelle est toutefois loin d'être aussi grave qu'en 2008-2009. Dans une certaine mesure, l'embellie de l'économie américaine compense la chute de la demande en Europe", estime M. Thornton.

Première publication : 17/01/2012

  • CHINE

    L’immobilier, talon d’achille de la croissance chinoise

    En savoir plus

  • COMMERCE INTERNATIONAL

    2011, une mauvaise année pour les exportations chinoises

    En savoir plus

  • CRISE FINANCIÈRE

    Pourquoi la Chine n'a pas intérêt à ce que la zone euro s'effondre

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)