Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

Economie

Un sommet social de "crise" coincé entre la perte du triple A et la présidentielle

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 18/01/2012

Convoqués par le gouvernement ce mercredi, les partenaires sociaux planchent actuellement sur des solutions pour l’emploi. Mais depuis la dégradation de la note de la France par Standard & Poor’s, la marge de manœuvre budgétaire s’est amoindrie.

Syndicats et représentants du patronat se retrouvent, sous la houlette du gouvernement, mercredi 18 janvier pour ce qui aurait dû être un sommet social destiné à trouver des nouvelles pistes de lutte contre le chômage. Mais depuis la dégradation de la note française vendredi dernier par l’agence de notation Standard & Poor’s, ce grand raout à un peu moins de 100 jours du premier tour de la présidentielle s’est mué en “sommet de la crise”. Une nouvelle appellation utilisée par le président Nicolas Sarkozy dimanche 15 janvier qui fait craindre aux syndicats que le volet social soit remisé au placard en faveur d’un nouveau tour de vis budgétaire.

C’est donc dans un climat tendu que les négociations vont s’ouvrir. Tour d'horizon des principaux thèmes qui devraient être abordés lors de ce sommet où le gouvernement et les partenaires sociaux vont devoir trouver un juste milieu entre équilibre budgétaire et efficacité des mesures envisagées.

Le chômage partiel. C’est probablement la mesure qui devrait rencontrer le plus large consensus. “Elle limite la perte de pouvoir d’achat des employés et évite aux entreprises de mettre en place des plans sociaux coûteux aussi bien économiquement que socialement”, confirme à FRANCE 24 Mathieu Plane, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Le gouvernement y est, en effet, favorable tout comme les syndicats et le patronat. Le recours au chômage partiel avait déjà été expérimenté en France en 2009 et avait alors concerné 270 000 salariés. L’Allemagne l’a encore plus largement appliqué ces dernières années puisque plus d’1 million de personnes ont ainsi été mises au chômage le temps que leur entreprise se remette en selle économique. 

La TVA sociale. La plupart des syndicats ne veulent pas en entendre parler. Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière (FO), a même prévenu lundi qu’il allait “envoyer bouler” Nicolas Sarkozy si le gouvernement tentait de l’imposer lors du sommet. Pourtant, le président en a fait une de ses priorités. Il l’a même évoquée lors de ses vœux aux Français le 31 décembre. Cette mesure controversée permet de compenser un allégement des charges patronales et salariales par une hausse de certaines taxes et principalement de la TVA. Ses défenseurs jugent que c’est un moyen efficace pour que les entreprises gagnent en compétitivité tandis que ses détracteurs rappellent que la hausse de la TVA risque de heurter la consommation. “Le problème est que le gain de compétitivité, s’il existe, ne se fera pas sentir avant 2013 tandis que les consommateurs verront les prix grimper immédiatement”, explique Mathieu Plane.

Pacte de compétitivité. C’est l’autre dossier qui fâche. Le pacte de compétitivité ou encore les accords d’entreprise compétitivité-emploi prévoient la possibilité de renégocier les conditions de travail pour s’adapter au climat économique difficile. Il s’agit, là encore, de sauver des emplois en réduisant le temps de travail - et également la rémunération - de salariés qui sans cela risquaient d’être licenciés.

Mais “encore faut-il savoir qui va supporter le coût de cette mesure”, souligne Mathieu Plane. L’entreprise ou l’État peuvent en effet compenser une partie de la perte de salaire de ceux qui doivent accepter une baisse de leur temps de travail. Une mise à contribution qui n’est pas du goût du patronat et risque également de poser problème au gouvernement en ces temps de vache maigre budgétaire.

35 heures et heures supplémentaires. Syndicats et patronats se préparent également à l’affrontement sur le sujet sensible du temps de travail. Le Medef juge que la loi sur les 35 heures handicape les entreprises françaises par rapport à leurs concurrentes étrangères. Le patronat français espère profiter de ce sommet pour convaincre le gouvernement que l’abrogation des 35 heures favorisera la compétitivité des entreprises qui pourront ainsi embaucher de nouveau.

Les syndicats devraient rétorquer qu’en temps de crise le problème n’est pas que les salariés travaillent trop peu mais qu’il y a trop de chômeurs. Ils devraient donc militer pour une abrogation de la loi qui exonère les heures supplémentaires de charges. Leur argument : cette “niche” fiscale coûte plus de 3 milliards d’euros à l’État et servirait aux entreprises pour ne pas embaucher.

Reste que toutes ces mesures ont un coût qui alourdirait encore davantage le déficit de l'État (il devrait se situer aux alentours de 5 % du PIB en 2012). Le gouvernement risque donc de devoir chercher à faire des économies par ailleurs et donc de passer par un nouveau plan d'austérité. Il peut aussi "aller négocier au niveau européen un nouveau dépassement des objectifs de réduction des déficits", rappelle Mathieu Plane. Mais alors que le discours ambiant est de mettre l'accent sur la rigueur, pas sûr qu'une telle requête ait la moindre chance d'aboutir.

Première publication : 17/01/2012

  • FRANCE

    Le triple A de Moody’s vaut-il mieux que le AA+ de Standard & Poor's ?

    En savoir plus

  • TRANSACTIONS FINANCIÈRES

    Tobin or not Tobin ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    TVA sociale : sitôt évoquée, sitôt controversée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)